Mopti lance le projet « jeunes acteurs pour la paix et la réconciliation nationale »

Mopti, 4 mars (AMAP) La phase régionale du projet « Jeunes acteurs pour la paix et la réconciliation nationale » dans les régions de Ségou et de Mopti a été lancée mardi à Mopti, sous la présidence du Conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur, Bagna Mahamoudou Djiteye,  a constaté l’AMAP.

Son objectif général est d’accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, par l’opérationnalisation du nouveau dispositif des équipes régionales d’appui à la Réconciliation Nationale (ERARN), l’implication et la responsabilisation des jeunes et des femmes dans la mise en œuvre de la stratégie jeunesse G5 Sahel et la lutte contre le trafic transfrontalier.

Le projet dont le montant s’élève à 1,5 milliard de francs CFA est financé par  l’Organisation Internationale des Migrations (OIM), l’UNICEF et l’UNESCO sous le leadership de la Minusma en collaboration avec les départements de la Jeunesse et la construction Citoyenne, la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale et celui de l’économie numérique et de la Communication.

D’une durée de 18 mois,  le projet sera mis en œuvre par l’ONG Action-Mopti et la Direction régionale du développement sociale et de l’économie dans 25 communes   des régions de Ségou et de Mopti au profit de 3400 bénéficiaires directs dont 2500 jeunes femmes et jeunes hommes et 900 femmes.

Bagna Mahamoudou Djiteye a déclaré que ce projet en lien avec la stratégie jeunesse du G5 Sahel, va renforcer la résilience des jeunes face aux risques de trafic transfrontalier et d’exploitation des jeunes, en les dotant de connaissances en consolidation de la paix et en activités économiques gage de paix.

La cérémonie s’est déroulée en présence  du maire de la Commune urbaine de Mopti, Issa Kassaye, du chef de bureau de la Minusma, Fatou Djieng Thiam, des représentants des départements de la Jeunesse, de la Communication et de la Réconciliation ainsi que ceux des partenaires de l’OIM, de l’UNICEF de l’UNESCO et des représentants de la société civile.

 DC/KM (AMAP)

Laisser un commentaire