Banamba : Fin des opérations de la campagne de vaccination contre la poliomyélite 1er passage

Banamba, 15 mai (AMAP) Les quatre jours des opérations de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, 1er passage, qui avaient démarré vendredi 10 mai 2024 ont pris fin lundi 13 mai 2024, a constaté l’AMAP.

L’objectif de la présente campagne est de renforcer l’immunité collective chez les enfants de moins de 5 ans contre le variant du poliovirus de type 2, en administrant le vaccin polio oral de type 2 à tous les enfants de cette tranche d’âge et stopper ainsi sa circulation.

 

Quelque 78913 enfants de 0 à 5 ans étaient concernés par cette opération dans le district sanitaire de Banamba. La stratégie adoptée est celle de porte en porte.

Les mobilisateurs de proximité, les équipes de supervision et les radios de proximité été ont été mis à pied d’œuvre pour la réussite des opérations,

Pour rappel, après la réunion du comité de pilotage mercredi 8 mai 2024, les opérations de la campagne de vaccination contre la polio ont été lancées dans le vestibule du chef de village de Banamba par l’Adjoint du préfet Oumar Touré en présence de l’équipe socio sanitaire, la chefferie et le partenaire UNICEF pour en fin se boucler ce lundi 13 mai 2024 soit une durée de quatre jours.

AT/KM (AMAP) 

Kela: Organisation de la 12ème édition de « Grand Tour du Mandé »

Kela, 13 mai (AMAP) La vice présidente du mouvement politique et citoyen pour l’épanouissement des femmes et des jeunes « An-Biko », Mme Touré Binta Niane, à la tête d’une forte délégation, s’est rendue, samedi 11 mai dernier, à Kela dans le Cercle de Kangaba pour la cérémonie d’ouverture de la 12ème édition de « Grand Tour du Mandé », qui est un événement culturel, dont la présidente du mouvement An-Biko, Mme Fatoumata Batouly Niane en était la marraine. C’est un évènement qui est organisé chaque année, depuis  12 ans, par le griot Bourama Soumano dans son village (Kela).

L’événement était couplé à l’inauguration d’un forage construit par Mme Fatoumata Batouky Niane pour la population de Kela, suite à une demande de construction de forage formulée l’année dernier par celle-ci. Ce forage sera une véritable tremblaie pour la population bénéficiaire qui n’aura pas à passer assez de temps pour la recherche de l’eau potable. La joie était totale dans cette localité.

Satisfait de ce que le mouvement An-Biko vient de réaliser dans sa circonscription, le Sous Préfet de Kangaba, Mme Mme Traoré Aminata Outtara a félicité et remercié la présidente du mouvement An-Biko pour cette bonne initiative et l’exhorte à multiplier ce genre d’action dans le Cercle dont les populations en ont fortement besoin à cause de la pénurie d’eau potable.

Mme Touré Binta Niane a rappelé que l’année dernièr,e la population de Kela avait formulé la demande de construction de forage. « C’est ainsi, que cette année, Mme Fatoumata Batouly Niane a décidé de lui offrir ce forage équipé ». Cette population en avait vraiment besoin, a expliqué Mme Touré Binta Niane, avant de l’inviter inviter d’en prendre soin.

Siné S. TRAORÉ

San : Sensibilisation et implication des populations dans les initiatives de protection de l’environnement

San, 13 mai (AMAP) La mairie de la commune urbaine de San a organisé samedi, dans sa salle de délibération, un atelier de sensibilisation et d’implication des populations dans les initiatives de protection de l’environnement, a constaté l’AMAP.

Présidée par le Sous-préfet de l’arrondissement de Kassorola, Mamoutou Sangaré, la session visait à sensibiliser et impliquer la population dans les initiatives de protection de l’environnement. Il s’agissait également, au-cours de cet atelier, d’informer et de sensibiliser 120 personnes sur les initiatives de protection de l’environnement et les conséquences du changement climatique dans les quartiers, villages et hameaux de la Commune urbaine de San durant ce mois de mai et de reboiser une superficie d’un hectare à Bogossoni , au mois de juillet prochain.

Pour le maire de la Commune urbaine de San, Mme Félicité Diarra, la préservation de notre environnement est une responsabilité qui incombe à chacun d’entre nous. C’est pourquoi la commune urbaine de San a organisé cet atelier pour mieux sensibiliser et impliquer ses populations dans des initiatives de protection de l’environnement. Au cours de cette démarche se trouve l’engagement des élus communaux en faveur du reboisement, une action essentielle inscrite dans leur objectif de développement durable numéro 15, visant à gérer durablement nos forêts, à lutter contre la désertification et à enrayer la dégradation de nos terres.

Aujourd’hui, a-t-elle réaffirmé, nous nous engageons à démontrer que les arbres jouent un rôle important dans la lutte contre le changement climatique, tout en créant des opportunités économiques durables grâce à la gestion des arbres fruitiers et commerciaux. Notre projet de reboisement d’un hectare dans le village de Bogossoni est une étape concrète vers cet objectif, a – t-elle poursuivi. Elle a également profité de l’occasion pour évoquer d’autres avantages tangibles liés à ce reboisement notamment la contribution à ralentir l’érosion des terres et à enrichir la faune, l’émulation car il servira  de modèle,  inspirant pour d’autres communautés désireuses de protéger et de préserver leurs environnements.

NC/KM (AMAP)

Mopti : Célébration de la journée internationale de la CROIX Rouge et du Croissant Rouge

Mopti, 10 mai (AMAP) A l’instar des autres localités du pays, le comité régional de la Croix Rouge de Mopti et ses partenaires ont célébré le mercredi 8 mai 2024 la journée internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge. C’était à travers une conférence débat sur le mouvement Croix Rouge et Croissant Rouge, le droit international humanitaire (DIH) et la remise de kits de non vivre à une cinquantaine de ménages des sites de déplacés de Commune urbaine de Mopti, a constaté l’AMAP.

