Taoudénit : le collège transitoire en atelier à Tombouctou

Taoudénit, 09 février (AMAP) Un atelier organisé par le collège transitoire de Taoudénit en vue d’une plus grande adhésion des populations aux activités de relance du développement local a pris fin jeudi à Tombouctou, après trois jours de travaux.

Organisée en partenariat avec le gouvernorat de Tombouctou, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la représentation de la MINUSMA, la rencontre a enregistré plus de 300 participants, pour la plupart chefs de village, de fraction et de tribu, leaders religieux et responsables de femmes et de jeunes de Taoudénit.

L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre des Collectivités territoriales, Alhassane  Ag Ahmed Moussa, en présence du chef de l’exécutif régional, le général Ould Meydou, du directeur pays du PNUD, Aboubacar Koulibaly ainsi que des représentants des mouvements armés (CMA et Plateforme).

C’est la salle de l’institut Ahmed Baba de Tombouctou qui a servi de cadre aux travaux qui visaient à « promouvoir le vivre ensemble, à apaiser le climat social et à concevoir un cadre élargi de concertation et de consultation des leaders locaux, pour leur implication effective aux prises de décisions qui les concernent.

L’objectif final est de parvenir à des « solutions pérennes permettant d’amorcer le développement de la région », a déclaré le président du collège transitoire de Taoudénit, Hamoudi Sidi Ahmed Agada.

Au terme des trois jours de travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations ayant trait notamment à la création rapide des communes et cercles de la région, à la création des conditions favorables au retour définitif des réfugiés et des déplacés et à la promotion de l’esprit de tolérance pour le retour de la paix et de la stabilité.

Les participants ont en outre préconisé le développement des opportunités d’insertion socio-économique en faveur des jeunes et des femmes, la protection et l’instruction des valeurs civiques et socioculturelles comme facteur de gestion des conflits, le renforcement des équipements et des opportunités d’accès aux services sociaux de base.

Le ministre des Collectivités territoriales a salué les autorités intérimaires pour leur initiative qui a, selon lui, été inspirée par la politique nationale de décentralisation et par les fondements de l’Accord pour la paix et la réconciliation.

MSH/MS (AMAP)

Laisser un commentaire