Ségou : inauguration d’un nouveau complexe culturel

Par Diarra Seydina Oumar

Ségou, 2 décembre (AMAP) Un nouveau complexe culturel réalisé par Cheick Moulaye Ismaël Diarra a été inauguré samedi à Ségou sous la présidence du ministre des Affaires religieuses et du Culte, M. Thierno Amadou Oumar Hass Diallo, en présence du Guise spirituel de l’Association Ahl Ul Bayt-Mali, Mohamed Abou Djaffar Diabaté, de nombreux chefs religieux de Ségou et d’autres localités du pays.

Une mosquée, un centre de santé, un orphelinat, une école coranique moderne ou médersa, un centre de coupe et couture, un château d’eau avec des bornes fontaines, tels sont les éléments qui composent le nouvel complexe culturel.

La réalisation est une initiative de l’antenne locale de l’Association Ahl Ul Bayt-Mali, c’est-à-dire ceux dont la compréhension et la pratique de l’islam sont fondamentalement inspirées de la famille du Prophète Mahomet (PSL).

« C’est un honneur pour nous d’abriter ce complexe culturel dont les bienfaits à venir, pour les populations, se passent de commentaires », s’est réjoui M. Koléba Traoré, le chef de village de Bagadadji, le quartier où est bâti ledit centre culturel.

Selon M. Traoré, « Il y a deux vérités immuables : l’homme doit laisser son empreinte sur terre, par quelque réalisation que ce soit, pour ne pas vivre inutilement ; celui qui travaille au soleil mangera sans doute à l’ombre ».
Quant au représentant du maire de la Commune urbaine de Ségou, M. Ibrahima Sow, il a salué le courage et la persévérance des promoteurs dudit centre, avant de souligner l’impact positif de cette réalisation sur l’ensemble de la population ségovienne, au-delà du seul village ou quartier de Bagadadji.

« Nous adorons le même Dieu. Nous suivons les mêmes enseignements du même Prophète Mahomet (PSL). Nous respectons les mêmes cinq piliers de l’islam. Aussi, les tendances ou les écoles doctrinales ne doivent et ne peuvent-elles pas être des sources de dissensions entre fidèles musulmans. Simplement pour avoir le chiffre 10, il y a plusieurs combinaisons possibles, toutes valables : 5+5, ou 8+2, ou 3+7, etc. », a prêché, pour sa part, le Guise spirituel de l’Association Ahl Ul Bayt-Mali, Mohamed Abou Djaffar Diabaté, en insistant sur le fait que le centre culturel est « un bien commun qui doit et va profiter à tous, sans exclusive, ni discrimination aucune ».

Le promoteur du complexe, Cheick Moulaye Ismaël Diarra, s’est dit honoré par la présence de tant de personnalités à la cérémonie, avant de conforter le Guide Diabaté dans ses propos, en donnant l’assurance que le nouveau complexe sera « ouvert à tous et pour tous, sans discrimination de quelque nature que ce soit ».

Le ministre Diallo a également salué le caractère « inclusif et non discriminatoire » que doit avoir le nouveau complexe culturel, dont la réalisation est la preuve que « la spiritualité peut et doit être soutenue par des actions concrètes », en référence à la multi-dimensionnalité du Prophète Mahomet (PSL) lui-même : à la fois profondément spirituel et complètement temporel.

La cérémonie a pris fin par une visite guidée des lieux.

DSO (AMAP)