L’évènement qui a eu pour cadre les locaux du comité sis à Banquétaba était présidé par le conseiller aux affaires économiques et financières du Gouverneur, Ousmane Diallo. Il a enregistré la présence de plusieurs personnalités dont le président du Comité régional de la Croix Rouge malienne, Sory Traoré, représentant du CICR, Zakaria Issabéré Maiga, les volontaires de la Croix Rouge, les élèves des écoles de formation en santé l’INFSS, Breton Yolande.

La journée a été célébrée sous le thème « Faire vivre notre humanité ». La conférence –débat, activité principale de cette célébration avait pour objectif de permettre aux participants de mieux connaître la Croix Rouge à travers une présentation pointue du contexte de sa création, ses missions et ses principes fondamentaux que sont l’humanité, l’impartialité, la neutralité, l’indépendance, le volontariat, l’unité et l’universalité.

La cérémonie protocolaire de lancement des activités a été marquée par l’intervention du président du comité régional de la Croix Rouge de Mopti, celle du chef de la sous-délégation du CICR pour les régions de Mopti – Ségou et le discours du représentant du Gouverneur, Ousmane Diallo.

Pour le président du comité régional, Sory Traoré la célébration du 8 mai est l’occasion de témoigner de la solidarité agissante qui sous-tend les actions du personnel et des volontaires du mouvement national et international de la Croix Rouge et le Croissant Rouge.

Selon le premier responsable de l’organisation dans la région de Mopti, de 2014 à 2023 les interventions de la Croix Rouge dans les régions de Bandiagara, Douentza et Mopti ont touché 247 465 bénéficiaires dont 128 301 femmes dans les domaines d’intervention d’urgence, la gestion des catastrophes, la sécurité alimentaire, les moyens d’existence, la santé, la protection et la cohésion sociale.

En souhaitant plein succès aux festivités de la journée mondiale de la Croix Rouge et du croissant rouge, il a exhorté tous les membres de la société nationale à œuvrer pour une meilleure protection de la vie et de la dignité humaine de toutes les communautés.

Le chef de la sous-délégation CICR, Zakaria Issabéré Maiga a salué la bonne collaboration qui caractérise les relations entre sa structure et la croix rouge Malienne avec en toile de fond la synergie d’actions pour relever le défi de fournir les services proportionnels aux besoins humanitaires du pays.

Le CICR ayant pour mandat de protéger, d’assister les victimes des conflits et d’autres situations de violence de par le monde restera mobiliser aux côtés de la croix rouge Malienne jusqu’au dénouement heureux de la crise, a souligné Zakaria.

Le représentant du Gouverneur, Ousmane Diallo a, au nom des autorités et des populations de la région, salué et félicité la Croix rouge Malienne et le Croissant-Rouge et leurs partenaires pour toute l’assistance dont les communautés sont bénéficiaires.

La cérémonie de lancement des activités de la journée a pris fin par la remise de 50 kits de non vivre aux déplacées interne de la Commune urbaine de Mopti. Les travaux se sont poursuivis autour de la conférence- débat pour rendre hommage aux pères fondateurs de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et mettre en lumière le travail humanitaire tout en sensibilisant le public pour son adhésion.

Dramane Coulibaly (AMAP – MOPTI)

Economie : La Plateforme nationale des producteurs de riz du Mali renforce les capacités des journalistes

Bamako, 10 mai (AMAP) La plate forme nationale des producteurs du Mali (PNPR-M) a organisé, jeudi, à son siège à Niamakoro, à l’intention des Hommes de médias, un atelier de renforcement des capacités d’une vingtaine des acteurs des médias sur la filière riz et ses enjeux, a constaté l’AMAP.

L’objectif visait à renforcer la connaissance des Hommes de médias sur la filière riz, les enjeux et les principaux défis auxquels les acteurs de la filière riz sont confrontés.

Les points abordés, au cours de cette journée, ont porté sur deux points essentiels.  Il s’agit d’abord, de la connaissance du riz (la morphologie du riz jusqu’à la consommation) et les initiatives publiques, qui sont en cours ou achevées, pour le développement de la riziculture en partant notamment, de la loi d’orientation agricole, des politiques, la stratégie nationale de développement de la riziculture qui sont des documents cadre, qui orientent le développement de la riziculture.

Le facilitateur, Abdoulaye Koureissy, le coordinateur national de la PNPR-M, a expliqué que cette journée de formation s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre d’une décision politique de son service. « Il y a deux ans, le conseil d’Administration a décidé d’animer chaque année une journée de formation au profit des Hommes de médias sur les enjeux et les grands défis de la riziculture, ainsi que les opportunités. C’est dans le cadre de cette politique que nous avons fait appel à certains acteurs des médias, notamment la presse écrite, la presse en ligne, des radios, des télés pour échanger avec eux sur des questions de préoccupation de notre organisation » a précisé Abdoulaye Koureissy.

Il a fait savoir qu’il est ressorti des constats d’aider les journalistes à intégrer le dispositif de campagne sur nos activités afin qu’ils puissent mieux s’imprégner des enjeux et de mieux communiquer avec l’opinion publique et les décideurs.

Siné S. TRAORÉ

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 08 mai 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 08 mai 2024, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat. Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a : adopté des projets de texte ; procédé à des nominations ; et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES
Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté :

a. un projet de loi portant modification de la Loi n°2023-060 du 22 décembre 2023 portant loi de finances pour l’exercice 2024.
Au cours de l’exercice budgétaire 2024, des mesures nouvelles en termes de dépenses sont apparues. L’intégration desdites mesures dans le budget d’Etat nécessite la modification de la loi de finances initiale 2024. Le projet de loi adopté modifie la loi de finances de l’exercice 2024 pour tenir compte de nouvelles charges liées, notamment:
– au renforcement des allocations budgétaires destinées à la prise en charge des opérations de sécurisation du territoire national à hauteur de 190,102 milliards de francs CFA ;
– au renforcement de l’enveloppe budgétaire affectée à la subvention d’exploitation en faveur de l’Energie du Mali (EDM-SA) de 30 milliards de francs CFA. Cette modification, qui n’affecte pas l’équilibre budgétaire et financier de la loi de finances initiale 2024, ne concerne que les dépenses budgétaires.
Les prévisions initiales de recettes, des ressources et des charges de trésorerie restent sans changement.
b. un projet de décret portant approbation de l’Avenant n°1 relatif à la convention de concession pour la construction de la centrale solaire photovoltaïque de cinquante Mégawatts crêtes (50 MWc) à Tiakadougou-Dialokoro, Cercle de Kati, Région de Koulikoro.

