CAN 2023 : La Côte d’Ivoire remporte sa CAN

A domicile, les Eléphants ont remporté hier leur quatrième titre de champion d’Afrique en dominant le Nigeria (2-1)

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Abidjan, 11 fév (AMAP) Les feux d’artifices qui grondent dans le ciel d’Ébimpé, dans la sous-préfecture et commune d’Anyama, les artistes qui passent sur la pelouse du stade olympique Alassane Ouattara (Alpha Blondy, Roseline Layo, Tam Sir et Team Paiya, Serge Beynaud, la musique nigériane, le coupé-décalé, la cérémonie de clôture de la CAN, Côte d’Ivoire 2023 a été riche en couleurs.

«Le coup de marteau» de Tam Sir et Team Paiya cartonne en Côte d’Ivoire depuis le début de la CAN. Le stade olympique Alassane Ouattara en feu. Tout annonce était l’occasion d’égayer les 57.094 spectateurs (selon les données de la Confédération africaine de football).

Quelques minutes avant le coup d’envoi, un tonnerre d’applaudissement a accueilli Didier Drogba, ancien capitaine des Éléphants et Gadji Celi, capitaine de la Côte d’Ivoire lors de son premier sacre en 1992 au Sénégal, qui sont venus présenter le trophée de la CAN. Et s’en suit la musique à l’honneur de l’ancien attaquant de Chelsea que tout le stade chante. Une banderole géante s’est affichée sur laquelle est mentionné « Éléphants commando».

L’annonce de la composition des équipes a été aussi l’occasion pour les supporters de donner de la voix. L’annonce du nom de chaque joueur ivoirien est applaudie.

La Côte d’Ivoire a évolué en 4-3-3 alors que le Nigeria a joué en 3-4-2-1. Comme d’habitude, les Nigérians laissent l’initiative du jeu à leurs adversaires et les Éléphants la prennent volontiers. Devant leurs supporters, chaud-bouillants, le capitaine Serge Aurier et ses partenaires sont déterminés, Seko Fofana, au milieu de terrain, Max Alain Gradel et Simon Adingra dans les couloirs, sont remuants, mais à chaque fois, ils tentent de trouver la tête de leur longiligne avant-centre, Sébastien Haller. Sans succès. Les supporters applaudissent chaque action offensive, les interventions défensives des Éléphants et huent les Nigérians, notamment Victor Osimhen, à chaque qu’ils touchent le ballon. Le Nigeria, en difficulté, hésite à presser au-delà de la ligne médiane, de crainte de libérer des espaces.

La Côte d’Ivoire aurait pu ouvrir le score après la demi-heure, mais la tentative du gauche de Simon Adingra est déviée par Stanley Nwabali (34è min). Les supporters font l’ambiance, leurs joueurs dominent les débats. «héééé, héééé, héééé», scandent-ils. Mais les plus sages s’inquiètent : « Ce n’est pas bon de dominer sans marquer », s’angoissent-ils. Mais le déroulé du match leur donne raison. Les Super Eagles débloquent le tableau d’affichage grâce à leur capitaine William Paul Troost-Ekong qui a marqué de la tête suite à un corner (38è min).

« C’était prévisible. Le Nigeria est très efficace », dit-il. Quelques supporters nigérians exultent alors que c’est silence radio pour les Ivoiriens. Les joueurs s’encouragent sur le terrain et les supporters applaudissent pour les motiver. Le Nigeria semble avoir fait le plus difficile car la Côte d’Ivoire n’a jamais marqué de but dans une finale de CAN alors que le pays en a disputé quatre (1992, 2006, 2012 et 2015). Les deux CAN remportées l’ont été après la séance de tirs au but. A la mi-temps, le Nigeria ne compte que deux tirs dont un cadré, 33% de possession de balle contre neuf tirs dont trois cadré, 67% de possession pour la Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire revient fort en deuxième période. La défense nigériane est à la peine. Les Éléphants portent sans cesse le danger dans le camp nigérian, mais le gardien Stanley Nwabali repousse l’égalisation à l’image de son intervention sur la frappe du défenseur ivoirien Kouakou Kossonou (62è min). C’est sur ce corner joué par Simon Adingra, que Franck Kessié, seul au deuxième poteau, place une tête piquée pour remettre les pendules à l’heure (1-1, 62è min). Les supporters fêtent le but de la plus belle de manière. Les Éléphants continuent de dominer les débats. Ils sont accompagnés par les supporters qui chantent et dansent dans les gradins. Les lampes de téléphones sont allumées pour signifier aux supporters qu’ils sont présents et sont avec eux. Le match est à sens unique.

 

Sur le côté gauche, Simon Adingra, intenable, se joue de Temitayo Aina avec un crochet éclair et enchaîne un centre à mi-hauteur du gauche. Haller est plus vif que le capitaine Troost-Ekong au premier poteau et donne l’avantage du bout du pied droit (81è min, 2-1).

La Côte d’Ivoire renverse la tendance. C’est la fête au stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé. Les supporters sont tous debout pour la fin du match alors que le Nigeria pousse pour revenir au score. Les sept minutes de temps additionnels sont longues pour les Ivoiriens. «Ce sont les sept minutes les plus longues de la CAN», exprime une supportrice.

90è minute + 7, les supporters réclament la fin de la partie, ce qui n’a pas tardé. « On a organisé la CAN, on l’a remportée. Quelle belle souvenir », exclame un supporter. La joie est débordante au stade. «Le coup de marteau» de Tam Sir et Team Paiya résonne encore, les supporters et les joueurs dansent et se félicitent pour cette 4è sacre du pays.

La Côte d’Ivoire a enfin marqué dans une finale et devient le premier pays à remporter la CAN à domicile depuis l’Égypte 2006, vainqueur de la Côte d’Ivoire (0-0, 4-2 t.a.b.). « Je suis fier d’être Ivoirien. On a dit qu’on va gagner, on l’a fait », déclare un autre supporter. Alors que l’organisation prépare la remise des médailles, la musique coupé-décalé, dont celle de Dj Arafat, et l’hymne de la CAN «Bienvenue à Babi» passent en boucle et les supporters sont «enjaillés». «Je suis très content. Les joueurs ont fait preuve de caractère. On a eu une cérémonie d’ouverture splendide, une cérémonie de clôture époustouflante. C’est magnifique. C’est la meilleure CAN de l’histoire », affirme Mark Eli.

« Nous avons perdu dans ce stade 4-0. Nous remportons la CAN ici. Dieu est fort», ajoute un autre supporter. Les Ivoiriens vont célébrer ce sacre jusqu’au petit matin.

Les autorités ivoiriennes ont déclaré la journée de lundi chômée et payée pour prolonger la fête.

La finale s’est disputée en présence du président Alassane Ouattara, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motspe, le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino.

Samedi, l’Afrique du Sud a remporté samedi le match de classement pour la troisième place de la CAN, Côte d’Ivoire 2023, en battant la RD Congo (0-0, 6-5 t.a.b.), au stade Félix Houphouët-Boigny. C’est la deuxième médaille de bronze des Bafana Bafana à la CAN et la première depuis 2000. L’Afrique du Sud termine sur le podium d’une Coupe d’Afrique des nations pour la quatrième fois de son histoire, après 1996 (championne), 1998 (finaliste) et 2000 (troisième).

LMD/MD (AMAP)

Finale de la CAN 2023 : Mobilisation des supporters du Nigeria

Les Nigérians s’organisent pour aller supporters les Super Eagles, au stade Alassane Ouattara.

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Abidjan, 09 fév (AMAP) La communauté nigériane de Côte d’Ivoire s’apprête à vivre la finale de la CAN 2023 entre la Côte d’Ivoire, pays hôte et le Nigeria, ce dimanche, au stade Alassane Ouattara à Abidjan. Au carrefour Ibo dans le quartier Remblais, Commune de Koumassi, dans la capitale ivoirienne, les Nigérians sont nombreux. « Ici, c’est le terminus des Nigérians », rappelle une Burkinabè.

