Mali : nouveaux villages agricoles, mode d’emploi

Bamako, visit medicine 21 mars (AMAP) L’Italien Giovanni Luciano Giuseppe Trapattoni serait-il intéressé à devenir le prochain entraîneur des Aigles du Mali ? Cette question semble digne d’intérêt d’autant qu’il a été révélé à l’AMAP, erectile de sources concordantes très proches de la haute sphère du football malien que Trapattoni  a récemment sollicité le concours d’un intermédiaire bien connu du milieu  pour le mettre en contact avec les responsables maliens du football en vue d’un éventuel engagement avec le Mali.

Selon cet intermédiaire « le technicien italien (Trapattoni, order ndlr) est très intéressé par le Mali».

Giovanni Luciano Giuseppe Trapattoni dit «Trap» est l’un des plus grands, des plus vieux et un des plus  titrés  entraîneurs italiens de football avec une période « dorée » à son actif passée avec le club de la Juventus (1976 -1986 puis 1991 – 1994).

DB/MS (AMAP)
Bamako, decease 21 mars (AMAP) L’Italien Giovanni Luciano Giuseppe Trapattoni serait-il intéressé à devenir le prochain entraîneur des Aigles du Mali ? Cette question semble digne d’intérêt d’autant qu’il a été révélé à l’AMAP, de sources concordantes très proches de la haute sphère du football malien que Trapattoni  a récemment sollicité le concours d’un intermédiaire bien connu du milieu  pour le mettre en contact avec les responsables maliens du football en vue d’un éventuel engagement avec le Mali.

Selon cet intermédiaire « le technicien italien (Trapattoni, ndlr) est très intéressé par le Mali».

Giovanni Luciano Giuseppe Trapattoni dit «Trap» est l’un des plus grands, des plus vieux et un des plus  titrés  entraîneurs italiens de football avec une période « dorée » à son actif passée au club de la Juventus (1976 -1986 puis 1991 – 1994).

DB/MS (AMAP)
Madame le Ministre de la Culture, shop Madame N’Diaye  Ramatoulaye DIALLO a pris part à la réunion des donateurs à l’occasion du lancement de l’Alliance Internationale pour la Protection du Patrimoine dans les conflits armés, click tenue au Louvre à Paris.

Inscrite dans la continuité de la conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril, organisée à Abu Dhabi, cette réunion marque le début de la mise en œuvre effective et concrète des mesures annoncées en décembre 2016, notamment pour la mise en place du fonds international, dénommé « Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflits » (ALIPH de son acronyme anglais).

Ce fonds, crée le 3 mars 2017 à Genève, sous la forme d’une fondation publique privée, par la

France et les Emirats arabes unis, servira à financer des actions préventives ou d’urgence, de lutter contre le trafic illicite de biens culturels et de participer à la restauration de biens culturels endommagés.

La réunion a réuni les Etats donateurs, des Etats témoins de destruction du patrimoine à valeur universelle comme le Mali, l’Irak et l’Afghanistan, des mécènes privés et des personnalités qualifiées pour siéger au conseil du fonds.

Le Ministre de la culture a salué l’opportunité de cette initiative et rappeler que le combat des parties prenantes, au delà de la protection et de la sauvegarde du patrimoine, devrait s’inscrire dans une démarche plus globale de construction de sociétés avides de paix. En notant l’épisode douloureux de la destruction du patrimoine de Tombouctou, le ministre a insisté sur l’expertise louable du Mali dans la réhabilitation et la restauration des biens culturels détruits

à la suite du programme de reconstruction réussi : « Nous pensons que le Mali est un modèle dans ce chantier de la réponse positive à la négation faite au patrimoine et à la culture. […]

D’où, l’intérêt particulier du Mali pour cette Alliance historique qui a pris forme depuis Abu

Dhabi et qui je l’espère, ici à Paris, prendra son envol avec une dotation financière à hauteur des ambitions de cette importante initiative. »

Dans son intervention d’ouverture, le Président de la République française, Monsieur

François Hollande, a précisé que ce fonds international, qui a pour ambition de mobiliser 100 millions de dollars d’ici à 2019, se veut un outil pour engager des initiatives concrètes et de constituer un réseau international de refuge pour le patrimoine en péril dans les zones de conflits […]

La réunion, après les interventions des donateurs et des experts, a mobilisé un peu plus de 75 millions de dollars et recueille des promesses de dons de nombreux pays dont la Chine, la

Corée du Sud, et la Fondation Andrew MELLON des Etats Unis d’Amérique.

