Mines : Le PASIE pour la transparence et la reddition des comptes au bénéfice des citoyens

Bamako,20 avril (AMAP)Les acteurs impliqués dans la surveillance des activités extractives du Burkina Faso, du Cameroun,  du Mali et de Madagascar ont lancé mercredi à Bamako, un nouveau projet, dénommé « projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive » (PASIE)  en Afrique francophone subsaharienne, doté d’une enveloppe financière estimée à 8 milliards de FCFA pour une durée de cinq ans, a appris l’AMAP.

Pour les promoteurs du PASIE, le projet doit contribuer à la recherche de solutions au problème de « traçabilité des revenus liés à l’exploitation des ressources extractives », de respect  des cadres légaux et de réglementation du secteur minier ainsi que des questions liées à la protection de l’environnement et la prise en charge des besoins et politiques de développement local.

« Une transparence et une reddition des comptes sont nécessaires afin que les citoyens puissent bénéficier des retombées de l’activité extractive » a expliqué le patron du PASIE, Alfred Enoh.

Le lancement  de PASIE pour sa phase opérationnelle a été fait à la faveur de la rencontre du Comité régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques d’Afrique francophone dont les travaux se tiennent dans la capitale malienne  à l’hôtel Salam sous la présidence du ministre des mines ,le Pr Tiémoko Sangaré.

MS (AMAP)

Laisser un commentaire