« Je supporte le Nigeria. C’est le football. Tout est possible, mais je suis confiant », indique Mucha Olaegbe, livreur. Son aîné, Mese Baba, commerçant et résidant en Côte d’Ivoire depuis 15 ans, reste prudent. « On ne peut pas prédire un match de football. Ce qui est sûr, le Nigeria joue bien, la Côte d’Ivoire joue également bien. Seul Dieu sait qui va remporter la coupe, C’est quelque chose qui est déjà écrit », déclare-t-il.

« J’ai confiance au Nigeria qui joue mieux que la Côte d’Ivoire. Nous sommes contents de voir notre pays en finale, la première depuis 2013. Chacun peut dire ce qu’il veut, mais c’est Dieu qui décidera. Si le Nigeria remporte la coupe, nous remercierons Dieu, si la Côte d’Ivoire remporte, Dieu merci. C’est la même famille. Je suis content pour les deux pays », ajoute-t-il.

Stone Nwa, assis aux côtés de Mese Baba, craint les débordements et les agressions des Nigérians en cas des victoires des Super Eagles. « En 2013 quand le Nigeria a éliminé la Côte d’Ivoire en quart de finale (2-1, ndlr), nous avons été agressés alors que nous fêtons notre victoire. C’est seulement les quarts de finale à l’extérieur (Afrique du Sud, ndlr) alors que nous jouons une finale en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi je demande aux Nigérians d’être calmes après le match », conseille-t-il.

« Je suis Nigérian et je vis et travaille en Côte d’Ivoire depuis 2005. Si le Nigeria gagne, c’est bien, si la Côte d’Ivoire gagne, c’est aussi bien », poursuit-il.

L’un de ses amis appuie se propos : « S’ils perdent, ils font palabre alors que le football n’est qu’un jeu. Si on perd un match, on doit juste rentrer dormir ».

La discussion entre les Nigérians s’anime et l’un d’eux sort une idée : « Si nous remportons la coupe, nous ne prendrons pas l’avion. Nous allons prendre la route et escorter nos joueurs jusqu’au pays ».

Les Nigérians de Côte d’Ivoire sont donc partagés entre envie de voir leur pays décrocher une quatrième étoile et la crainte d’agression en cas des victoires des Super Eagles.

LMD/MD (AMAP)

 

CAN 2023 : Nigeria-Côte d’Ivoire, un duel de titans

Les deux finalistes comptent 5 titres de champion d’Afrique en 11 finales disputées.

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Abidjan, 09 fév (AMAP) La 34è édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) connaîtra son épilogue ce dimanche avec la finale entre le Nigeria et la Côte d’Ivoire, au stade Alassane Ouattara, au nord d’Abidjan, la capitale ivoirienne.

Les deux pays ne se sont jamais affrontés en finale de la CAN, mais ils sont des habitués du bouquet final. Avec 3 sacres (1980, 1994 et 2023) et 4 finales perdues (1984, 1988, 1990, 2000), le Nigéria va disputer son 8è finale et deviendra le 3è pays qui a joué le plus de finale, après l’Égypte (10) et le Ghana (9).

Face au pays hôte, les Super Eagles visent leur 4è sacre pour rejoindre le Ghana, qui est la 3è nation la plus titrée après l’Égypte (7) et le Cameroun (5).  A domicile, la Côte d’Ivoire, qui accueille la CAN pour la deuxième fois, après 1984, disputera sa 5è finale et les Éléphants tenteront de conquérir une 3è couronne continentale après 1992 et 2015 (la Côte d’Ivoire a perdu la finale en 2006 et en 2012). La Côte d’Ivoire devient le premier pays hôte à atteindre la finale depuis l’Égypte 2006.

Cette CAN est complément incroyable pour les Éléphants. Malgré une phase de poules difficile avec une seule victoire contre la Guinée-Bissau (2-0), une défaite devant le Nigeria (1-0) et une humiliation contre la Guinée équatoriale (4-0), la Côte d’Ivoire est présente au bouquet final de la « sa » CAN.

En effet, les Éléphants ont bénéficié de la victoire du Maroc sur la Zambie (1-0) pour terminer parmi les meilleurs troisièmes et se hisser en huitièmes de finale. Depuis, c’est le conte de fée. Le capitaine Serge Aurier et ses partenaires ont écarté, à la surprise générale, le Sénégal, champion en titre (1-1, 5-4 t.a.b.) en huitième de finale et le Mali (2-1 a.p.) en quarts de finale, dans un scenario incroyable, avant de battre sans difficulté la RD Congo (1-0), mercredi dernier, en demi-finale grâce à un but de Sébastien Haller (67è min).

« C’est un immense plaisir de se qualifier pour cette finale, surtout à domicile et après un parcours que l’on sait tous. Nous sommes très heureux, très émus. Nous remercions le public qui ne cesse de nous pousser, qui nous permet de nous surpasser jusqu’aujourd’hui », a dit Franck Kessié, élu l’homme du match de la demi-finale contre la RD Congo.

« C’est le football, tant qu’on a 5% ou 10% de chance, il faut croire. C’est ce qui fait la beauté du football. Après le match du Maroc contre la Zambie, on a su qu’on était qualifiés. Cela a tout changé et nous a donné une autre force. On ne pouvait pas faire pire que la phase de poules, il faut continuer dans cette logique parce qu’il ne faut pas arriver en finale pour lâcher. On a encore un grand match à disputer ce dimanche, il faut donc rester concentrés, retrousser nos manches, récupérer pour affronter une très bonne équipe de Nigeria, le dimanche », a ajouté le milieu de terrain ivoirien

Selon lui, « l’humiliation » subi contre la Guinée équatoriale (4-0), a été un déclic pour le groupe. « Cette défaite nous a fait mal et cela nous a permis de nous regarder dans une glace et de se dire les choses en face. On était persuadés que ça allait être difficile de passer au second tour, Cela restait un fiasco. Après on a eu une chose, en se qualifiant parmi les meilleurs troisièmes. On n’avait plus rien à perdre, on avait tout à gagner. C’est ce qui explique ce parcours », explique-t-il.

Depuis sa qualification de l’équipe en huitièmes de finale, la Côte d’Ivoire a retrouvé la confiance et un nouveau état d’esprit souffle sur le groupe. Cela a permis à la sélection nationale de repousser beaucoup de limites dans cette compétition mais, généralement, il est difficile d’arrêter une équipe, surtout d’une grande nation de football qui se qualifie dans les conditions aussi compliquées. Si elle est ressuscitée, elle va généralement loin. La Côte d’Ivoire va devoir confirmer toutes ses performances contre le Nigeria, un autre grand du continent. C’est justement sur le groupe, le collectif qu’insiste le sélectionneur par intérim de la Côte d’Ivoire, Emerse Faé.

« Je donne de l’importance au groupe. Depuis que j’ai commencé mon intérim, mon discours, c’est de leur dire qu’ils sont 27 joueurs et j’ai besoin de tout le monde. Après, je ne peux pas faire jouer les 27 en même temps. Évidemment, il y en a qui ne vont pas jouer mais dans mon discours, je leur fait comprendre que je compte sur tout le monde », dit-il

« Si on veut gagner cette compétition, on la gagnera à 27, pas seulement à 11. Ils ont compris, adhéré au discours. Les joueurs ont compris que si on devait y arriver, c’est avec les 27 ensemble, même ceux qui sont dans les tribunes ont un rôle à jouer. C’est tous ensemble qu’on pourra gagner la compétition», insiste  le sélectionneur ivoirien.

A Abidjan, les supporters sont confiants. Ils ont mis l’humilité dans le placard depuis leur qualification aux dépens du Sénégal. « C’est notre CAN, on va la remporter, arracher la coupe », s’exclame un supporter, après la qualification en finale.