Le Mali s’est dit prêt à mettre à la disposition du futur conseil d’administration de l’Alliance son expérience et son expertise.

En marge de la réunion des donateurs, Madame le Ministre de la Culture, prendra part au lancement de la saison culturelle de la ville de Paris à l’invitation de son homologue française.

Cellule de Communication
Madame le ministre de la Culture, side effects Madame N’Diaye  Ramatoulaye DIALLO a pris part à la réunion des donateurs à l’occasion du lancement de l’Alliance Internationale pour la Protection du Patrimoine dans les conflits armés, order tenue au Louvre à Paris.

Inscrite dans la continuité de la conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril, organisée à Abu Dhabi, cette réunion marque le début de la mise en œuvre effective et concrète des mesures annoncées en décembre 2016, notamment pour la mise en place du fonds international, dénommé « Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflits » (ALIPH de son acronyme anglais).

Ce fonds, crée le 3 mars 2017 à Genève, sous la forme d’une fondation publique privée, par la France et les Emirats arabes unis, servira à financer des actions préventives ou d’urgence, de lutter contre le trafic illicite de biens culturels et de participer à la restauration de biens culturels endommagés.

La réunion a réuni les Etats donateurs, des Etats témoins de destruction du patrimoine à valeur universelle comme le Mali, l’Irak et l’Afghanistan, des mécènes privés et des personnalités qualifiées pour siéger au conseil du fonds.

Le ministre de la culture a salué l’opportunité de cette initiative et rappeler que le combat des parties prenantes, au delà de la protection et de la sauvegarde du patrimoine, devrait s’inscrire dans une démarche plus globale de construction de sociétés avides de paix. En notant l’épisode douloureux de la destruction du patrimoine de Tombouctou, le ministre a insisté sur l’expertise louable du Mali dans la réhabilitation et la restauration des biens culturels détruits

à la suite du programme de reconstruction réussi : « Nous pensons que le Mali est un modèle dans ce chantier de la réponse positive à la négation faite au patrimoine et à la culture. […]

D’où, l’intérêt particulier du Mali pour cette Alliance historique qui a pris forme depuis Abu

Dhabi et qui je l’espère, ici à Paris, prendra son envol avec une dotation financière à hauteur des ambitions de cette importante initiative. »

Dans son intervention d’ouverture, le Président de la République française, Monsieur

François Hollande, a précisé que ce fonds international, qui a pour ambition de mobiliser 100 millions de dollars d’ici à 2019, se veut un outil pour engager des initiatives concrètes et de constituer un réseau international de refuge pour le patrimoine en péril dans les zones de conflits […]

La réunion, après les interventions des donateurs et des experts, a mobilisé un peu plus de 75 millions de dollars et recueille des promesses de dons de nombreux pays dont la Chine, la

Corée du Sud, et la Fondation Andrew MELLON des Etats Unis d’Amérique.

Le Mali s’est dit prêt à mettre à la disposition du futur conseil d’administration de l’Alliance son expérience et son expertise.

En marge de la réunion des donateurs, Madame le Ministre de la Culture, prendra part au lancement de la saison culturelle de la ville de Paris à l’invitation de son homologue française.

Cellule de Communication
Madame le ministre de la Culture, nurse Madame N’Diaye  Ramatoulaye DIALLO a pris part à la réunion des donateurs à l’occasion du lancement de l’Alliance Internationale pour la Protection du Patrimoine dans les conflits armés, tenue au Louvre à Paris.

Inscrite dans la continuité de la conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril, organisée à Abu Dhabi, cette réunion marque le début de la mise en œuvre effective et concrète des mesures annoncées en décembre 2016, notamment pour la mise en place du fonds international, dénommé « Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflits » (ALIPH de son acronyme anglais).

