La chambre des mines du Mali à la recherche de solutions collectives aux méfaits liés à l’exploitation aurifère

Sikasso, 13 avril (AMAP) Le président de la chambre des mines du Mali , Abdoulaye PONA  a  attiré lors d’une rencontre d’échanges mardi, dans la capitale du Kénédougou, l’attention des préfets, des élus des collectivités territoriales, les représentants des sociétés minières ,des acteurs sur les sites d’orpaillage, les chefs de services régionaux ainsi que des représentants de la société civile, sur les nombreux risques liés  à l’exploitation aurifère et les termes de référence du programme d’action pour la protection de l’environnement,  rapporte le correspondant de l’AMAP.

Le secteur minier malien occupant une place prépondérante dans l’économie malienne (l’or étant  premier produit d’exportation  pourvoyeur de devises étrangères)  qui va bientôt connaître certainement un regain d’activités avec  l’entrée en marche de plusieurs sites nouveaux, notamment de Fecola, Nampala et Komana, le président de la chambre des mines du Mali a sensibilisé ses interlocuteurs  sur les nombreux risques liés  à l’exploitation de l’or.

« L’exploitation minière rapporte de la richesse », a soutenu M. Pona qui tire en même temps sur la sonnette d’alarme au sujet  des multiples méfaits de cette activité notamment sur l’éducation des enfants, la santé des populations et l’environnement.

« L’exploitation minière  a un impact négatif sur plusieurs domaines notamment, l’éducation, l’environnement avec la destruction des forêts, la pollution des rivières et des eaux souterraines avec l’utilisation des produits extrêmement toxiques pour l’homme » a prevenu, le président de la chambre des mines du Mali.

« Comment trouver l’or sans porter de graves préjudices à notre environnement ? », est la question que la chambre des mines du Mali cherche à résoudre avec tous les acteurs pour qu’elle  ne soit pas interpellée  par les générations futures, a-t-il souligné.

Les échanges ont été francs et les contributions nombreuses  pour  éviter  au secteur minier  les méfaits liés à ses activités.

Le gouverneur de la région de Sikasso Mr Bougouzanga Coulibaly a estimé qu’il est urgent d’organiser le sous- secteur artisanal de l’exploitation de l’or, en le faisant passer de l’informel au secteur formel, afin d’accroitre la contribution des mines à  l’économie nationale par la création d’emplois et la réduction de la pauvreté.

FD/MS (AMAP)

Laisser un commentaire