Depuis le match contre le Sénégal, une expression revient après chaque qualification : « On ne vaut rien, mais on est qualifiés ». Il faut dire que les Éléphants ont repris confiance, sont solides et solidaires sur le terrain depuis la qualification in extremis en huitièmes de finale.

« On a tout le temps de la préparer cette finale de la meilleure de manière. Il ne faut pas perdre le capital-confiance. L’équipe doit bien récupérer et le groupe sera soudée et qu’on reste dans le même état d’esprit, que personne ne sorte du groupe », conseille l’ancien international ivoirien, Ibrahima Bakayoko, consultant de la télévision nationale ivoirienne (RTI1).

« Il faut analyser cette équipe du Nigéria qui est l’une des grandes nations de football. Elle a beaucoup d’atouts. Elle a des milieux offensifs qui sont des attaquants dans leur clubs qui se permettent de défendre, qui sont les meilleurs passeurs, qui sont capables de marquer à la finition des actions », ajoute l’ancien joueur de Marseille.

« Les deux équipes sont outillés. Elles savent qu’une finale ne se joue pas, elle se gagne. La Côte d’Ivoire a un avantage, c’est celui du domicile, celui du public. On verra comment elle peut capitaliser dessus pour avoir un troisième titre de champion d’Afrique » , explique un confère camerounais, également consultant à la RT1 lors de cette CAN.

Le Nigéria est monté en puissance dans la compétition. Après le match nul contre la Guinée équatoriale (1-1) lors de leur entrée en lice, les Super Eagles ont revu leur copie et successivement dominé la Côte d’Ivoire (1-0), la Guinée-Bissau (1-0) et le Cameroun (2-0), en huitièmes de finale, l’Angola (1-0) en quart de finale.

Bousculés en demi-finale, le capitaine William Troost-Ekong et ses partenaires ont su prendre le dessus sur les Bafana Bafana d’Afrique (1-1, 4-2 t.a.b.) pour se hisser en finale. Solides derrière et efficaces devant, ces Super Eagles font office de grands favoris pour la victoire finale.

Après la demi-finale contre l’Afrique du Sud, le sélectionneur nigérian s’est dit fier de la prestation de ses joueurs. « L’Afrique du Sud nous a énormément gênés. Mais nous avons réussi à garder notre sérénité », a déclaré José Peseiro.

« Nous savons que la finale sera très difficile. Nous allons donc essayer de garder la même dynamique tout en restant focalisés sur notre jeu. J’ai la chance d’avoir de très bons joueurs avec une équipe solide. La preuve, nous n’avons encaissé que deux buts durant le tournoi. Il faut donc garder la même dynamique », a ajouté le technicien portugais.

Quel que soit le vainqueur de cette CAN, la coupe restera en Afrique du l’Ouest, précisément la Zone B de l’Union des fédérations ouest-africaine. La Côte d’Ivoire vise un 3è titre pour rejoindre le Nigeria au nombre de titre alors que le Nigeria cherche à atteindre le nombre de titre du Ghana (4).

C’est dire que malgré les surprises et la sensation créées par les « petites équipes », ce sont les favoris qui sont arrivés en finale, comme dans la plupart des grandes compétitions internationales. On ‘attend à belle fête !

LMD/MD (AMAP)

Finale de la CAN 2023 : Un inédit Nigéria-Côte d’Ivoire

Les Nigérians atteignent la finale pour la première fois depuis 2013

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Abidjan, 08 fév (AMAP) Nigeria-Côte d’Ivoire, c’est l’affiche de la finale de la 34è édition de la Coupe d’Afrique des nations. Les deux équipes ont décroché leur ticket de pour la finale, mercredi, à l’issue des demi-finales.

Le Nigeria a battu l’Afrique du Sud (1-1, 4-2 t.a.b.), au stade de la Paix de Bouaké quand la Côte d’Ivoire a dominé la RD Congo (2-0), au stade Alassane Ouattara à Abidjan. Les deux pays ne se sont jamais rencontrés en finale de la CAN. Ils s’affronteront dimanche pour titre continental, au stade Alassane Ouattara à Abidjan.

L’Afrique du Sud ne remportera donc pas son deuxième titre cette CAN. Les Sud-Africains, qui ont disputé la demi-finale de la compétition pour la première fois depuis 2000, ambitionnaient de faire, en Côte d’Ivoire, d’une pierre deux coups : prendre leur revanche sur le Nigeria qui les avaient battus à ce stade de la compétition en 2000 et se qualifier en finale pour viser un deuxième sacre, après 1996 à domicile. C’est raté !

Les Bafana Bafana se sont encore inclinés devant le Nigeria, en demi-finale de la CAN, Côte d’Ivoire 2023. Pourtant, les Sud-Africains ont dominé le jeu, ayant la plupart du temps le ballon sans concrétiser leur domination. Les chiffres de la rencontre sont éloquents : 14 tirs de chaque côté dont 6 tirs cadrés pour l’Afrique du Sud contre 5 pour le Nigeria. La possession de balle était largement à l’avantage des Bafana Bafana qui ont obtenu 61% et réalisé 616 passes avec 86% de précision contre 39% de possession, 382 passes avec 80% de précision pour le Nigeria qui a commis 22 fautes, écopé de 2 cartons jaunes et obtenu 5 corners contre 11 fautes, 1 carton rouge, 1 hors-jeu et 4 corners pour l’Afrique du Sud.

Pour se hisser en demi-finale, le Nigéria a terminé 2è du groupe A avec deux 2 victoires, un nul avant d’éliminer le Cameroun (2-0) en huitièmes et l’Angola (1-0) en quarts de finale. De son côté, l’Afrique du Sud a terminé 2è du groupe E (1 victoire, 1 nul et 1 défaite) derrière le Mali avant de créer la surprise en huitièmes face au Maroc (2-0) et de se défaire du Cap Vert (0-0, 2 tab à 1) en quart de finale.

Dans cette rencontre tactique, l’Afrique du Sud a réalisé une belle première période. Séduisants, les Sud-Africains usent de longs ballons pour porter le danger sur les buts nigérians.

De son côté, le Nigéria a été méconnaissable, friable derrière et timide offensivement. Les belles occasions de la première période étaient à l’actif des Sud-Africains, notamment la frappe du milieu de terrain Sphephelo Sithole captée par le gardien nigérian Stanley Nwabali (10è min). Le gardien arréte aussi la tentative de Percy Tau (28è min) avant d’être encore décisif sur la frappe enroulée de Sekotori Makgopa qui partait dans les buts (39è min).

Auparavant le Nigiera a cadré sa première frappe mais le ballon du milieu de terrain Alexander Iwobi n’a pas inquiété le gardien Ronwen Williams (37è min). L’Afrique du Sud a mieux joué avec le ballon mais le danger pour la défense nigériane est toujours venu de longs ballons.

La tête sous l’eau en première période, le Nigeria est parvenu a fait le dos rond et laisser passer l’orage avant d’émerger l’eau en deuxième période. Les Nigérians sont revenus des vestiaires avec de meilleurs intentions. Les joueurs de José Peseiro sont bien plus agressifs à la perte du ballon, plus précis dans leurs transmissions.

Peu avant l’heure de jeu, Victor Oshimen, qui était incertain pour ce match pour cause de problèmes à l’abdomen, s’impose physiquement à la retombée d’un centre de Bright Osayi-Samuel mais, un peu en arrière, il ne peut cadrer sa reprise de la tête (57è min). Le Nigeria a débloqué le tableau d’affichage grâce au défenseur William Paul Troost-Ekong qui a transformé un penalty consécutif à une faute de Mothobi Mvala sur Victor Osimhen (67è min).