Ce fonds, crée le 3 mars 2017 à Genève, sous la forme d’une fondation publique privée, par la France et les Emirats arabes unis, servira à financer des actions préventives ou d’urgence, de lutter contre le trafic illicite de biens culturels et de participer à la restauration de biens culturels endommagés.

La réunion a réuni les Etats donateurs, des Etats témoins de destruction du patrimoine à valeur universelle comme le Mali, l’Irak et l’Afghanistan, des mécènes privés et des personnalités qualifiées pour siéger au conseil du fonds.

Le ministre de la culture a salué l’opportunité de cette initiative et rappeler que le combat des parties prenantes, au delà de la protection et de la sauvegarde du patrimoine, devrait s’inscrire dans une démarche plus globale de construction de sociétés avides de paix. En notant l’épisode douloureux de la destruction du patrimoine de Tombouctou, le ministre a insisté sur l’expertise louable du Mali dans la réhabilitation et la restauration des biens culturels détruits à la suite du programme de reconstruction réussi : « Nous pensons que le Mali est un modèle dans ce chantier de la réponse positive à la négation faite au patrimoine et à la culture. […]

D’où, l’intérêt particulier du Mali pour cette Alliance historique qui a pris forme depuis AbuDhabi et qui je l’espère, ici à Paris, prendra son envol avec une dotation financière à hauteur des ambitions de cette importante initiative. »

Dans son intervention d’ouverture, le Président de la République française, Monsieur François Hollande, a précisé que ce fonds international, qui a pour ambition de mobiliser 100 millions de dollars d’ici à 2019, se veut un outil pour engager des initiatives concrètes et de constituer un réseau international de refuge pour le patrimoine en péril dans les zones de conflits […]

La réunion, après les interventions des donateurs et des experts, a mobilisé un peu plus de 75 millions de dollars et recueille des promesses de dons de nombreux pays dont la Chine, la Corée du Sud, et la Fondation Andrew MELLON des Etats Unis d’Amérique.

Le Mali s’est dit prêt à mettre à la disposition du futur conseil d’administration de l’Alliance son expérience et son expertise.

En marge de la réunion des donateurs, Madame le ministre de la Culture, prendra part au lancement de la saison culturelle de la ville de Paris à l’invitation de son homologue française.

Cellule de Communication
Bamako, nurse 21 mars (AMAP) Vingt nouveaux villages agricoles (NVA) comprenant chacun des exploitations agricoles et des habitats décents avec des activités holistiques de développement économique, case devraient bientôt voir le jour au Mali.

Ces nouveaux villages auront pour vocation d’améliorer la productivité par la modernisation des systèmes de production et de créer des emplois durables par le biais d’investissements massifs visant à réduire la précarité en milieu rural.

Trois mille jeunes seront déployés dans l’ensemble des 20 nouveaux villages agricoles qui totaliseront une superficie de 60.000 hectares de terres à fort potentiel aménageable.

Les zones identifiées pour accueillir ces nouvelles aires de développement se situent tant à l’ouest, au sud, au centre qu’au nord du pays. Il s’agit notamment des zones de l’office du Niger, du Moyen Bani, du Sankarani, du bassin du Sourou et du barrage de Taoussa.

Pour cette première expérience de NVA, le gouvernement envisage un investissement de 10 milliards de francs cfa qu’il espère mobiliser sous forme de crédits auprès d’institutions financières internationales.

Ce financement servira à l’aménagement des terres, l’installation des 3.000 jeunes, la construction de 3.000 logements, l’équipement de chaque village crée ainsi qu’à la réalisation d’infrastructures dans les proches villages d’accueil.

L’objectif consiste à doper la production agricole en la rendant attrayante pour les jeunes et à réduire l’exode vers les centres urbains afin de prévenir une possible baisse de production agricole.

Le gouvernement est très avancé dans le projet. Mais le concept est encore loin de faire l’unanimité. Il mérite d’être affiné plus avant, estime-t-on notamment dans certains milieux intellectuels du pays.

AT(AMAP)

Laisser un commentaire