Présidentielle: les sentiments de Choguel Kokalla Maïga et de Mamadou Igor Diarra

Bamako, 29 juillet (AMAP) Satisfaction d’avoir pu exercer librement leur droit de citoyen, mais aussi des sentiments d’inquiétude exprimés au sortir des urnes  par Choguel Kokalla Maïga et Mamadou Igor Diarra, a constaté l’AMAP.

Les inquiétudes sont  exprimées pour les compatriotes qui ont été empêchés d’user de leur droit de vote par  endroit lors de ce scrutin du 29 juillet, premier tour de l’élection présidentielle à l’intérieur du pays,

Les deux personnalités qui sont au nombre des 24 postulants à la magistrature suprême du pays ont exprimé avec satisfaction leur suffrage dans la mi-journée respectivement à l’école Sacré Cœur et l’école fondamentale second cycle de Bacodjicoroni, en Commune V du District de Bamako  avant de livrer à la presse leur sentiment respectif.

 » J’éprouve un sentiment de satisfaction d’avoir accompli mon devoir de citoyen et de constater, au niveau de mon centre de vote, progressivement un certain engouement pour ces élections » a souligné M. Maïga qui a par ailleurs dit sa grande préoccupation des échos qui lui sont parvenus sur la situation dans certaines localités du pays profond, ,notamment à Bara ,son village natal, dans la région de Gao (Nord) et le Cercle de Niono où des bureaux de vote ont été saccagés ou incendiés par des hommes armés non identifiés.

Choguel Kokalla Maïga s’est toutefois déclaré confiant pour la victoire contre les ennemis du Mali et a invité ses compatriotes à faire « l’union sacré » autour du prochain président à l’issue du scrutin.

« A l’issue de cette élection, le nouveau président doit être accompagné par tous les Maliens, indépendamment leur sensibilité politique, de manière à faire l’union sacré autour de lui pour redresser le pays » a-t-il déclaré.

Mamadou Igor Diarra a dit toute sa fierté d’avoir exercé son « droit de citoyen », une « obligation »  afin de contribuer à  la construction  de son pays et de la démocratie. Il a également saisi cette opportunité pour exprimer sa préoccupation pour les électeurs de certaines localités du centre du pays, notamment Bandiagara, Douentza ( Région de Mopti ) où plusieurs concitoyens auraient été victimes d’exactions diverses pour les empêcher d’exercer librement leur droit de vote.

M. Diarra a récusé par la même occasion  la toute dernière rencontre des candidats avec le Premier ministre se demandant en quoi le chef du Gouvernement était fondé à convoquer les candidats dans les locaux de ses services.
MS (AMAP)

Laisser un commentaire