Le Nigéria semble avoir fait le plus dur, mais l’Afrique du Sud n’a pas dit son dernier mot. Alors que Victor Osimhen croit réaliser le break pour son pays (85è min), les Sud-Africains réclament une faute au départ de l’action, obligeant l’arbitre égyptien Amin Mohamed Omar à recourir à l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) qui a finalement annulé le but du Nigeria et accordé un penalty à l’Afrique du Sud pour une faute de Alhasan Yusuf sur Percy Tau. Le milieu de terrain Teboho Mokoena transforme le penalty pour remettre les pendules à l’heure (1-1, 90è min). Un match fou !

Dans le temps additionnel, les Sud-Africains sont passés à côté du 2-1, pour crucifier les Nigérians mais Khuliso Mudau, seul face au but vide, tire au-dessus après un coup franc Teboho Mokoena repoussé par le gardien Stanley Nwabali (90è min +6).

Les deux équipes jouent la prolongation. Malgré les occasions de part et d’autre et l’expulsion du défenseur sud-africain Gomolemo Grant Kekana (115è min), elles ne parviendront pas à se départager. Place à la séance des tirs au but. Brillante à ce jeu lors du quart de finale contre le Cap-Vert, l’Afrique du Sud craque devant le Nigeria.

Le gardien des Super Eagles Stanley Nwabali a volé la vedette à Ronwen Williams (auteur de quatre arrêts contre le Cap-Vert) effectuant deux arrêts durant la séance. Le Nigeria transforme 4 tirs contre 2 pour les Bafana Bafana.

Même bousculé, le Nigeria s’est montré solide et confirme une fois de plus son statut de favori de cette compétition. Les Super Eagles vont disputer leur 8è finale de la CAN et visent un 4è sacre après 1980, 1994 et 2023. Les Nigérians atteignent la finale pour la première fois depuis 2013.

LMD/MD (AMAP)

 

CAN 2023 : Les commerçants se frottent les mains

Le maillot de la Côte d’Ivoire est le plus demandé par les fans

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Abidjan, 08 fév (AMAP) La Coupe d’Afrique des nations se joue sur les différents stades mais aussi dans les marchés et les centres commerciaux.  A Abidjan et dans les autres villes de la Côte d’Ivoire, les commençants se frottent les mains. Ce mercredi 7 février, à quelques heures des demi-finales, les supporters Ivoiriens, à la recherche de maillots, sont nombreux dans la boutique de Hamed Yatassaye, au marché de Marcory, une Commune d’Abidjan. Ici, les maillots sont vendus à entre 15.000 Fcfa et 10.000 Fcfa l’unité, des chapeaux, des écharpes.

Dans cette boutique, les tuniques de tous les pays participants à la CAN sont mises à la disposition des supporters. « C’est le maillot de la Côte d’Ivoire qui est beaucoup plus demandé. Le maillot du Nigeria est presqu’en rupture parce que les gens ne voyaient pas ce pays atteindre les demi-finale et les commerçants n’en ont pas commandé assez », explique Hamed Yatassaye.

Le commerçant d’origine malienne (il rend visite régulièrement à sa famille à Kati et c’est son père qui s’est installé en Côte d’Ivoire) explique que les Ivoiriens achètent beaucoup leur maillot que ce soit en période de CAN ou pas. Même s’il s’empresse d’ajouter qu’il y a beaucoup plus de vente pendant la CAN.

Kouassi Kouakou est un grand supporter des Éléphants. Habillé en maillot orange-blanc de Côte d’Ivoire sur le dos duquel est écrit « Les Éléphants », il vient acheter deux maillots XL de son pays à 15.000 Fcfa l’unité pour les offrir à des amis dans son quartier. « J’ai six maillots de la Côte d’Ivoire. J’en ai acheté pour tous mes enfants. Aussi pour mes sœurs, frères, cousins et cousines qui sont au village », confie-t-il.

Le jeune Franck Yao débarque dans la boutique, avec deux amis, pour demander la pointure M du maillot du Maroc. « C’est le Maroc qui nous a réveillés, on va lui faire honneur », justifie-t-il. Après avoir acheté son maillot à 10.000 Fcfa, il passe dans une autre boutique pour floquer la tunique

« Les gens écrivent des choses bizarres sur leur maillot. Quelqu’un a écrit sur son maillot : Je n’ai rien sur Wave, un autre : « Sery Dorcas m’a dragué, j’ai refusé. » Je vais juste écrire mon nom : Le seul Yao C8 », ajoute Franck Yao. Le prix du flocage esr de 500 Fcfa par lettre.

« Nous recevons beaucoup de clients. C’est impossible de donner un chiffre. C’est quand même florissant », confie Seydou Sanogo qui gagne beaucoup d’argent dans le flocage depuis le début de la CAN.

Au grand marché d’Adjamé, une autre Commune d’Abidjan, toutes les qualités sont disponibles et le prix varie de 3 000 à 15.000 Fcfa.

Il n’y a pas que les vendeurs de maillots qui s’en sortent. D’autres commerçants ont augmenté leur chiffre d’affaire grâce à la CAN, notamment la vendeuse de chaussures Aminata Coulibaly.

« Beaucoup d’équipes sont éliminées. Avant de rentrer au pays, les supporters viennent acheter des chaussures et autres articles pour en faire des cadeaux à leurs proches », dit-elle.

LMD/MD (AMAP)

Demi-finales de la CAN Côte d’Ivoire 2023 : De la revanche dans l’air

Envoyé spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

 Bouaké, 06 fév (AMAP) Nigeria-Afrique du Sud, Côte d’Ivoire-RD Congo sont les affiches des demi-finales de la CAN, Côte d’Ivoire 2023, prévues demain mercedi. En 2000, les Super Eagles ont écarté les Bafana Bafana à ce stade de la compétition alors qu’en 2015, les Éléphants ont éliminé les Léopard. L’Afrique du Sud et la RD Congo ont donc une revanche à prendre leurs adversaires.

La compétition tend vers sa fin. Le stade de la Paix à Bouaké et le stade Alassane Ouattara à Abidjan s’apprêtent à accueillir les demi-finales. La première rencontre mettra aux prises le Nigeria et l’Afrique du Sud à Bouaké (17h) alors que la deuxième mettra face à face le pays hôte, la Côte d’Ivoire et la RD Congo, à Abidjan. Quelle que soit l’issue des deux matches, la finale opposera un pays francophone et un pays anglophone. Les deux pays de l’Afrique de l’Ouest aborderont ces demi-finales avec les faveurs des pronostics. Toutefois, dans cette compétition, les observateurs se méfient bien de la « notion de favori ». C’est une CAN si particulière dans laquelle tout est possible.

En tout cas, les Bafana Bafana ont une revanche à prendre sur les Super Eagles qui les avaient dominés 2-0, à Lagos, en demi-finale de la CAN 2000. Après la défaite en demi-finale de 2000, les Super Eagles ont battu 2-1 les Bafana Bafana en quarts de finale de l’édition 2019 en Égypte.

Le Nigeria vise un quatrième titre après 1980, 1994 et 2013 alors que l’Afrique court toujours derrière un deuxième sacre après 1996 à domicile. Les deux équipes se sont rencontrées 14 fois. Les Super Eagles se taillent la part du lion avec 7 victoires contre 2 pour l’Afrique du Sud. Cinq matches se sont terminé sur des scores nuls.

Ce sera une nouvelle page dans l’histoire du football africain, avec les Bafana Bafana désormais sous la direction de deux anciens champions d’Afrique contre une équipe de stars des Super Eagles.

Monté en puissance durant la compétition, le Nigeria reste sur quatre victoires consécutives sans prendre de but. Après avoir fait match nul contre la Guinée équatoriale (1-1) lors son entrée en lice, le Nigeria a successivement dominé la Côte d’Ivoire (1-0), la Guinée Bissau (1-0), le Cameroun (2-0) en huitième de finale, l’Angola (1-0) en quart de finale. Dans un système 4-3-3, les Super Eagles sont solides derrière, puisqu’ils défendent à 11 et sont forts dans le jeu de transition avec une attaque rapide composé de grands dribleurs dans les couloirs, Ademola Lookman et Moses Simon et le dangereux Victor Osimhen.

