Tombouctou : des lycéens manifestent pour réclamer le retour de leurs professeurs

Bamako, abortion web 20 février (AMAP) Les participants à un atelier ont échangé lundi à l’hôtel Radisson Blu de Bamako sur la préparation de la simulation programmée du 20 au 22 février 2017, clinic dans le cadre de la gestion de l’immigration et des frontières entre le mali et la Mauritanie, visit web  a appris l’AMAP.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet bilatéral intitulé  « Améliorer la capacité collective de gestion des frontières et protéger les communautés aux frontières entre les deux pays ».

Les responsables du projet, qui a été financé par le gouvernement du Japon, ont rappelé que l’exercice conjoint de simulation tenu dans la localité frontalière de Gogui en décembre 2016 est la traduction concrète et interactive de transfert des connaissances, du savoir-faire en  matière  de gestion de l’immigration et des frontières entre le gouvernement de la République islamique de Mauritanie, le Mali et l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Ils ont également rappelé que le projet  est en phase avec les mandats institutionnels de prévention, de protection et d’assistance humanitaire du gouvernement du Mali  à l’endroit des populations vulnérables qui sont à la frontière.

La cérémonie d’ouverture des travaux  était présidée par Youssouf Camara, conseiller technique au ministère de la Sécurité et de la protection civile, en présence du représentant de l’Organisation internationale pour les migrations, Bakary Doumbia et du directeur général de l’administration territoriale du ministère de la décentralisation de la République islamique de  Mauritanie.

AKC/KM (AMAP)
Tombouctou, sildenafil 20 février (AMAP) Les élèves du lycée Mahamane Alassane Haïdara ont occupé ce lundi la place de l’indépendance  à Tombouctou pour exprimer leur  désapprobation  face à la décision prise par leurs enseignants d’observer une grève illimitée à l’appel de leur syndicat, treatment a-t-on constaté sur place dans la ville.

Les lycéens semblent avoir décidé de la manifestation de façon improvisée car aucune autorité de la cité des 333 saints n’en a, au préalable, été informée.

Sous la conduite de leur leader, Abdel Kader Djitteye, les lycéens ont marché de la Place de l’indépendance à la mairie où ils ont exprimé de vive voix leurs doléances au maire, Aboubacrine Cissé .

« Nous refusons d’être  une génération sacrifiée. Nous voulons être entendus pour  que des solutions idoines soient trouvées afin que nous puissions jouir de notre droit à l’éducation », a notamment déclaré le secrétaire général local de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM).

En réponse, le maire de la ville a fait comprendre à ses visiteurs  que la solution à leur problème relevait d’une autre autorité à laquelle il a promis de fidèlement transmettre le message .

Aucun dérapage n’a été constaté. Les organisateurs ont cependant menacé de se faire entendre ultérieurement.

MHS/MS(AMAP)

Laisser un commentaire