/, Actualité nationale, Actualité régionale, la-une/Mali : Satisfecit de la CEDEAO sur la situation politique

Mali : Satisfecit de la CEDEAO sur la situation politique

La mission de la CEDEAO a rencontré le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta

Par Oumar DIAKITÉ

Bamako, 11 juin (AMAP) À l’issue de la mission qu’elle a envoyée au Mali, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a insisté sur la formation d’un gouvernement inclusif et le respect du délai de la Transition et a annoncé un prochain sommet des chefs d’État et de gouvernement prévu le 19 juin prochain.

De source diplomatique, ce sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui se tiendra à Accra, au Ghana, va réexaminer le processus de la Transition et les sanctions prises, en mai, à l’encontre le Mali.

Dans un communiqué rendu public, jeudi, au terme de cette mission qu’a effectuée, du 8 au 9 juin dernier, à Bamako, le médiateur Goodluck Jonathan, la CEDEAO a salué les engagements pris par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, et le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, ainsi que les acteurs sociopolitiques impliqués dans la mise en oeuvre de la Transition.

Sur la base des échanges et des écoutes, médiation de la CEDEAO a, ainsi, félicité le président de la Transition pour sa prestation de serment et l’a encouragé à conduire la Transition, en conformité avec les promesses et engagements énoncés dans son discours d’investiture. Il s’agit de la mise en œuvre des actions prioritaires nécessaires à la réussite de la Transition, notamment l’organisation d’élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues ; le respect de l’ensemble des engagements internationaux.

La mission de la CEDEAO a, également, pris acte de la nomination du Premier ministre et réitéré la nécessité de former un gouvernement inclusif qui pourra faciliter la mise en oeuvre du programme de la Transition. D’ores et déjà, la CEDEAO a salué les larges concertations du Premier ministre avec l’ensemble des acteurs sociopolitiques incluant toutes les parties prenantes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.

Elle a, en outre, salué les engagements pris par le président de la Transition et le Premier ministre de respecter les décisions prises par le sommet d’Accra le 30 mai 2021, comme la formation d’un nouveau gouvernement inclusif pour poursuivre le programme de transition, le respect de la période de transition de 18 mois décidée à Accra en 2020. Dans ce contexte, « la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l’élection présidentielle doit être absolument maintenue », a insisté la conférence des dirigeants de la CEDEAO, annonçant qu’un mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet.
La mission conduite par Goodluck Jonathan a, par ailleurs, encouragé le gouvernement à décliner de façon précise les actions prioritaires pour réussir la transition dans le délai. Elle a, aussi, encouragé les autorités à renforcer les efforts sécuritaires avec tous les partenaires, en vue de créer un environnement paisible et apaisé pour que les prochaines élections soient inclusives, transparentes et crédibles.

L’équipe du médiateur a exhorté tous les acteurs sociopolitiques à travailler ensemble et à faire preuve de responsabilité dans cette période délicate de la transition afin de garantir la réussite du processus de Transition. Le respect de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger est un autre point sur lequel la mission de la CEDEAO a beaucoup insisté.

La mission a réitéré l’engagement de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO à accompagner notre pays pour une transition réussie tout en appelant les partenaires multilatéraux et bilatéraux à soutenir le processus en cours.

La mission a confirmé de nouvelles dispositions entre les autorités de la Transition malienne et l’organisation sous régionale. Cette mission a été initiée dans le cadre de la mise en œuvre des décisions du sommet de la CEDEAO sur la situation sociopolitique au Mali, tenu à Accra, le 30 mai dernier.

La délégation sous-régionale, a indiqué , qu’au cours de son séjour dans la capitale malienne, elle a discuté avec les autorités de transition pour mieux comprendre les stratégies qu’elles envisagent de développer en vue de donner la priorité aux activités qui permettent d’atteindre les objectifs fixés pour la Transition dans le délai défini par la CEDEAO, « y compris l’organisation d’élections présidentielle et législatives transparentes, libres et démocratiques acceptées par tous les acteurs politiques ».

Pour bien cerner les enjeux de la situation au Mali, la délégation de la CEDEAO a soutenu avoir rendu une visite de courtoisie au président de la Transition et au nouveau Premier ministre. Elle a, également, eu des consultations avec les membres du Comité local de suivi et les membres du corps diplomatique accrédités au Mali.

OD/MD (AMAP)