Le Gouvernement et la société AMEA POWER LLC ont signé un Protocole d’Accord pour la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance des installations en Build, Own, Operate and Transfert, d’un projet de centrale solaire photovoltaïque de 100 Mégawatts crêtes, en deux (02) phases de 50 Mégawatts crêtes. La première phase de ce projet concerne la construction de la centrale solaire de Tiakadougou.

L’objectif du projet est de renforcer la capacité de production d’électricité du Réseau interconnecté tout en contribuant à l’atteinte des objectifs en termes d’intégration du renouvelable dans le mix énergétique.
Au cours de la mise en œuvre, des contraintes diverses n’ont pas permis de lever toutes les conditions suspensives afin de démarrer les travaux de réalisation du projet.

Le présent avenant à la convention de concession est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et la Société AMEA MALI SOLAR SA en vue de faire face aux difficultés. Il a pour objet entre autres :
– la prorogation de la date prévisionnelle de prise d’effet ;
– la modification de la durée de la convention ;
– la mise en place d’une garantie partielle de risque ;
– la modification du mode de vente « Take or Pay » en « Take and Pay » ;
– la réduction du prix d’achat du KiloWatt heure ;
– la modification du lieu d’arbitrage.

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES
Le Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS ET DES INFRASTRUCTURES
– Directeur Général des Routes : Monsieur Cheick Oumar DIALLO, Ingénieur des constructions civiles.
AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE
– Directeur Général du Centre national des Ressources de l’Education non Formelle : Monsieur Joseph DRABO, Professeur de l’Enseignement secondaire.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT SOCIAL
– Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE : Médecin Colonel Thierno Madane DIOP.
– Directeur Général de l’Hôpital de Dermatologie de Bamako : Monsieur Drissa DIARRA, Attaché de Recherche.
– Directeur Général de l’Institut d’Ophtalmologie tropicale de l’Afrique : Médecin Colonel-major Adama Issaka GUINDO.
– Directeur Général du Laboratoire national de la Santé : Docteur Seydou Moussa COULIBALY, Pharmacien.
– Directeur de l’Hôpital Régional de Sikasso : Docteur Assetou CISSOUMA, Médecin pédiatre.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS
1. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a informé le Conseil des Ministres :
a. des conclusions de la 4ème Session de la Commission mixte de Commerce, de Coopération économique et technique Türkiye-Mali.

Dans le cadre du raffermissement des relations entre le Mali et la Türkiye, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a conduit à Ankara, les 17 et 18 avril 2024, la délégation malienne pour la tenue de la 4ème session de la Commission mixte de Commerce, de Coopération économique et technique Türkiye-Mali.
Les travaux de cette rencontre ont permis d’évaluer le niveau de la coopération entre les deux pays et d’envisager de nouveaux axes de coopération stratégique. Les deux parties ont convenu d’accroître leurs échanges économiques, commerciaux, culturels et sociaux, notamment en examinant les mesures à prendre pour faciliter l’entrée et le séjour des ressortissants respectifs des deux pays, de part et d’autre.

En marge de leur séjour à Ankara, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et le ministre de l’industrie et du Commerce ont rencontré le Vice-Président de la République de Türkiye et d’autres personnalités turques.
b. de la participation du Mali à la 15ème Conférence islamique au Sommet de l’Organisation de la Coopération islamique.
Les 04 et 05 mai 2024, à Banjul, République de Gambie, le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a représenté Son Excellence Le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, à la 15ème Conférence islamique au Sommet de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI).
A l’issue des travaux, le Sommet de l’OCI a réaffirmé son unité et sa position de principe en soutien indéfectible à la cause palestinienne, particulièrement dans un contexte marqué par l’agression en cours de l’Etat hébreu contre les populations palestiniennes à Gaza.

Le Sommet a également endossé l’appropriation nationale, par le Mali, du processus de paix, à travers le Dialogue Inter-maliens.
2. Le ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social a informé le Conseil des Ministres du déroulement des épreuves des concours directs de recrutement dans la Fonction publique de l’Etat, Exercice 2023.
Les épreuves des concours directs ont pris fin le dimanche 05 mai 2024. Elles se sont bien déroulées dans les six (06) centres de l’intérieur et à Bamako.
3. Le ministre de l’Energie et de l’Eau a informé le Conseil des Ministres de la participation du Mali au 10ème Forum mondial de l’eau.
Le 10ème Forum mondial de l’eau se tiendra du 18 au 25 mai 2024 à Bali en Indonésie sous le thème « l’Eau pour une prospérité partagée ».
Le Forum mondial de l’eau, qui se tient tous les trois (03) ans, est un événement majeur mondial où les pays discutent des questions d’eau et d’assainissement.
Cet événement, qui ambitionne de mettre en place un fonds mondial de l’eau et de proposer des mécanismes d’accès au financement, sera l’occasion pour notre pays de confirmer sa volonté de poursuivre ses engagements nationaux et internationaux et sa vision dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.

4. Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a informé le Conseil des Ministres :
a. de la tenue de la 25ème édition de la quinzaine de l’Environnement.
Organisée depuis l’an 2000, la Quinzaine de l’Environnement constitue le cadre approprié pour mener une campagne de communication à grande échelle visant un changement de comportement en faveur de la protection de l’environnement et de l’amélioration du cadre de vie.
Elle s’inscrit entre deux (02) dates majeures que sont : le 05 juin, Journée mondiale de l’Environnement et le 17 juin, Journée internationale de lutte contre la désertification et la sécheresse.

