Tombouctou : Plusieurs établissements de vente de boissons alcoolisées mis à sac par des vandales

Tombouctou, 27 février (AMAP) une foule d’adolescents en colère ont mis à sac environ une dizaine de lieux vente de boissons alcoolisées  samedi dont le célèbre « dancing  Kalémé » au quartier  Hamma Bangou, dans la cité des 333 saints , causant des dégâts matériels considérables et blessant  un agent des forces de l’ordre suite à l’intervention des éléments de la Police et de la Gendarmerie déployés pour circonscrire les actes de vandalisme des jeunes, nous signale ce lundi notre correspondant de presse  à Tombouctou.

Les vandales dont on ignore pour l’instant l’identité socio professionnelle  ou confessionnelle avaient particulièrement  ciblé dans leur furie le « Night club le Kalémé» dont les locaux furent pris d’assaut  par ces jeunes qui ont tout détruit sur place vers 10h dans la matinée,  la réception, la salle de danse avec  toute sa table de mixage  jusqu’au magasin de stockage des boissons avant de décider  de poursuivre leurs actions destructrices sur d’autres  établissements de débit  avec le grossissement de leurs rangs par d’autres badauds partageant  leurs récriminations.

« Les enfants du quartier commencent à se saouler et adopter des comportements peu courtois » mormone un voisin du night-club.

« C’est grave ! les vendeurs d’alcool sans scrupule et sans moralité n’hésitent même pas à vendre de l’alcool mêmes  aux enfants de 10 ans et nous avons décrié cette situation à maintes reprises,  mais nous n’avons jamais été entendus » déplore un des casseurs dont la colère a  causé préjudice  aux tenants d’au moins une dizaine d’établissements privés avant  d’être contrée par l’intervention des forces de l’ordre dont un élément a été blessé .

Informés de la gravité de  cette situation, le préfet du cercle Hamadi Dicko représentant le gouverneur et le maire Aboubacrine  Cissé ont fait le tour de la ville escortés par les agents de l’ordre pour constater de visu et évaluer les nombreux dégâts matériels sur place avant d’inviter les manifestants   à l’apaisement. Pour le moment  l’on ignore si les services de polices ont ouvert des enquêtes pour situer les responsabilités.

MSH/MS (AMAP)

Laisser un commentaire