La Conférence d’Entente nationale se tiendra du 27 mars au 2 avril

Bamako, sildenafil stuff 17 mars (AMAP) Les éliminatoires Zone 2 pour le championnat d’Afrique des nations de basketball connu sous le nom de FIBA Afrobasket 2017 ont débuté vendredi 17 mars au Palais des sports Salamata Maïga de Bamako, viagra 60mg la capitale malienne.

Deux rencontres étaient au programme de cette première journée du tournoi qui compte pour la phase aller de ces éliminatoires.

En match d’ouverture, buy le Sénégal a imposé sa loi à son adversaire du jour, le Cap-Vert, qui s’est incliné avec une marge de 14 points (78 à 64).

Dans le second match, la Guinée-Conakry a fait sensation en battant à domicile le Mali, pays hôte, sur le score de 61 à 58, soit trois points d’écart. Ce sont pourtant les Aigles maliens qui menaient à la mi-temps (34-32).

Ces éliminatoires de FIBA Afrobasket 2017 (Zone 2) regroupent quatre pays, le Cap-Vert, la Guinée, le Sénégal et le Mali, pays hôte.

Elles se dérouleront en deux phases, avec une phase aller à Bamako, du 17 au 19 mars, et une phase retour à Dakar, au Sénégal, du 24 au 26 mars.

A l’issue de la phase retour, les deux pays qui termineront aux deux premières places seront qualifiés pour la phase finale de FIBA Afrobasket 2017 prévue du 19 au 30 août à Brazzaville, au Congo.

En 2015, le Mali avait accédé à la phase finale en remportant une double confrontation avec le Sénégal. Les Lions sénégalais avaient au final été repêchés.

AT (AMAP)
Le Conseil des Ministres s’est réuni en session extraordinaire, generic le samedi 18 mars 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Président de la République, viagra buy Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA.

Au titre de la Présidence de la République, le Conseil des Ministres a entendu une communication du Président de la Commission préparatoire et Président de la Conférence d’Entente nationale sur l’état des préparatifs de ladite Conférence.

Cette communication a porté sur la restitution des travaux de la Commission préparatoire qui ont été mené de manière inclusive à travers l’organisation de consultations régionales et catégorielles.

Le Président de la Commission préparatoire a notamment rencontré les signataires de l’Accord de Paix, les Présidents des Institutions de la République et des Autorités administratives indépendantes, les anciens Premiers ministres, les organisations et associations confessionnelles, les partis politiques, les organisations syndicales, les notabilités, les groupements de femmes et de jeunes, la diaspora, la MINUSMA et le Comité de Suivi de l’Accord.

Ces consultations ont révélé une large adhésion des forces vives de la Nation à la tenue de la Conférence d’Entente nationale qui sera organisée autour de trois grands thèmes : la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Conformément à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, la Conférence d’Entente nationale permettra d’approfondir les débats sur les causes profondes du conflit et d’élaborer une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale sur une base consensuelle.

La Conférence regroupera 300 participants venant des régions, du District de Bamako et de la diaspora.

A l’issue de sa délibération, le Conseil des Ministres a décidé de la tenue de la Conférence d’Entente nationale du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako.

Bamako, le 18 mars 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Mme Sanogo Aminata Mallé

Chevalier de l’Ordre National du Mali
CM N° 2017-2/SGG

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session extraordinaire, thumb le samedi 18 mars 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Président de la République, Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA.

Au titre de la Présidence de la République, le Conseil des Ministres a entendu une communication du Président de la Commission préparatoire et Président de la Conférence d’Entente nationale sur l’état des préparatifs de ladite Conférence.

Cette communication a porté sur la restitution des travaux de la Commission préparatoire qui ont été mené de manière inclusive à travers l’organisation de consultations régionales et catégorielles.

Le Président de la Commission préparatoire a notamment rencontré les signataires de l’Accord de Paix, les Présidents des Institutions de la République et des Autorités administratives indépendantes, les anciens Premiers ministres, les organisations et associations confessionnelles, les partis politiques, les organisations syndicales, les notabilités, les groupements de femmes et de jeunes, la diaspora, la MINUSMA et le Comité de Suivi de l’Accord.

Ces consultations ont révélé une large adhésion des forces vives de la Nation à la tenue de la Conférence d’Entente nationale qui sera organisée autour de trois grands thèmes : la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Conformément à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, la Conférence d’Entente nationale permettra d’approfondir les débats sur les causes profondes du conflit et d’élaborer une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale sur une base consensuelle.

La Conférence regroupera 300 participants venant des régions, du District de Bamako et de la diaspora.

A l’issue de sa délibération, le Conseil des Ministres a décidé de la tenue de la Conférence d’Entente nationale du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako.

Bamako, le 18 mars 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Bamako, buy 18 mars (AMAP) La Conférence d’Entente nationale prévue dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la Réconciliation au Mali se tiendra du 27 mars au 2 avril prochains, a-t-on annoncé samedi à l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire.

La rencontre regroupera à Bamako quelque 300 participants de toutes les régions et de la diaspora autour des trois thèmes majeurs que sont la paix, l’unité et la réconciliation nationale, a-t-on indiqué.

De même source, les débats porteront sur les causes profondes de la crise qui sévit dans le pays et se concluront par l’adoption d’une Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Il ne s’agira, en aucune manière, d’une rencontre « fondatrice » ou « refondatrice » de l’Etat, avait tenu à préciser il y a quelques semaines Me Mountaga Tall, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, porte-parole du gouvernement.

De source officielle, la Conférence entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation signé en 2014 à Bamako par le gouvernement et les mouvements armés sous l’égide de la communauté internationale.

Cet Accord, en plus d’une grande représentation des populations du nord dans les institutions nationales, envisage la possibilité pour toutes les populations maliennes de gérer leurs propres affaires sur la base du principe de la libre administration.

Sa mise en œuvre exigeant des amendements constitutionnels, le gouvernement a adopté le 10 mars dernier l’avant-projet d’une nouvelle Loi fondamentale devant prochainement être adoptée par voie parlementaire.

AT (AMAP)

Laisser un commentaire