5 Les thèmes retenus pour l’édition 2024 sont respectivement :
– « la restauration des terres, la désertification et la résistance à la sécheresse » ;
– « Unis pour les terres : Notre patrimoine, Notre avenir ».
b. des missions effectuées dans le cadre de la lutte contre les agressions portées sur l’environnement.
La première mission, effectuée le 16 avril 2024 à Kassela, Commune rurale de Baguinéda-camp, a constaté une exploitation intensive et illégale du bois dont une partie est transformée en charbon.
La seconde mission, effectuée le 27 avril 2024 à Faraba, Commune rurale du Mandé, a constaté une exploitation semi industrielle illégale de l’or. Suite à ces constats déplorables, il a été procédé entre autres à la saisie et confiscation des produits frauduleux et des matériels et équipements de chantier et d’exploitation.
5. Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a informé le Conseil des Ministres de la participation du Mali à la 21ème édition de la Semaine nationale de la Culture à Bobo Dioulasso au Burkina Faso.
La cérémonie d’ouverture de la 21ème édition de la Semaine nationale de la Culture a eu lieu le 27 avril 2024 à Bobo-Dioulasso.
Placée sous le thème « Culture, mémoire historique et sursaut patriotique pour un Burkina nouveau », cette 21ème édition avait le Niger comme pays invité d’honneur.
La Semaine nationale de la Culture est la plus grande manifestation culturelle annuelle organisée par l’Etat Burkinabè. Elle vise à valoriser et à promouvoir les identités et expressions culturelles des communautés au Burkina Faso.

La participation du Mali à cette semaine, fortement saluée par les autorités du Burkina Faso, a été marquée par la prestation de la troupe de danse de masques dogon.
Cette édition a été un grand facteur de rapprochement des peuples du Burkina Faso et du Mali à travers la culture et, également, de renforcement de la coopération culturelle entre nos deux pays.

6. Le ministre de l’Elevage et de la Pêche a informé le Conseil des Ministres de la participation du Mali au Salon international « AGRISHOW » du Brésil. Une forte délégation conduite par le ministre de l’Elevage et de la Pêche a participé au Salon international « AGRISHOW » tenu du 29 avril au 03 mai 2024 à Sao Paulo au Brésil.

Au cours de ce salon, la délégation malienne a visité plusieurs stands recelant du matériel agricole de haute technologie en vue d’obtenir des fabricants la possibilité d’adaptation des gros engins agricoles aux conditions du Mali et de réunir les conditions nécessaires à la poursuite des négociations, pour l’acquisition desdits équipements.

Le ministre a saisi de cette occasion pour passer en revue les projets d’accord de coopération dans les domaines du Coton, de l’augmentation du potentiel de production de viande bovine et du poisson au Mali.
6 La mission a également permis de faire des recommandations allant dans le sens du renforcement des relations de partenariat entre le Mali et le Brésil dans le domaine de l’Agriculture.

7. Le ministre de la Santé et du Développement social a informé le Conseil des Ministres de la situation épidémiologique du pays marquée, notamment :
a. par une stagnation du nombre de cas testés positifs de la maladie à Coronavirus par rapport à la semaine précédente.
b. par une diminution du nombre de cas confirmés de dengue comparé à celui de la semaine écoulée. Le Président de la Transition, Chef de l’Etat a, cependant, appelé la population au respect strict des mesures de prévention et de lutte contre les maladies.
Bamako, le 08 mai 2024
Le Secrétaire Général du Gouvernement,
Birama COULIBALY

Sikasso : Deux ponts inaugurés à Faniena et N’Tiobougou

Sikasso, 8 mai (AMAP) Le ministre des transports et des infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko a procédé, samedi dernier à Faniéna (commune rurale de Doumanaba) et à N’Tiobougou (commune rurale de Blendio), à l’inauguration de deux ponts. L’un à Faniéna et l’autre à N’Tiobougou. Ces infrastructures ont été financées par le Projet d’amélioration de l’accessibilité rurale (PAAR), sur financement de la Banque mondiale.

La maîtrise d’ouvrage a été assurée par le Conseil régional. L’évènement a enregistré la présence des autorités régionales de Sikasso dont le Gouverneur de la  région Mme Kanté Marie Claire Dembélé et le président du Conseil régional, Yaya Bamba. On notait également la présence du maire de la commune rurale de Doumanaba, Adama Bayoko.

Pour un coût total de plus de 435 millions de francs CFA, le pont de Fanièna a une longueur de 47,46m. Il est composé de 3 travées dont 2 de rive de 15,73m et celui du milieu 16m. La largeur fait 7m et deux guides roues surmontées de garde-corps. Le pont a une hauteur sous dalle de 8m et 6 fûts de 100 cm de diamètres. Il lie la piste Tabarako(RN11)-Doumanaba-Sibirifina- N’Tiobougou- Blendio- Nièna.

Celui de N’Tiobougou a été réalisé à plus de 434 millions de nos francs. Ses caractéristiques techniques sont identiques à celui de Faniéna à part sa hauteur sous dalle qui fait 6,5m. Ces infrastructures permettront de faciliter l’acheminement des productions agricoles, l’amélioration de l’accès des services sociaux de base et de fluidifier les échanges et le trafic. Il contribuera également au développement de la localité.  

D’entrée de jeu, le maire de la commune rurale de Doumanaba Adama Bayoko a, au nom de sa commune, exprimé toute sa joie pour la construction de ces joyaux dans leurs localités. Il a, par ailleurs, saisi l’opportunité pour demander au ministre de goudronner la piste Doumanaba- Blendio- Nièna. Toute chose qui, selon lui, apportera un ouf de soulagement à la population.