Mais, ils doivent se méfier de l’Afrique du Sud, dirigée par Hugo Broos, qui a conduit le Cameroun à la victoire surprise en 2017. Le technicien belge est épaulé par Helman Mkhalele, un membre clé de la génération dorée de 1996 qui a remporté le premier et unique titre africain de l’Afrique du Sud.

Certes les Bafana Bafana n’étaient pas attendus à ce stade de la compétition surtout après la défaite lors de leur premier match contre le Mali. Pourtant, dès la première conférence d’avant-match contre le Mali, le Belge a martelé que son ambition est de remporter la compétition pour la deuxième fois. C’est la première demi-finale des Bafana Bafana depuis 2000.

Dans cette compétition, ils n’ont plus perdu depuis leur défaite face aux Aigles (0-2). Après une victoire devant la Namibie (4-0) et un nul devant la Tunisie, ils ont battu le Maroc, battu 2-0 en huitième de finale avant d’éliminer le Cap-Vert (0-0, 2-1 t.a.b.) en quart de finale grâce à la prestation XXXL de leur gardien Ronwen Williams.

Ceui-ci a réussi un arrêt décisif pour arracher la prolongation dans les dernières minutes et réalisé 4 arrêts lors de la séance de tirs au but.

«Beaucoup de gens en Afrique du Sud ne croyaient pas en cette équipe, mais nous y croyions, et les joueurs croyaient en eux-mêmes», a déclaré Hugo Broos après la victoire en quart de finale.

Le sélectionneur belge a également reconnu la tâche difficile qui attend l’Afrique du Sud face à une équipe nigériane de stars comme Ademola Lookman. Mais, il a insisté sur le fait que son équipe serait prête pour la confrontation de ce mercredi après avoir dissipé les doutes passés sur sa qualité.

« La demi-finale sera difficile contre les grands joueurs nigérians mais nous n’avons plus rien à perdre maintenant », a déclaré le Belge.

La première demi-finale est le remake de celle de 2000, la deuxième sera celle 2015 entre la Côte d’Ivoire et la RD Congo. Aujourd’hui, les joueurs congolais ont tous à l’esprit l’élimination en demi-finale en Guinée équatoriale par la Côte d’Ivoire (3-1), futur vainqueur de la compétition.

A domicile, portée par une ferveur nationale, la Côte d’Ivoire a l’occasion de remporter son 3è titre après 1992 et 2015. Mais les Éléphants peuvent-ils toujours compter sur le miracle ? En tout cas, ils sont portés par les dieux du stade avec une qualification miraculeuse en huitième de finale en tant que meilleurs troisièmes, une victoire surprise devant le Sénégal (1-1, 5-4 t.a.b.) et un succès incroyable devant les Aigles (2-1 a.p.) pour se hisser en demi-finale.

Pour ce match, le sélectionneur Emerse Faé sera privé des services quatre joueurs suspendus. Il s’agit du défenseur central Odilon Kossonou, l’arrière droit-capitaine Serge Aurier, les attaquants Oumar Diakité et Christian Kouamé. Si Odilon Kossonou et Oumar Diakité ont été expulsés en quart de finale contre le Mali pour cumul de cartons, Serge Aurier et Christian Kouamé ont écopé de deux cartons jaunes lors des deux derniers matches. Privé de ces joueurs qui, individuellement et collectivement, pèsent dans l’équipe, le sélectionneur doit trouver la solution pour combler les vides que vont sûrement laisser ses absences.

Tout comme la Côte d’Ivoire, la RD Congo vise un 3è titre après les sacres de 1968 et 1974. Comme les Bafana Bafana, les Léopard n’étaient pas attendus à ce stade de la compétition. Auteurs de 4 matches nuls, ils ont gagné leur premier match en quart de finale en éliminant la Guinée (3-1). Sur leur chemin, les Congolais ont écarté l’un des favoris, l’Egypte, battu en huitième de finale (1-1, 8-7 t.a.b.). C’est la première demi-finale de la Côte d’Ivoire et de la RD Congo depuis leur duel en 2015.

Les journaux ivoiriens ont évoqué dans leurs parutions de mardi cette demi-finale. L’Avenir est revenu sur la confrontation entre les deux équipes depuis 10 ans, ajoutant que les Éléphants, au niveau des statiques des rencontres depuis dix ans, partent favoris. « En quatre rencontres entre les deux pays, les Éléphants ont réalisé deux victoires, un nul et une défaite », a précisé le journal. Notre confrère Dou Nicaise conclut dans son papier que les données ont changé, ce ne sont plus les mêmes acteurs, même si côté ivoirien, on a encore Max Alain Gradel et Serge Aurier, qui sont témoins des quatre dernières confrontations entre les deux sélections. « Les Ivoiriens partent avec un avantage psychologique, la présence des supporters dans les stades et qui vont chauffer le stade ADO comme ils l’ont fait au stade de la Paix de Bouaké face au Mali ».

« Deux duels aux relents de revanche », a titré de son côté L’inter. Nos confrères rappellent « les deux visages » des Éléphants pendant cette CAN : un début de compétition « cauchemardesque, terni par l’humiliation devant leur public face à la Guinée équatoriale » et un mental à toute épreuve qui leur a permis de mettre fin aux ambitions du Sénégal en huitièmes de finale et de briser les espoirs des Aigles du Mali en quarts de finale.

« La RD Congo doit compter avec la résilience de la sélection ivoirienne », ajoute le journal. Nos confrères rappellent également qu’à chaque fois que la RD Congo a remporté la CAN, elle a éliminé le pays organisateur (Éthiopie en 1968 et Égypte en 1974) et reviennent sur les propos du sélectionneur congolais, Sébastien Desabre après le match contre la Guinée : « C’est évident, quand vous êtes en demi-finale d’une compétition, vous avez envie d’aller en finale ».

Pour le journal, les Éléphants revenus du purgatoire, vivent une cure de jouvence, bénéficient du soutien indéfectible du peuple ivoirien et des supporters qui ont décidé de les pousser jusqu’au bout : « Ce mercredi 7 février 2024, la bataille entre Léopards et Éléphants au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé sera sans merci ».

Concernant la première demi-finale, le journal estime que le Nigeria apparaît de plus en plus, après le premier tour, comme un candidat crédible à la victoire finale, ajoutant que la génération actuelle des Bafana Bafana s’illustre par les automatismes de son onze-type avec huit titulaires qui évoluent ensemble au Mamelodi Sundowns.

Le directeur de publication du journal « Le Sport », Oulidehi Magloire, fait remarquer qu’on retrouve dans le dernier carré des anciens champions d’Afrique, des sélections qui ont de l’expérience à faire valoir.

Cependant, « la configuration des deux demi-finales n’est pas la même », ajoute notre confrère. « Dans la première opposition, le Nigeria a un tel avantage psychologique sur l’Afrique du Sud que j’ai du mal à ne pas le voir en finale. En plus, le potentiel des Super Eagles me semble vraiment supérieur à celui des Bafana Bafana ».

« Par contre, poursuit-il, la seconde demi-finale m’apparaît très équilibrée. Certes, la Côte d’Ivoire est sur une belle dynamique et devant son public, mais la RD Congo n’a jamais fait de complexe à s’imposer devant les supporters abidjanais. En plus, les Léopards ont un sélectionneur qui connaît bien le microcosme footballistique ivoirien. » « Pour moi, c’est du 50-50 », a-t-il pronostiqué.

