Le président Goita à la fin du Sommet Russie-Afrique : « Nous partageons des valeurs avec la Russie »

Le président Goïta a participé à la parade navale à l’occasion de la Journée de la marine à Sain- Pétersboug

Envoyé spécial

Moriba COULIBALY

Saint-Pétersbourg, 1er août (AMAP) Le président de la Transition au Mali, le colonel Assimi Goïta, s’est satisfait de sa visite de quelques jours à Saint-Pétersbourg dans le cadre du 2è Sommet Russie-Afrique, du 27 au 27 juillet 2023.

Dans une interview à la presse, à la fin des travaux du sommet, le chef de l’État s’est particulièrement réjoui de son audience avec son homologue russe, Vladimir Poutine, précédée d’une rencontre bilatérale.

«Nous avons discuté des questions bilatérales dans les différents domaines. Les engagements discutés entre les deux parties ont été validés par le plus haut niveau de discussions. Après cette rencontre bilatérale, j’ai eu un tête-à-tête avec le président russe au cours duquel nous avons passé en revue nos domaines de coopération », a déclaré Assimi.

« Je suis vraiment satisfait de cette visite. J’ai été surtout impressionné par le respect mutuel du président Poutine, par sa grande disponibilité et sa grande capacité d’écoute. Il m’a assuré que le Mali est un partenaire clé pour la Russie. Cela veut tout dire», s’est félicité le colonel Assimi Goïta.

«La Russie a été un partenaire stratégique du Mali depuis l’accession de notre pays à l’indépendance en 1960. Nous partageons un certain nombre de valeurs avec la Russie que sont, entre autres, la non ingérence dans les affaires intérieures des Etats et le respect de la souveraineté des États et surtout la prise en compte des intérêts de nos populations », a dit le cgef de l’Etat malien.

« Je suis en contacts téléphoniques permanents avec le président russe. C’est à la suite d’un de nos appels téléphoniques qu’il m’a fait l’honneur de m’inviter à ce sommet», a rappelé le chef de l’État.

«Il était de mon devoir d’honorer mon engagement par la présence d’une forte délégation malienne composée des ministres, des membres du Conseil national de transition (CNT) et des opérateurs économiques», a précisé le président Goïta.

L’enjeu de ce sommet, a fait remarquer le président de la Transition, était de construire et de consolider un partenariat stratégique gagnant-gagnant dans les domaines économique, agricole, commercial, de l’enseignement et de la recherche scientifique, politique et surtout aussi sécuritaire.

« Quand notre pays a été confronté aux sanctions inhumaines et illégitimes contre les populations par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les autorités de la Transition ont dépêché plusieurs missions en Russie. Ces différentes missions ont travaillé sur plusieurs dossiers, notamment l’approvisionnement du pays en engrais dans le domaine agricole et dans le cadre du transport notamment la relance du trafic ferroviaire », a encore dit le colonel Goïta.

« Le Mali est en train de travailler dans le cadre de la création d’une compagnie aérienne avec la Russie et dans le domaine sécuritaire, notre pays a bénéficié de la livraison de plusieurs aéronefs et cela va se poursuivre », a révélé le président Goïta. Selon lui, « diversifier et intensifier cette coopération avec la Russie participe des enjeux de ce sommet pour le Mali. »

JALONS DE LA COOPÉRATION – Lors du premier sommet, la Russie avait convenu de diversifier l’aide humanitaire et de développer le commerce en fonction de son partenariat avec les différents alliés. «Force est de connaître que des difficultés sont apparues dans l’exécution de ces missions. Notamment, à cause de la pandémie du Coronavirus qui a perturbé les transactions commerciales internationales. Ce qui a eu pour conséquences pour beaucoup de pays de pas avoir pu bénéficier de cet appui », a souligné le chef de l’État.

Il a ajouté que la cherté de la vie s’est invitée dans cette initiative pour impacter négativement tous les secteurs principalement les prix des hydrocarbures, des engrais etc. Et aussi le conflit en Ukraine qui impacté tous les secteurs vitaux. « La Russie est revenue avec ses partenaires pour identifier les nouvelles routes de ravitaillement des bénéficiaires. Les sanctions imposées par les Occidentaux à la Russie ont également perturbé le ravitaillement en denrées alimentaires des pays bénéficiaires. Le cas du Mali se situe dans ce cadre», a fait remarquer le président Goïta.

«Le monde a beaucoup évolué. Il s’agit, pour les pays, d’identifier leurs intérêts et identifier leurs partenaires avec lesquels ils peuvent s’engager dans le cadre du respect mutuel et du respect de la souveraineté des États. Aujourd’hui, la Russie demeure ce partenaire fiable, sincère et engagé à répondre aux aspirations des populations maliennes», a estimé le président de la Transition.

C’est, selon lui, la raison pour laquelle, le Mali a développé un certain nombre de partenariats, notamment dans le domaine de la sécurité. A l’issue de la rencontre avec les autorités russes, il est question de renforcer l’arsenal sécuritaire et militaire du Mali.

« Sans sécurité il n’y a pas de développement et vice-versa. C’est pourquoi le Mali a décidé de renforcer davantage le secteur économique dans cette dernière phase de la transition. C’est pour cela que les négociations sont en cours avec la partie russe pour les secteurs agricole, commercial, transport surtout ferroviaire. Une accélération de ces actions est attendue pour la concrétisation de nos engagements, donc des résultats de cette coopération’, a annoncé Assimi Goïta.

«Nous avons déjà posé les jalons. Il appartient aux différents ministères de veiller à atteindre les objectifs recherchés», a conclu le colonel Goïta, attendu, avec sa délégation ce mardi à Bamako.

MC/MD (AMAP)