 « La réalisation de ces ponts est un vieux rêve qui est devenu une réalité », a indiqué Yaya Bamba avant de poursuivre que Fanièna et N’Tiobougou constituent de grands bassins de productions agro-sylvo-pastorales. Il a saisi l’occasion pour souligner l’importance des nouvelles infrastructures ainsi que celles des aménagements connexes et les pistes Tabarako-Tjibougou-Ziguéna-Doumanaba-Fonsebougou-Fanièna-Sibirifina, ensuite Sibirifina-Doumanani-Kessena-N’Tiobougou-Blendio-Kassoumbougou-Nièna et la bretelle Blendio- Ouetto- Kounian.

En outre, le président de la collectivité région a affirmé que ce projet est une initiative du gouvernement du Mali pour accompagner les collectivités territoriales dans la dynamique de la régionalisation. « Les laborieuses populations bénéficiaires verront sans doute une valorisation de leurs produits agricoles  et une augmentation de leurs revenus ainsi qu’une grande fluidité de leur transport. Ces infrastructures renforceront leur cohésion sociale », a-t-il conclu.

Pour le ministre des transports et des infrastructures Mme Dembélé Madina Sissoko, cette cérémonie marque la concrétisation de la volonté des plus hautes autorités du pays.

A l’en croire, celles-ci sont résolument engagées à satisfaire la demande sociale pressante en matière d’infrastructures routières afin de désenclaver les zones rurales. Se prononçant sur les nouvelles infrastructures, le ministre a indiqué que des aménagements connexes ont également été réalisés aux bénéfices des villages traversés. Il s’agit des périmètres maraîchers, des plateformes multifonctionnelles pour les femmes, des points d’eaux, des magasins, des hangars de marché et des clôtures d’infrastructures existantes. Le PAAR a également construit et réhabilité des salles de classes, il a réhabilité certains centres de santé et leur a offert des ambulances médicalisées.

Enfin, le ministre Mme Dembélé Madina Sissoko a invité les bénéficiaires à faire un bon usage des nouvelles infrastructures. Quant aux collectivités locales, elle a sollicité leur forte implication dans la bonne marche du mécanisme de maintenance des pistes aménagées. Toute chose qui permettra d’assurer la praticabilité des pistes en toutes saisons.

MD/KM (AMAP)

                                                                              

Banamba : Célébration de la 15ème Edition du mariage collectif

Banamba, 3 mai (AMAP) La 15ème édition du mariage collectif de Banamba a été célébrée au Centres principal et secondaire (Ouléni et Bamarobougou) de la marie de la commune rurale de Banamba dans de très bonnes conditions. De la veille au jour du mariage proprement dit, la mairie a célébré le mariage de 356 jeunes couples. Ces résultats ont été enregistrés grâce à l’appui matériel et financier des partenaires sponsors. Il s’agit de la nouvelle Parfumerie Gandour de Côte d’Ivoire et Universelle beauté du Mali.

Les forces vives du cercle, les partenaires sponsors, les invités de marque, les forces de sécurité, les médias, les visiteurs ont tous répondu présents à l’évènement socio culturel à caractère festif et économique.

A titre de rappel, le mariage collectif de Banamba est un évènement socioculturel qui a lieu chaque année suivant le croissant lunaire sur décision des sages de la ville. De façon délibérée par les sages du vestibule c’est la 3ème et dernière année que le mariage collectif coïncide avec le mois de mai : c’est triennal. Après, ce sera un autre mois pour le choix du mariage collectif pour trois ans en tenant toujours compte du croissant lunaire, selon une source de la chefferie. L’objectif de cela est de se rapprocher de l’hivernage, d’après nos sources.

Le centre principal d’état civil et les centres secondaires de la commune ont au total célébré cette année 356 mariages en majorité jeunes.

Après les mots de bienvenue du Représentant de la chefferie Mambé Simpara suivis de l’intervention du Maire Ousmane Baye Simpara et des partenaires sponsors (Universelle Beauté et Parfumerie Gandour), le préfet Souleymane Tembely a prodigué de sages conseils aux jeunes couples. Au nom du cercle et au sien il a formulé les vœux ardents afin que Dieu accorde aux jeunes mariés l’entente parfaite et des enfants bénis. Le préfet Tembely a demandé aux parents des mariés de bien vouloir les accompagner tout au long de leur vie conjugale par des conseils et autres soutiens constructifs de foyers où il fait bon vivre.

Le représentant de l’Etat a saisi cette occasion pour remercier les partenaires sponsors, notamment Nouvelle Parfumerie Gandour et Universelle Beauté pour leur appui multiforme évalué à des dizaines de millions tout en leur demandant de consolider et de pérenniser leurs actions en faveur de cette initiative légendaire. M. Tembely a également remercié tous ceux qui se sont investis de façon matérielle, financière et morale pour la réussite des festivités en faveur des mariés, notamment l’équipe communale, la chefferie, l’AJADB, les parrains, les marraines, les associations féminines, la jeunesse pour enfin déclarer lancée la cérémonie de la 15ème édition 2024 de la célébration des mariages collectifs de Banamba.

Au regard de cette tradition historique et séculaire que la Nouvelle Parfumerie GANDOUR CI, dans sa politique sociale, accompagne la mairie de la commune rurale de Banamba pour la réussite de ce grand évènement culturel qui célèbre et fête l’union de plusieurs couples (356) et cela depuis 15 ans, nous souligne M. Julien, Agent commercial de la Nouvelle Parfumerie Gandour.

Leader de la parfumerie et de la cosmétique en Afrique, la Nouvelle parfumerie Gandour élabore et fabrique des produits de qualité, depuis maintenant 58 bonnes années, cela fait de la structure une référence dans le domaine, nous confie M. Julien.

Mettant un point d’honneur à offrir à sa clientèle des produits performants et adaptés à tout âge, tout type de peau, tout pouvoir d’achat, la Nouvelle Parfumerie Gandour tisse un peu plus chaque jour des liens forts avec les consommateurs.