Adou Mel du groupe Intelligent d’Abidjan fait remarquer qu’aucune équipe demi-finaliste de la dernière édition n’est présente. Ensuite, aucun premier des six groupes n’est présent non plus. « Côte d’Ivoire-RD Congo doit être un match de revanche pour les Congolais éliminés en demi-finale en 2015 par les Ivoiriens. Ces derniers doivent confirmer leur acquis de 2015. Les Léopards se bonifient au fil des rencontres, les Éléphants font preuve de solidarité et de solidité. Ce sera un match de feu et de nerfs où rien n’est acquis ou gagné par avance », analyse Adou Mel.

« Nigeria-Afrique du Sud est aussi le match des Anglophones. Le Nigeria part avec les faveurs des pronostics au vu de ce qu’il a montré et démontré jusque-là. Un bloc solide au jeu direct. Les Super Eagles restent un bon groupe avec de bonnes individualités capables de faire la différence à tout moment. En face l’Afrique du Sud est toute aussi solide. Elle élève son niveau de jeu à chaque sortie. Lentement mais sûrement elle fait son chemin. Comme la Côte d’Ivoire, elle gère sa résilience avec beaucoup d’humilité et de respect de l’adversaire. Attention à cette équipe qui a débuté difficilement mais qui avance à grand pas. Elle pourrait faire mal. Les Bafana Bafana n’ont pas encore dit leur dernier mot », explique-t-il.

Deux rencontres de haut niveau pour savoir les finalistes de la 34è édition de la CAN.

LMD/MD (AMAP)

 

CAN Côte d’Ivoire 2023 : Vers une finale Nigeria-Côte d’Ivoire ?

Ladji M. DIABY

Habib KOUYATE

Bouaké, 06 fév (AMAP) Nigeria-Afrique du Sud, Côte d’Ivoire-RD Congo. Ce sont les affiches des demi-finales de la CAN, Côte d’Ivoire 2023. La première demi-finale aura pour cadre le stade de la Paix à Bouaké, le 7 février, entre les Super Eagles et les Bafana Bafana alors qu’en deuxième heure, les Éléphants seront face aux Léopards, au stade Alassane Ouattara, à Abidjan.

Les quatre équipes ont obtenu leur ticket à l’issue des quarts de finale disputé vendredi et samedi. Le Nigeria a écarté l’Angola (1-0), vendredi au stade Félix Houphouët-Boigny, grâce à une réalisation de l’ailier Ademola Lookman (41è min), auteur des trois derniers buts de son équipe.

Après son match nul lors de son entrée en lice dans la compétition, contre la Guinée équatoriale (1-1), le Nigeria est monté en puissance en signant quatre succès consécutifs sans encaisser de but : la Côte d’Ivoire (1-0), la Guinée Bissau (1-0) et le Cameroun (2-0), l’Angola (1-0).

Solides derrière et efficaces devant, les Super Eagles font office de grands favoris à la victoire finale. Ils auront en face l’Afrique du Sud qui a écarté le Cap-Vert (0-0, 2-1), samedi dernier, au stade Charles Konan Banny, à Yamoussoukro, dans le dernier quart de la compétition.

Les Bafana Bafana atteignent la demi-finale pour la première fois depuis 2000 et avaient été alors éliminés par … les Super Eagles (2-0), grâce à un doublé de Tijjani Babangida (1re et 34è min).

De son côté, le miracle continue pour la Côte d’Ivoire. Déjà qualifié à la dernière minute au deuxième tour, le pays hôte a renversé le Sénégal (1-1, 5-4 t.a.b.) en huitièmes de finale avant de faire la même chose au Mali (1-2), samedi dernier, en quart de final.

Les Éléphants, réduits à dix en première période, ont arraché la prolongation avant de l’emporter sur un but libérateur d’Oumar Diakité.

Face au RD Congo qui semble évoluer en dessous du Mali et du Sénégal, les Éléphants comptent décrocher facilement leur ticket pour la finale. Les Congolais ont battu la Guinée (3-1) en quarts de finale pour renouer avec les demi-finales pour la première fois depuis 2015, tout comme leur futur adversaire.

En Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire a éliminé la RD Congo (3-1) avant de battre le Ghana (0-0, 9-8 t.a.b.) en finale.

La finale de cette édition tend vers une finale Nigeria-Côte d’Ivoire, les deux favoris qui restent en course. Mais… cette édition est très imprévisible.

LMD/MD (AMAP)

Eric Sékou Chelle : « Le premier responsable, c’est moi. J’assume mes choix »

Propos recueillis par

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

 AMAP : Que ressentez-vous après l’élimination du Mali ?

Eric Sékou Chelle : Je suis déçu pour les joueurs, le Mali et les Maliens. J’ai toujours respecté tout le monde. Des fois, j’ai fait des erreurs dans ma communication. On est tombés sur une équipe qui a eu la chance de nous gagner. On a joué à 100%, les joueurs se sont arrachés. On a eu une qualité de jeu certaine.

Maintenant, je suis déçu pour le Mali, parce qu’on est dans une situation compliquée et cela aurait fait du bien. C’est vrai que c’est un échec, dans la vie il faut savoir relever la tête et avancer. Le premier responsable, c’est moi. Je fais des choix. Je les assume.

Un bilan sera fait au niveau des joueurs et du staff, avec la fédération, pour essayer d’analyser le tournoi : qu’est-ce qui a été, qu’est-ce qui n’a pas été. J’aurai une discussion avec la fédération et le ministère du tutelle pour voir de quoi l’avenir est fait.

AMAP : Qu’est-ce qui a manqué aux Aigles pour gagner ?

ESC : Pour le spectacle, je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui ont pris du plaisir à regarder ce match. Même si on a fait preuve de caractère, je pense que dans le jeu, à 11 contre 10, cela n’a pas été suffisant. On a manqué de lignes directrices dans le jeu. On n’a pas mis assez de centres. On n’était pas assez dans la surface de réparation. On n’a pas été à l’abri des contres de la Côte d’Ivoire, notamment avec la très bonne entrée d’Oumar Diakité.

AMAP : Votre décision de faire sortir Lassine Sinayoko pour un défenseur central, n’a-t-elle pas été un mauvais coaching ?

ESC : A la 80è minute, en voyant que la Côte d’Ivoire a commencé à faire le jeu long et qu’on était en difficulté dans le jeu aérien, on a décidé de faire rentrer un défenseur pour être dans une défense à 5 et être en surnombre entre les deux attaquants. On a voulu renforcer l’axe central.

Pour cela, il fallait sortir les joueurs et Lassine Sinayoko était très touché sur le plan physique. On a pris cette décision de passer à un système à 5 défenseurs pour être plus solide dans le jeu aérien parce qu’en face, il y a énormément de qualité dans le jeu aérien.

On a perdu pied sur les cinq dernières minutes. Si cela avait marché, vous aurez dit : « Coach vous avez fait un bon coaching. » Cela n’a pas marché. On n’a pas été bon sur ces phases arrêtées.

Il faut que j’encaisse. On va analyser tout cela pour progresser. Les entraîneurs sont là, ils partent, les joueurs aussi, mais le Mali reste. Certains vont être fort mentalement pour continuer, il y a d’autres qui seront moins forts. On va analyser tout ça et faire un bilan. Je suis déçu pour les joueurs. Cette génération mérite quand même quelques choses parce qu’au niveau de la qualité de jeu, dans le monde entier, il n’y a pas beaucoup d’équipes qui sont capables de faire ce qu’on fait.

AMAP : Que reprochez-vous alors à l’arbitrage ?

ESC : Ce qui est bien dans le football, c’est qu’il peut toujours se passer quelque chose. J’ai pris parti de donner comme objectif à mes joueurs de bien jouer pour gagner. Je pense qu’on a développé du jeu, des actions très intéressantes.

Sur deux penalty, il y a un qui a été sifflé. Mon joueur Kiki (Boubacar Kiki Kouyaté, contre le Burkina Faso, ndlr), qui voulait faire une tête, voit le ballon retomber sur sa main et l’arbitre siffle penalty. Je voudrais qu’on m’explique : quelle est la règle des mains. C’est la première.

