Mopti : la sauvegarde du fleuve Niger et de ses ressources au centre d’un atelier

Mopti, 11 mai (AMAP) L’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN), en partenariat avec l’UNESCO, a organisé à Mopti, du 7 au 10 mai dernier, un atelier de renforcement des capacités des acteurs sur les aspects de sauvegarde du fleuve Niger, de ses ressources et les implications sur la sécurité alimentaire au Mali, a constaté l’AMAP.

L’initiative s’inscrit dans le cadre d’une campagne d’information et de sensibilisation des communautés riveraines et celles vivant dans les bassins du fleuve menacé dans son existence par diverses phénomènes liés entre autres aux changements climatiques, l’ensablement du lit du fleuve, la pollution des eaux, la dégradation des berges, l’envasement du lit du Niger et les occupations anarchiques de ses servitudes, ont rappelé Baba Faradji N’Diaye et Mme Dicko Oumou Dicko, respectivement représentant l’ABN et l’UNESCO à cet atelier.

Environ  80 acteurs des sous bassins du Delta Intérieur, de la Boucle du Niger et du Bani appartenant à diverses structures, notamment, l’administration publique, les collectivités décentralisées, les organisations de la Société civile, les services techniques (Assainissement, Hydraulique, Pêche, Elevage, Agriculture) et les organes de média des régions de Sikasso, Mopti, Gao et Tombouctou ont pris part à cette importante rencontre qui aura évoqué et permis de partager sur plusieurs sujets.

Les participants ont échangé entre autres sur le Partenariat Mondial de l’Eau, le Partenariat régional de l’eau pour l’Afrique de l’Ouest, les notions de bassin versant, de sous-bassin,  et bien d’autres les concepts liés aux écosystèmes et  services éco systémiques.

Un accent particulier a été mis sur les risques existentiels du fleuve Niger au Mali et la nécessité de sa sauvegarde à travers l’agence du bassin du fleuve Niger et le Programme National de Sauvegarde du fleuve Niger.

L’atelier a été sanctionné  à l’issue des travaux, par plusieurs propositions et suggestions dont la mise en place de comités de surveillances, la prise de mesures administratives contre l’orpaillage par drague, la mise en œuvre des initiatives de surcreusement des lits du fleuve et des mares et de reboisement des versants.

L’aménagement des berges et la réalisation d’activités de développement en vue de diminuer les facteurs favorables aux conflits armés entre communautés ont été des propositions également avancées par les participants.

DC/MS (AMAP)

Laisser un commentaire