L’Agent commercial de la Nouvelle Parfumerie Gandour nous indique qu’au fil des années de recherche et grâce à sa collaboration avec des cosmétologues, dermatologues, esthéticiennes et instituts de beauté à l’échelle internationale cette structure a su développer des produits d’excellente qualité en soin capillaire, corporel, hygiène et bien-être, soin de bébé et parfumerie.

Dans cette passion de toujours offrir le meilleur, la Nouvelle Parfumerie Gandour a reçu plusieurs distinctions au nombre desquelles on cite le prix Ivoirien de la qualité et le prix d’excellence de la meilleure entreprise éco citoyen etc. Ces prix sont une reconnaissance qui appuie la politique qualité de l’entreprise qui travaille dans le strict respect des normes de qualité depuis la sélection des matières premières jusqu’à la mise à disposition du consommateur du produit fini. Grâce à cette rigueur, notre structure est certifiée ISO 9001 depuis 2007,  selon M. Julien.

Les produits de la Nouvelle Parfumerie Gandour fabriqués en Afrique et précisément en Côte d’Ivoire sont commercialisés dans le monde entier. Disposant de son centre de production et de développement de recherche en cosmétologie notre entreprise étend ses unités de production à travers l’Afrique, notamment au Sénégal, au Maroc, au Togo et au Cameroun.

Ainsi, dans sa quête de satisfaction de sa clientèle, cette structure développe des formules uniques et novatrices. Leur performance repose sur un savoir-faire depuis longtemps reconnu, l’utilisation de techniques de pointe et une maitrise absolue de l’esthétique de la peau, de l’hygiène buccodentaire puis refléter la personnalité à travers les senteurs (parfums). Les secrets de fabrication et leur extraordinaire plaisir d’utilisation sont la marque infaillible  de la qualité de la nouvelle parfumérie Gandour plébiscitée par des générations de femmes, nous souligne M. julien.

C’est dans cette optique que la nouvelle parfumerie Gandour présente quelques produits comme la gamme Dermo-Expert Skin en abrégé D.E.S 5.5, concentré en d’huile de baobab, riche en vitamine A et E, au pouvoir régénérant idéal pour clarifier la peau tout en garantissant un teint clair et lumineux, ensuite le dentifrice white up à base de charbon actif et de menthe fraiche qui assure des dents parfaitement blanches et une meilleure protection bucco-dentaire et enfin des pures essences de parfum sans alcool touch. Une seule touche suffit pour avoir un parfum intense, fort, frais et longue durée, a-t-il signalé.

Au delà de tout propos,  c’est donc un réel plaisir pour la Nouvelle Parfumerie Gandour de coiffer les nouvelles mariées, d’offrir aux couples les gammes D.E.S 5.5 et de permettre aux jeunes couples de s’équiper en gagnant par tirage au sort des cadeaux comme Motos Djakarta, lit , coiffeuse, armoire, salon complet, réfrigérateurs, humidificateurs, ventilateurs, tapis pour salon, lampadaires solaires, mini chaines, postes téléviseurs, glacières, bouteille de gaz , tables à manger et des paniers secrets de femmes. Ces cadeaux mis en jeu par le partenaire sponsor étaient au nombre de 77 lots pour 77 jeunes couples nouvellement mariés.

Les lauréats des gros lots sont les suivants :

Le lot n°4 une moto djakarta a été gagnée par le couple Bourama Diarra et Kadia Kéïta et remise par la Sous-préfet Centrale Aya Boccoum ;

Le lot n°3 une moto Djakarta enlevée par le couple Amadou Bolly et Batoma Sylla et remise par le Maire Ousmane Baye Simpara;

Quant au lot n°2 une chambre complète (lit, armoire et coiffeuse) a été retirée par le couple Djankinè Coulibaly et Fatoumata Sangaré et remise par l’Adjoint au préfet Oumar Touré.

Pour le lot n°1 un salon complet (fauteuils et table) a été enlevé par le couple Boubacar Coulibaly et Bintou Sininta et remis par le Préfet Souleymane Tembely.

Le 1er couple qui a fait son entrée dans la cour de la mairie a reçu une table à manger en bois et accessoires avec un humidificateur.

Au cours de la cérémonie, nos autorités administratives, politiques et coutumières ont chacune reçu de la Nouvelle Parfumerie GANDOUR CI chacune de ses gammes de produits ainsi que pour le grand public. Tous ces acteurs impliqués joyeux ont félicité et remercié le partenaire Gandour pour avoir tissé des rapports de partenariat fructueux avec la mairie de Banamba en matière de la promotion socioculturelle de la commune.

Toutes les actions de sponsoring évaluées ont coûté 19 millions à la Nouvelle Parfumerie GANDOUR CI.

Abdoulaye Traoré, Amap/Banamba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 17 avril 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 17 avril 2024, dans a salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a entendu des communications.

  1. Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a informé le Conseil des ministres de la dissolution de l’association « Coordination des Organisations de l’Appel du 20 février 2023 pour sauver le Mali ».

Les partis politiques et les associations sont régis respectivement par la Loi n°05-047 du 18 août 2005 portant charte des partis politiques et par la Loi n°04-038 du 05 août 2004, modifiée, relative aux associations.

Ces différents textes précisent leur vocation mais imposent également des limites qu’ils ne doivent pas franchir, notamment l’interdiction faite aux partis politiques de former des regroupements sous la forme d’association et aux associations d’adopter des agissements contraires aux principes de souveraineté nationale, de la démocratie, de l’intégrité du territoire national, de l’unité nationale et de la laïcité de l’Etat.

La Coordination des Organisations de l’Appel du 20 février 2023 pour Sauver le Mali s’illustre en permanence par des agissements ostentatoires de nature à troubler l’ordre publique, à porter atteinte à la souveraineté de l’Etat et à l’unité nationale.

