Mali : interrogations sur des cas de ver de guinée découverts chez les chiens

De notre envoyé spécial, web Amadou Sow

Sikasso, troche 11 février (AMAP) La ville de Sikasso, what is ed en initiant un festival dédié au balafon, s’est imposée comme « capitale culturelle de la CEDEAO » a affirmé jeudi le ministre sénégalais de la culture et de la communication, M. M. Mbagnick N’Diaye.

Le ministre s’exprimait en sa qualité de porte-parole des ministres de la culture de pays invités (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée) à l’ouverture du festival Triangle du balafon dans la capitale du Kénédougou.

Il a déclaré que Sikasso est la « capitale culturelle de la CEDEAO », une organisation qui regroupe la presque totalité des pays de l’Afrique de l’ouest.

Ville malienne proche à la fois du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, Sikasso est le berceau du balafon, un instrument mythique utilisé dans nombre de sociétés ouest-africaines lors  d’événements importants comme les rituels, mariages, funérailles, circoncisions etc.

Il (cet instrument) a toujours crée une dimension régionale autour de ses rythmes, et en lui consacrant un festival, Sikasso est devenue la « capitale culturelle » des pays composant la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, a expliqué le ministre sénégalais.

Evènement à caractère festif, pédagogique et scientifique, le festival Triangle du balafon s’inscrit dans la mise en œuvre du programme des activités culturelles du département malien en charge de la culture.

Initié en 2010 pour promouvoir l’intégration entre le Mali, le Burkina et la Côte, trois pays liés par la géographie et l’histoire, le festival est devenu au fil du temps un rendez-vous culturel majeur de toute la zone ouest-africaine.

Selon ses initiateurs, son organisation s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la déclaration universelle de l’UNESCO sur la promotion de la diversité des expressions culturelles.

AS (AMAP)
Par Abdoul Karim Coulibaly

Bamako, this 11 février (AMAP) Les autorités sanitaires au Mali se demandaient encore vendredi comment 11 chiens de la localité de Tominian (région de Ségou) ont pu contracter le ver de guinée au moment où le pays s’apprêtait à déclarer l’extinction de la maladie chez l’homme.

« Ces cas d’infestation chez les chiens sont une nouvelle situation », pill a déclaré à l’AMAP le coordinateur du Programme national d’éradication du ver de guinée, rx Dr. Mohamed Berthé.

« Il y a des pistes de réflexion car si l’on connait le cycle et la façon dont on attrape la maladie chez l’homme, il existe, par contre, des zones d’ombre en ce qui concerne les chiens », a-t-il précisé.

Le ver de Guinée a été découvert sur 11 chiens de la localité de Tominian (région de Ségou), précisément à Fangaso et Ouam, vers la frontière du Burkina Faso, selon le ministre de la Santé, Marie Madeleine Togo.

« C’est vrai qu’on a constaté quelques cas chez les chiens », a confirmé le responsable sanitaire en avertissant que l’on ne peut toutefois pas parler d’épidémie.

« Nous allons nous évertuer à comprendre pourquoi il y a eu ces cas et quelles en sont les origines probables », a assuré Dr. Berthé.

Le responsable sanitaire a ajouté que tous les chiens contaminés ont été isolés et que les eaux aux alentours ont été traitées afin d’éviter des pontes pouvant aboutir à la contamination d’autres chiens.

Les chiens contaminés ont un suivi de proximité comme chez l’homme, a indiqué Dr. Berthé en soulignant que toute déclaration de chien malade rapporte à son auteur 5.000 francs cfa contre dix fois plus pour les personnes malades.

C’est au début des années 90 que la lutte contre le ver de guinée ou dracunculose a véritablement commencé au Mali avec l’appui du centre Carter. Le pays comptait à l’époque quelque 16.000 personnes malades réparties entre plus de mille villages et hameaux.

Mais aujourd’hui la maladie est quasiment vaincue dans le pays car aucun cas chez l’homme n’a été constaté, s’est particulièrement réjoui Dr. Berthé en saluant l’engagement du gouvernement et en adressant ses félicitations à tous les autres acteurs.

AKC (AMAP)

Laisser un commentaire