Sikasso: le rythme des précipitations inquiète

Sikasso, 28 août (AMAP) La 3ème Région située dans la partie méridionale du pays et sa capitale, Sikasso en particulier  bénéficient d’une forte pluviométrie très favorable aux activités agricoles mais assez dommageable aux habitations et aux différentes artères de la ville du Mamelon et du Tata, a constaté l’AMAP en cette période hivernale.

Les pluies diluviennes ont dégradé toutes les routes de la capitale régionale car la ville manque véritablement de réseau de drainage des eaux qui causent  d’énormes préjudices aux habitants des quartiers périphériques dont nombre de concessions sont envahies pendant que les usagers de la circulation routière ne peuvent plus éviter les trous gorgés de  flaques d’eau qui s’éclaboussent au passage des véhicules , provoquant souvent l’ire des piétons mouillés.

Ces différents désagréments seraient dus à l’insuffisance des voies d’évacuation des eaux pluviales selon Directeur technique de la Mairie de Sikasso,  Gaoussou Ly.

«Pour faciliter l’évacuation des eaux pluviales la Mairie a curé selon ses moyens, le marigot  Kotoroni, seul collecteur naturel qui traverse la capitale du Kénédougou » a expliqué le responsable municipal avant d’exprimer sa vive préoccupation pour les habitations riveraines.

« Au moment des fortes pluies, les habitations au bord du marigot sont envahies par les eaux, beaucoup ne respectent pas les plans d’urbanisation et occupent souvent le lit du cours d’eau ».  Sa préoccupation concerne davantage le quartier populaire  « Sanoubougou ».

« L’un des problèmes qui préoccupent les responsables municipaux est la situation du quartier Sanoubougou situé au-bas d’une colline dont les eaux, faute de digue sont totalement déversées sur les concessions en cas de fortes précipitations mettant en danger la vie des habitants ainsi que leurs biens », a déploré le Directeur technique.

Gaoussou Ly estime que « la solution à ce problème est la construction d’un grand collecteur » dont les études ont été déjà faites par les services techniques de la Mairie, soutient-il et « aussi le déguerpissement de toutes les habitations se trouvant dans le lit du marigot ainsi que la construction de digues de protection des quartiers menacés ».

FD/MS (AMAP)

Laisser un commentaire