Au regard de ce qui précède, l’association « Coordination des Organisations de l’Appel du 20 février 2023 pour sauver le Mali » est dissoute.

de l’organisation d’un concours direct de recrutement d’enseignants dans la Fonction publique des Collectivités territoriales, au titre de l’exercice budgétaire 2023.

L’organisation du concours intervient en application des dispositions de l’Arrêté interministériel n°2023-5141/MATD/MEF-SG du 29 décembre 2023 en vue du recrutement de 684 nouveaux enseignants dans la Fonction publique des Collectivités territoriales avec un quota de 15% accordé aux personnes vivant avec un handicap conformément à la règlementation en vigueur.

Le recrutement qui vise à satisfaire les besoins de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale concerne quarante-neuf (49) spécialités des catégories A et B2 reparties entre les différents ordres d’enseignement.

Les informations relatives, notamment aux conditions de participation, à la réception des dossiers de candidature, aux différents centres du concours, ainsi qu’à la date du déroulement des épreuves, feront l’objet d’un communiqué ultérieur.

  1. Le ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions a informé le Conseil des ministres de l’ouverture de la Session ordinaire d’avril du Conseil national de Transition.

La Session ordinaire du mois d’avril du Conseil national de Transition a débuté le 08 avril 2024.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le Président du Conseil national de Transition, en présence du Premier ministre, Chef du Gouvernement, des Présidents des Institutions de la République, des membres du Gouvernement, des Autorités administratives et politiques du District de Bamako et des représentants du Corps diplomatique.

Le Conseil national de Transition procédera à l’examen et à l’adoption des textes soumis. Une vingtaine de projets et de propositions de lois sont déjà inscrits parmi lesquels les projets de Code pénal et de Code de procédure pénale ainsi que ceux relatifs au financement du réseau électrique.

La session verra la tenue des débats sur la mise en œuvre du Plan d’Action du Gouvernement. Un exercice qui sera l’occasion pour les membres du Conseil national de Transition et le peuple malien d’être mieux informés sur les réalisations du Gouvernement et les difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre.

  1. Le ministre de la Réconciliation nationale, de la Paix et de la Cohésion nationale a informé le Conseil des ministres de l’état de mise en œuvre des changements institutionnels induits par la fin de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger.

Le Gouvernement de la Transition, dans son Communiqué n°65 du 25 janvier 2024, a constaté l’inapplicabilité absolue de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger et par conséquent, a annoncé sa fin, avec effet immédiat.

De la fin de l’Accord à nos jours, plusieurs mesures ont été prises. Elles concernent l’abrogation des décrets de certaines structures créées dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord ainsi que ceux fixant les avantages des membres et personnels desdites structures.

Par ailleurs la relecture des textes de création de la Commission nationale de Désarmement- Démobilisation-Réinsertion, de la Commission nationale d’Intégration et du Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité sont en cours.

Le ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale à travers un communiqué, en date du 29 mars 2024, a invité les représentants des mouvements signataires détenteurs des véhicules de l’Etat à les rendre. A ce jour, un certain nombre de véhicules ont été récupérés et des dispositions sont en cours pour procéder à la récupération de l’ensemble des moyens roulants affectés.

Pour ce qui concerne le Comité Technique de Sécurité et les Equipes Mobiles de Vérification, des dispositions sont en train d’être prises pour mettre fin à la désignation des éléments.

  1. Le ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social a informé le Conseil des ministres :
  2. du déroulement des épreuves des concours directs de recrutement dans la Fonction publique de l’Etat, exercice 2023.

La première et la deuxième journée se sont déroulées les 13 et 14 avril 2024, à Bamako et dans les 6 centres régionaux.

La troisième et la quatrième journée auront lieu les 20 et 21 avril 2024.

Les corps et spécialités suivants sont concernés : Ingénieurs de l’informatique, Ingénieurs de la statistique, Techniciens de la statistique, Techniciens de l’informatique, Instructeurs de la jeunesse et des Sports, Techniciens des Arts et de la culture, Archives et Documentation, Administrateurs des Ressources Humaines, Secrétaires d’administration et Attachés d’administration.

  1. des manifestations commémoratives du 1er mai 2024 par les Centrales syndicales des travailleurs.

La fête du travail est une tradition bien établie dans notre pays depuis 1963.

Dans la pratique, chaque Centrale syndicale organise son défilé avec ses affiliés. Certaines centrales syndicales organisent des débats thématiques qui portent très souvent sur le droit de grève, la liberté syndicale, le dialogue social, la sécurité et santé au travail.

A l’occasion, les Autorités s’adressent à l’ensemble des travailleurs à travers un communiqué de presse.

  1. Leministre des Maliens établis à l’Extérieur et de l’Intégration africaine a informé le Conseil des ministres des difficultés relatives aux rapatriements des migrants maliens de certains pays.

Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations, le Mali est le premier pays en termes d’assistance et de rapatriement de ses ressortissants en situation de détresse à travers le monde. Du 1er janvier au 11 avril 2024, le Gouvernement en collaboration avec ses partenaires a assisté et rapatrié 3 209 maliens de retour.

Cependant, en dépit des résultats notoires enregistrés, des difficultés sont constatées au cours des opérations de certains rapatriements.

A cet effet, le Gouvernement a entrepris des actions diplomatiques de haut niveau auprès des pays de transit en vue d’une meilleure coordination des rapatriements sécurisés de nos compatriotes migrants de retour.

  1. Le ministre de l’Agriculture a informé le Conseil des Ministres de la tenue de l’Assemblée générale constitutive du Réseau Ouest et Centre Africain des Femmes Entrepreneurs Semencières à Bamako, du 23 au 24 avril 2024.

Dans le cadre des interventions pour relever les défis, le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement agricole a initié le processus de contribution au renforcement des capacités en vue de contribuer à l’autonomisation des femmes dans le secteur semencier.

