Journée d’hommage à Wa Kamissoko: 40 années après sa disparition l’on se souvient toujours du grand griot de Mandé

Bamako, salve 20 mars (AMAP) Environ 3000 jeunes pourraient faire partie du 10ème contingent, more about celle de 2017,  du programme de stage de formation et d’acclimatation des jeunes, en quête d’un premier emploi  à un environnement professionnel en vue du renforcement  des opportunités  de leur employabilité,  apprend-on  du Directeur Général de l’Agence pour la Promotion de l’emploi  des Jeunes (Apej) promoteur dudit programme.

Cette estimation de la prochaine vague de jeunes stagiaires qui seront déployés dans différentes structures de l’Etat à travers l’ensemble du pays a été faite par Amadou Cissé à la faveur d’un atelier d’évaluation du programme qui a bouclé ces travaux, ce week-end à Bamako, à la Maison des Aînés.

L’objectif de ce programme qui a déjà bénéficié à près de 35 537 diplômés sortis des différents ordres d’enseignement du pays, vise à donner à ses bénéficiaires l’opportunité de prendre les pools du monde du travail tout en s’offrant un premier certificat de travail a souligné le Directeur de l’Apej.

Le patron de l’Apej a invité l’ensemble des partenaires conviés à prendre  part aux travaux de l’atelier à un examen judicieux des forces et faiblesses  de la stratégie mise en place depuis près d’une dizaine d’année, en vue de  son amélioration continuelle et pour une plus grande utilité à l’Etat et aux bénéficiaires.

MS (AMAP)
Bamako, dosage 20 mars (AMAP) Environ 3000 jeunes pourraient faire partie du 10ème contingent, celle de 2017,  du programme de stage de formation et d’acclimatation des jeunes, en quête d’un premier emploi  à un environnement professionnel en vue du renforcement  des opportunités  de leur employabilité,  apprend-on  du Directeur Général de l’Agence pour la Promotion de l’emploi  des Jeunes (Apej) promoteur dudit programme.

Cette estimation de la prochaine vague de jeunes stagiaires qui seront déployés dans différentes structures de l’Etat à travers l’ensemble du pays a été faite par Amadou Cissé à la faveur d’un atelier d’évaluation du programme qui a bouclé ces travaux, ce week-end à Bamako, à la Maison des Aînés.

L’objectif de ce programme qui a déjà bénéficié à près de 35 537 diplômés sortis des différents ordres d’enseignement du pays, vise à donner à ses bénéficiaires l’opportunité de prendre les pools du monde du travail tout en s’offrant un premier certificat de travail a souligné le Directeur de l’Apej.

Le patron de l’Apej a invité l’ensemble des partenaires conviés à prendre  part aux travaux de l’atelier à un examen judicieux des forces et faiblesses  de la stratégie mise en place depuis près d’une dizaine d’année, en vue de  son amélioration continuelle et pour une plus grande utilité à l’Etat et aux bénéficiaires.

MS (AMAP)
Bamako, ailment le 20 mars (AMAP) Le 40ème  anniversaire de la disparition de Wa Kamissoko, visit grand traditionnaliste malien a été magnifié par l’’Association des historiens du Mali (ASHIMA)  en partenariat avec l’Institut des Sciences humaines du Mali par une conférence débat animée par des éminents professeurs d’histoire et hommes de culture samedi dernier à l’amphithéâtre de la faculté d’histoire et géographie de Bamako.

Les conférenciers, ed Dr Fodé Moussa Sidibé,  Pr Drissa Diakité,  Seydou Camara et  Filifing Sacko ont chacun abordé dans leur exposé un aspect de l’œuvre et de la vie de ce grand traditionaliste malien en présence du président de l’ASHIMA, Pr Doulaye Konaté, des membres de la famille de Wa et un public de chercheurs, d’étudiants.

« Wa et le colloque de 1875-1976 » a été le thème développé par Filifing Sacko, pendant que « l’Amitié entre Youssouf  Tata Cissé et Wa Kamissoko » a été l’aspect évoqué  par Dr Fodé Moussa Sidibé  avant l’exposé du Pr Drissa Diakité intitulé « Wa et la connaissance du Mandé » et celui de Seydou Camara axé sur  « la tradition orale  et l’histoire du Mandé ».

Cette activité d’hommage mérité  à Wa Kamissoko  vise également à donner une opportunité supplémentaire aux jeunes historiens et chercheurs de mieux découvrir l’homme, connaître ses œuvres et l’histoire du Mandé, a indiqué le président de l’ASHIMA, Pr Doulaye Konaté.

AS/MS (AMAP)

Laisser un commentaire