Ensuite, le carton rouge est mérité. Mon joueur part tout seul au but et fait un crochet, il y a une annulation d’occasion de but. Dans les cinq ou dix dernières minutes du jeu, il y a des fautes sifflées contre nous qui sont litigieuses.

Il nous fallait être beaucoup plus solides sur les phases arrêtées. On savait que c’était une force de la Côte d’Ivoire.

AMAP : La Côte d’Ivoire était pourtant à l’infériorité numérique ?

ESC : On n’a pas su répondre à la qualité de la Côte d’Ivoire sur le jeu aérien. On s’est effondré sur ce jeu aérien. Quand une équipe joue en infériorité, son état d’esprit se décuple. Ills ont cette envie de s’accrocher. La vérité est que la Côte d’Ivoire revient de loin et, aujourd’hui, elle est en demi-finale. Ils ont cette énergie, ils ont aussi ce brin de chance. Il le faut dans le football.

Ils ont des qualités. Ils méritent cette demi-finale sur leur qualité. Nous le méritons aussi. Aujourd’hui, j’ai un sentiment de déception pour mes joueurs, pour le Mali.

Je fais des choix, je les assume.

LMD/MD (AMAP)

CAN 2023 : Les Aigles du Mali éliminés et déçus

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Bouaké, 03 fév (AMAP)  Le Mali a été éliminé en quart de finale de la CAN 2023 par le pays hôte, la Côte d’Ivoire (2-1), samedi, au stade de la Paix de Bouaké. C’est une fin parcours cruelle pour les Aigles en larmes.

La sélection malienne a vécu au stade de la Paix de Bouaké la déception totale au coup de sifflet final de l’arbitre égyptien, Mohamed Adel Elsaïd Hussein, au bout des prolongations. Les joueurs versent de grosses et chaudes larmes, les membres du staff sont tous en larmes. Le sélectionneur national, Éric Sékou Chelle, accroupi sur le terrain, s’est fait verser de l’eau sur la tête par un membre de son staff. Le choc est dur et personne n’a été épargné par la secousse.

Pourtant, le Mali avait le match en main pour dominer enfin sa bête noire de la plus belle des manières. Mais patatras. Manque de maturité, mental, malédiction contre la Côte d’Ivoire, tous les mots sont utilisés pour expliquer la défaite, mais en réalité, les Aigles ne peuvent s’en prendre qu’au eux-mêmes. Ils ont dominé le match de bout en bout avec 62% de possession de balle, 629 passes, 11 tirs dont 4 cadrés, 10 corners et 1 carton rouge contre 38% de possession, 389 passes et 11 tirs dont 3 cadrés, 2 corners, 2 cartons rouges pour la Côte d’Ivoire.

En supériorité numérique pendant plus de 75 minutes (la deuxième période et les prolongations), les Aigles se sont permis de rater un penalty que les supporters vont regretter jusqu’au moins à la CAN 2025 au Maroc. Si l’on peut reprocher le manque d’efficacité aux joueurs, le sélectionneur n’est pas exempté de tout reproche. Si à l’heure de jeu, l’entrée de Nene Dorgelès et Fousseni Diabaté a été salutaire, il a ensuite détruit l’équilibre de son équipe pour conserver le but marqué par Nene Dorgelès à la 71è minute. Si cela a marché contre le Burkina Faso, battu 2-1, il faut reconnaître que la Côte d’Ivoire n’est pas le Burkina.

En effet, Eric Sékou Chelle a tendance à paniquer pendant le temps fort de l’adversaire et le choix de défendre un petit but à coûter cher aux Aigles.

«C’est difficile. Nous n’avons pas les mots. Je pense que nous avons manqué de maturité, sinon le match était à notre portée. Nous avons obtenu un penalty et l’adversaire a été réduit à dix. Nous n’avons pu faire mieux. Ce sera un regret éternel. Nous irons dans nos tombes avec ces regrets. Je pense que cette année était la bonne pour le Mali, malheureusement nous n’avons pas été capables », a déclaré le défenseur central Boubacar Kiki Kouyaté après le match

« Nous présentons aux excuses au peuple malien. Si les Maliens sont en colère c’est à cause de nous. Nous demandons pardon à tout le monde. S’il plait à Dieu, le Mali va remporter la coupe un jour, même si ça ne sera pas notre génération », a-t-il ajouté.

Le milieu de terrain, Adama Traoré demande également pardon au peule malien. « Nous voulons gagner ce match mais Dieu en a décidé autrement. Le public est venu en nombre. C’était à nous de calmer le jeu et de gagner, mais Dieu n’en a pas voulu. Nous présentons des excuses au peuple et nous

allons essayer de rattraper nos erreurs», a déclaré Adama Traoré «Noss».

Pour ce match, un changement chez les Aigles par rapport au onze aligné en huitièmes face au Burkina Faso (2-1). Le milieu de terrain Mohamed Camara (malade) laisse sa place à Diadié Samassékou, le nouveau joueur de Cadix en Espagne. Chez les Ivoiriens, Franck Kessié, Nicolas Pépé et Christian Kouamé reviennent au premier plan et remplacent Ibrahim Sangaré, Oumar Diakité et Jean-Philippe Krasso.

Pour atteindre ce niveau, le Mali, invaincu, a terminé leader du groupe E avec 5 points en phase de poules devant l’Afrique du Sud (4 points) et la Namibie (4 points) avant d’éliminer le Burkina Faso en huitièmes (2-1).  Sortis miraculeusement de la phase de groupes, les Éléphants, troisièmes du groupe A (3 points) derrière la Guinée équatoriale (7 points) et le Nigeria (7 points) ont retrouvé de la confiance et de l’ambition et ont éliminé le tenant du titre, le Sénégal (1-1, 5-4 t.a.b.) en huitièmes de finale.

Comme lors de ses derrière rencontres avec la Côte d’Ivoire, le Mali a fait fort impression dans le jeu. Les Aigles ont dominé la première période. Dès la 8è minute, le Mali pouvait bénéficier d’un penalty. Après un corner Kamory Doumbia repoussé par la défense ivoirienne, la reprise d’Amadou Haïdara semble déviée par la main du défenseur central ivoirien, Kouakou Odilon Koussounou.

Après une longue attente, l’arbitre égyptien, Mohamed Adel Elsaïd Hussein fera recours l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR). Le penalty qui semblait évident n’est pas sifflé pour une position de hors-jeu. Ce sera que partie remise quart quelques minutes plus tard, le Mali obtient un penalty suite à une faute du même défenseur Kouakou Odilon Koussounou sur Lassine Sinayoko dans la surface ivoirienne. Adama Traoré exécute la sentence et bute sur le gardien, Yaya Fofana (16è min). Le stade de la Paix exulte.

Plus technique, les Aigles dominent dans tous les compartiments de jeu et les Ivoiriens multiplient les fautes et l’arbitre égyptien multiplie les cartons dont l’expulsion de Kouakou Odilon Koussounou pour cumul de cartons après une faute sur Lassine Sinayoko qui partait seul vers les buts gardés par Fofana (44è min).

«Que faire ? Ils sont techniquement plus que nous », s’interroge un confrère ivoirien à la pause. Déjà en difficulté, les Éléphants laissent toute l’initiative de jeu aux Aigles en deuxième période. Ils défendent à 9 en comptant sur les contres pour trouver la faille dans la défense des Aigles. Le stade de la Paix, plein, est totalement acquis à la cause des Éléphants qui ont misé sur Sébastien Haller, entré aux débuts de la deuxième période. Il y avait 39 836 dans un stade de 40.000 places.

Les Aigles dominent mais ne sont pas dangereux. Et le sélectionneur national Éric Sékou Chelle fait entrer ses flèches Nene Dorgelès et Fousseni Diabaté, après l’heure de jeu. C’est un coaching payant. Dix minutes, après son entrée, Nene Dorgelès marque. Après un relais avec Diadié Samassékou, il nettoie la lucarne du gardien ivoirien avec une frappe enroulée du pied droit près de la surface (71è min).