Suite à ces renforcements de capacité, il est apparu nécessaire de mettre en place un réseau régional qui viserait l’amélioration des activités des femmes dans la chaine de valeur des entreprises semencières au niveau régional pour contribuer de manière significative à l’industrie semencière en Afrique de l’Ouest et du Centre.

L’objectif de cette Assemblée générale constitutive est d’adopter les statuts et règlement intérieur du réseau, de procéder à l’élection des membres des organes retenus et de partager la fiche de constitution des dossiers de reconnaissance juridique.

  1. Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a informé le Conseil des ministres de la participation du Mali à la 96ème Session du Comité des Droits de l’Enfant.

La 96ème Session du Comité des Droits de l’Enfant se tiendra du 09 au 10 mai 2024 à Genève. Au cours de cette session, le Rapport valant 3ème, 4ème et 5ème Rapports périodiques, présenté par le Mali le 18 juin 2020, sera examiné.

Une équipe technique pluridisciplinaire comprenant les représentants des départements concernés a travaillé pour l’élaboration dudit document et à la production des informations complémentaires courant le mois de février 2024.

Ainsi, dans le cadre de sa participation aux discussions concernant son rapport consolidé, une délégation du Mali, composée des départements ministériels impliqués, participera à cette 96ème session.

  1. Le ministre de l’Elevage et de la Pêche a informé le Conseil des Ministres de la participation du Mali à la 29ème édition du Salon international « AGRISHOW ».

La 29ème Edition du Salon International « AGRISHOW » est prévue du 29 avril au 03 mai 2024, à Sao Paulo au Brésil.

La participation du Mali audit Salon sera l’occasion pour la délégation malienne de nouer des partenariats dans les filières « bétail, viande et lait » et de faire le suivi des accords de coopération tripartite, signés en 2022 entre le Gouvernement du Mali, l’Agence Brésilienne de Coopération et l’Université Fédérale de LAVRAS dans les domaines de l’augmentation du potentiel de production de viande bovine et de la pisciculture.

Cette participation permettra de capitaliser des connaissances et savoir-faire, notamment en matière de productions animales.

  1. Le ministre de la Santé et du Développement social a informé le Conseil des ministres de la situation épidémiologique du pays marquée, notamment : par une stagnation du nombre de cas testés positifs de la maladie à Coronavirus par rapport à la semaine précédente; par une diminution du nombre de cas confirmés de dengue comparé à celui de la semaine écoulée.

Le Président de la Transition, Chef de l’Etat a, cependant, appelé la population au respect strict des mesures de prévention et de lutte contre les maladies.

Coopération : 150 millions de litres de gasoil du Niger pour améliorer la fourniture d’électricité au Mali

Le Mali devient le premier client du Niger avec qui nous partageons l’Alliance des États du Sahel. Cet approvisionnement en carburant à un tarif préférentiel de 328 Fcfa le litre permettra à EDM-SA d’améliorer la fourniture d’énergie

Bamako, 17 avr (AMAP) La société Énergie du Mali (EDM-SA) et la Société nigérienne de pétrole (SONIDEP) ont signé, mardi, à Bamako, un contrat commercial pour la fourniture de 150 millions litres de gasoil à EDM-SA.

Ce contrat à un tarif préférentiel de 328 Fcfa le litre a été paraphé par le directeur général de la SONIDEP, le colonel Ali Seibou Hassane, et le Directeur d’EDM-SA, Abdoulaye Djibril Diallo, faisant ainsi du Mali le premier client du Niger en matière de fourniture de pétrole.

Selon la ministre de l’Énergie et de l’Eau, Mme Bintou Camara, le contrat est le résultat de la réunion tenue à Niamey, au Niger, en février dernier, entre les ministres chargés de l’Énergie de l’Alliance des États du Sahel (AES), élargie au Tchad et au Togo.

Rappelant la participation du Mali à la cérémonie du lancement officiel du démarrage de la production pour l’exploitation du pétrole du Niger, à la date du 1er novembre 2023 à Koulélé, Agadem (dans la région de Diffa), Mme Camara a indiqué que le Mali et le Burkina Faso ont été les premiers clients du Niger.

De cette date à aujourd’hui, EDM-SA a bénéficié d’un volume de 22,6 millions de litres de gasoil comme subvention de l’État du Mali. « Avec cette expérience, a expliqué la ministre Bintou Camara, il s’agira maintenant de corriger toutes les anomalies constatées, surtout sur l’acheminement par la route du carburant. » À cet égard, la ministre chargée de l’Énergie a assuré que ce défi sera relevé.

« Nous engageons la société Énergie du Mali à prendre, dès la signature de ce contrat, toutes les dispositions nécessaires pour l’acheminement correct de ce carburant au Mali », a instruit la ministre.

Abondant dans le sens, Mahamane Moustapha Boka Barke a déploré que cette première expérience ait connu des difficultés mais dont les causes ont été identifiées. Pour palier ces contraintes, le ministre nigérien du Pétrole a estimé que les solutions passent par, entre autres, la constitution d’un parc de camions citernes du Niger et du Mali, la mise en place d’une escorte pour le transport du carburant dans les trois pays de l’AES, des structures d’exécution et de suivi par les trois entreprises (EDM-SA du Mali, SONABEL du Burkina Faso et SONIDEP du Niger).

S’y s’ajoute, l’ouverture et l’approvisionnement conséquent des comptes dédiés dans les banques de représentations de ces trois pays. Pour Mahamane Moustapha Boka Barke, la mise en œuvre effective et diligente de ses mesures garantira le succès de ces opérations.

La cérémonie a été présidée par le Premier ministre chef du gouvernement, Choguel Kokalla Maïga. C’était en présence des membres du gouvernement dont le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Mme Bintou Camara, et de son homologue nigérien du pétrole, Mahamane Moustapha Boka Barke.

Avant la signature de cette convention entre les deux ministres chargés de l’Énergie, dans l’après-midi, le chef de l’État,  le colonel Assimi Goïta, a accordé une audience  la délégation  du Niger.

BBC/MD (AMAP)

Go to Top