Accord pour la Paix : le président du CSA satisfait des récentes avancées

Bamako ,25 juin (AMAP) Les parties maliennes signataires  de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali auraient réussi à surmonter bien de difficultés en franchissant une étape importante pour  désamorcer les blocages et marquer d’un « pas gigantesque » la relance du processus de mise en œuvre de l’Accord, a confié le président de son comité de suivi (CSA), l’Algérien Ahmed Boutach  à la presse  à  l’occasion du troisième anniversaire de l’acte fondamental issu du processus d’Alger.

« Nous sommes dans une situation telle que les trois parties maliennes signataires de l’Accord viennent aujourd’hui à la réunion du CSA présenter un compte-rendu commun » a révélé l’Algérien le week-end à l’occasion de la dernière rencontre de sa structure tout en qualifiant ce fait de « Pas gigantesque qui vient d’être franchi » dans la mise en œuvre de l’Accord.

Visiblement satisfait de cette avancée, le président du CSA a souligné par ailleurs d’autres indicateurs du renforcement de la confiance entre les différents acteurs de la mise en œuvre de l’Accord jugés également par lui « d’acquis majeurs », notamment, la mise en place des autorités transitoires, l’amorce effective du processus de cantonnement des troupes, la détermination des emplacements et leur mise en valeur des centres d’accueil des populations refugiées, l’effectivité des MOC (mécanisme opérationnel de contrôle) dans les trois régions du septentrion.

Ahmed Boutach concluant ses propos a estimé par ailleurs que le pays ne saurait avoir une alternative  à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation paraphé le 15 mai dans la capitale algérienne et signé définitivement le 20 juin à Bamako.

« Je pense qu’il n’y a pas d’autres alternatives  à l’Accord issu du processus d’Alger si les Maliens veulent construire la paix, la stabilité, ramener la sécurité et développer leur pays», a indiqué le diplomate.

MS (AMAP)

Laisser un commentaire