Environnement : la pollution du fleuve Niger au centre des préoccupations

Koulikoro, 12 juin (AMAP) un enseignant chercheur à l’université du Mali, le Dr Sidi Ba a débattu le weekend dernier avec les élèves et étudiants de l’IPR/IFRA  du thème de la pollution du fleuve Niger, particulièrement de celle dite « pollution domestique » dans le cadre des activités de la quinzaine de l’environnement dont le lancement s’est déroulé le 5 juin dernier à Koulikoro, a constaté l’AMAP.

Le Dr Ba a abordé l’aspect « pollution domestique » du fleuve avec son auditoire venu nombreux parce que représentant plus de péril et pour le fleuve, l’environnement et les populations a fait remarquer le chercheur.

Il précisera que « pollution domestique »  est principalement constituées d’effluents d’eaux usées et pluviales ainsi que les décharges d’ordures dans le lit du fleuve dont le danger majeur est l’importante présence de divers contaminants organiques et inorganiques qui contribuent à la dégradation de la qualité  de la vie et de l’environnement.

Le conférencier a expliqué que  ces effluents d’eaux usées et pluviales ainsi que les décharges d’ordures dans le lit du fleuve sont sources de dangers constitués de matières minérales contenant des traces de métaux lourds issues du lessivage des différends ustensiles ménagers et tuyauteries internes des maisons.

« Dans les effluents urbains, les métaux lourds (plomb, nickel, zinc entre autres) qu’on retrouve provoquent des effets toxiques élevés sur les espèces aquatiques et peuvent aussi inhiber l’activité microbienne et réduire l’auto épuration du fleuve » a prévenu le chercheur avant de soutenir  «le fleuve Niger ne doit pas être un réceptacle de déchets aussi bien solides que liquides de nos agglomérations ».

Il a plaidé que la responsabilité est collective pour le changement de comportement en vue de la  sauvegarde du fleuve Niger et prôné un travail d’éducation porteuse d’une prise de conscience générale  par rapport aux facteurs polluants.

AM/MS (AMAP)

Laisser un commentaire