C’est silence radio dans le stade. L’ailier des Aigles, d’origine ivoirienne, ne célèbre pas son joli but. Les Ivoiriens commencent à sortir et à mettre les longues balles dans le camp des Aigles et ils finiront par égaliser grâce à Simon Adingra (90è min), rentré en jeu cinq minutes plus tôt. Les spectateurs sont en extase et chantent et dansent aux gloires des Éléphants.

Le match est relancé. Il faut jouer les prolongations. La Côte d’Ivoire est bien dans le match. La barre transversale sauve le Mali sur la tête de Sébastien Haller (96è min). L’arbitre égyptien est trop clément avec le gardien ivoirien Yahia Fofana qui fait son cinéma sur le terrain. Il se couche à tout moment et devient même un ramasseur de balle pour perdre le temps.

Dans le temps additionnel des prolongations, Oumar Diakité a inscrit le but de la victoire pour les Éléphants en talonnant du pied droit dans la surface, une reprise de foulée de Sékou Fofana (120è min +2). Pour une célébration excessive, il écope d’un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion (120è min +3).

L’arbitre met fin de la rencontre sans laisser le Mali jouer son corner et cela a provoqué la colère du capitaine Hamari Traoré qui écopera d’un carton rouge, après le coup de sifflet final.

Il n’y aura donc pas de demi-finale pour le Mali. Les Aigles vont devoir attendre la prochaine CAN au Maroc pour espérer inscrire leur nom au palmarès de la compétition.

LMD/MD (AMAP)

 

 

Samedi 3 février au stade la Paix de Bouaké

Mali-Côte d’Ivoire : 1-0

Buts de Nene Dorgelès (71è min) pour le Mali ; Simon Adingra (90è min), Oumar Diakité (120è min +2) pour la Côte d’Ivoire

Expulsion de Hamari Traoré (120è min +5) du Mali ; Kouakou Odilon Dorgeless Koussounou (43è min) et Oumar Diakité (120è min +3) de la Côte d’Ivoire.

Arbitrage de l’Égyptien Mohamed Adel Elsaïd Hussien, assisté de l’Angolais Jerson Emiliano Dos Santos et du Libyen Attia Essa Amsaaed.

 

Mali : Djigui Diarra, Hamari Traoré (Cap), Boubacar Kiki Kouyaté, Sikou Niakaté, Falaye Sacko, Diadié Samassélou (Ibrahim Sissoko, 101è min), Lassana Coulibaly (Boubacar Traoré, 88è min), Amadou Haïdara (Fousseni Diabaté, 61è min), Adama Traoré (Nene Dorgelès, 61è min) Kamory Doumbia (Yves Bissouma, 90è min +7), Lassine Sinayoko (Mamadou Fofana, 88è min). Sélectionneur : Eric Sékou Chelle.

 

Côte d’Ivoire : Yaya Fofana, Serge Alain Stéphane Aurier (cap) (Willy-Arnaud Zobo Boly, 46è min), N’Clomande Ghislain Konan, Kouakou Odilon Dorgeless Koussounou, Obite Evan Ndicka, Jean Micheal Seri (Simon Adingra, 85è min), Seko Mohamed Fofana, Franck Yannick Kessié, Max Alain Gradel (Oumar Diakité, 73è min), Nicolas Pepe (Wilfried Stéphane Singo, 45è min +3), Kouakou Christian Michael Kouamé (Sébastien Haller, 46è min). Sélectionneur : Emerse Faé.

CAN Côte d’Ivoire 23 : Des quarts de finales alléchants  

Ladji M. DIABY

Habibou KOUYATE

Envoyés spéciaux

Bouaké, 1er fév (AMAP) Cette Coupe d’Afrique des nations (CAN) est entière, particulière et pour laquelle, il difficile de faire des pronostics. C’est une CAN des surprises et une véritable révolution du football africain. Le titre de favori, c’est désormais sur le papier, le terrain révèle une autre réalité. Aucun mondialiste n’a pu dépasser le cap des huitièmes de finale (Maroc, Ghana, Cameroun, Tunisie, Sénégal).

Après les huitièmes de finale, aucun quart de finalistes de la précédente édition au Cameroun n’est resté dans la compétition : le Sénégal (battu par la Côte d’Ivoire en huitièmes), la Guinée équatoriale (battue par la Guinée en huitièmes), le Burkina Faso (battu par le Mali en huitièmes), la Tunisie (sortie en poules), le Cameroun (battu par le Nigeria en huitièmes), la Gambie (éliminée en poules), l’Égypte (battue par la RD Congo en huitièmes) et le Maroc (battu par l’Afrique du Sud en huitièmes).

Il ne reste que quatre anciens vainqueurs : le Nigeria (1980, 1994, 2013), la Côte d’Ivoire (1992, 2015), la RD Congo (1968, 1974) et l’Afrique du Sud (1996) qui seront face aux équipes qui cherchent à inscrire leurs noms au palmarès de la compétition.

Parmi les équipes considérées comme les favoris de la compétition, seulement la Côte d’Ivoire et le Nigeria restent dans la course au titre. Les Super Eagles vont disputer le premier quart de finale de la 34è édition de la CAN contre l’Angola, au stade Félix Houphouët-Boigny, à Abidjan.

Grâce au doublé d’Ademola Lookman (36è min, 90è min), les Nigérians ont éliminé les Camerounais et visent un quatrième titre. L’Angola a battu la Namibie (3-0), grâce aux buts de Gelson Dala (38è min, 42è min) et Mabululu (66è min). Les deux équipes s’affrontent pour la première fois dans la compétition.

« On se prépare pour le prochain match qui sera plus difficile que ce match. Les joueurs sont conscients, ils ont un d’état d’esprit fantastique. On va mette l’accent sur le repos et l’entraînement. L’Angola est une bonne équipe, performante. Si on doit gagner ce match, on doit être à notre meilleur niveau, donner le meilleur de nous-mêmes », a déclaré le sélectionneur du Nigeria, José Peseiro, après la victoire de son équipe devant le Cameroun.

Le deuxième quart de finale est également prévu ce vendredi entre la RD Congo et la Guinée en deuxième heure au stade Alassane Ouattara, à Abidjan. Les Congolais se sont qualifiés en éliminant l’Égypte aux tirs aux but (7-8) après un match âpre et pauvre en occasions, Le score était de 1-1. Lors de la séance des tirs aux but, les deux équipes se sont, en revanche, très bien comporté au point d’utiliser chacune neuf tireurs.

Le Syli National s’est qualifié en battant la Guinée équatoriale – réduite à dix depuis l’heure de jeu – 1-0 grâce à une réalisation en toute fin de rencontre de Mohamed Bayo. C’est la première victoire du pays dans un match à élimination directe à la CAN depuis 1976. Le choc entre les deux outsiders promet des étincelles.

Le dernier quart de finale mettra aux prises le Cap-Vert et l’Afrique du Sud, samedi au stade Charles Konan Banny, à Yamoussouko. Des Sud-Africains qui ont créé la sensation en éliminant le Maroc (2-0), l’un des favoris de la compétition, peuvent s’offrir le droit de rêver. Mais le Cap-Vert est l’une des autres belles surprises de cette CAN, tentera de prolonger le rêve après avoir terminé à la tête du groupe C et battu la Mauritanie (1-0) en huitième de finale. Le Mali joue contre la Côte d’Ivoire en première heure à Bouaké.

Le vainqueur Mali-Côte d’Ivoire affrontera le vainqueur RD Congo-Guinée alors que la première demi-finale mettra aux prises le vainqueur Nigeria-Angola et le vainqueur Cap-Vert-Afrique du Sud. Les deux matches sont prévus le 7 février.

 

LMD/MD (AMAP)

 

Go to Top