Mines : Le PASIE pour la transparence et la reddition des comptes au bénéfice des citoyens

Bamako, information pills 20 avril (AMAP) Les travaux du Congrès à mi-mandat de la Fédération Internationale de Basketball (FIBA- Afrique) s’ouvrent ce jeudi à l’hôtel Radisson  de Bamako, more about sous la présidence de son président, dosage Ahmed Niang, a appris l’AMAP.

Les 92 délégués de 41 fédérations venus d’Afrique et de plusieurs autres pays à travers le monde vont échanger sur  de nombreuses questions  relatives sur le Basketball, entre autres le système et le calendrier des compétitions 2017, les compétitions 3×3,  le développement des fédérations nationales, les relations entre FIBA Afrique et les différentes zones ainsi que les relations entre les zones et les fédérations nationales.

Le président de FIBA-monde, l’argentin Horacio Muratore prend part à ce Congrès à mi mandat de la FIBA Afrique dont les travaux prennent fin vendredi.

 DB/KM (AMAP)
Bamako, order 20 avril (AMAP) Les travaux du Congrès à mi-mandat de la Fédération Internationale de Basketball (FIBA- Afrique) s’ouvrent ce jeudi à l’hôtel Radisson  de Bamako, sous la présidence de son président, Ahmed Niang, a appris l’AMAP.

Les 92 délégués de 41 fédérations venus d’Afrique et de plusieurs autres pays à travers le monde vont échanger sur  de nombreuses questions  relatives sur le Basketball, entre autres le système et le calendrier des compétitions 2017, les compétitions 3×3,  le développement des fédérations nationales, les relations entre FIBA Afrique et les différentes zones ainsi que les relations entre les zones et les fédérations nationales.

Le président de FIBA-monde, l’argentin Horacio Muratore prend part à ce Congrès à mi mandat de la FIBA Afrique dont les travaux prennent fin vendredi.

 DB/KM (AMAP)
Bamako, rx 20 avril (AMAP)Les acteurs impliqués dans la surveillance des activités extractives du Burkina Faso, du Cameroun,  du Mali et de Madagascar ont lancé mercredi à Bamako, un nouveau projet, dénommé « projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive » (PASIE)  en Afrique francophone subsaharienne, doté d’une enveloppe financière estimée à 8 milliards de FCFA pour une durée de cinq ans, a appris l’AMAP.

Pour les promoteurs du PASIE, le projet doit contribuer à la recherche de solutions au problème de « traçabilité des revenus liés à l’exploitation des ressources extractives », de respect  des cadres légaux et de réglementation du secteur minier ainsi que des questions liées à la protection de l’environnement et la prise en charge des besoins et politiques de développement local.

« Une transparence et une reddition des comptes sont nécessaires afin que les citoyens puissent bénéficier des retombées de l’activité extractive » a expliqué le patron du PASIE, Alfred Enoh.

Le lancement  de PASIE pour sa phase opérationnelle a été fait à la faveur de la rencontre du Comité régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques d’Afrique francophone dont les travaux se tiennent dans la capitale malienne  à l’hôtel Salam sous la présidence du ministre des mines ,le Pr Tiémoko Sangaré.

MS (AMAP)

Laisser un commentaire