Coris Bank international accorde un appui financier de l’ordre de 37 milliards de FCFA à la société minière SMK

Bamako, remedy buy information pills 12 avril (AMAP) Le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), drugs Yacouba Katilé, about it a laissé comprendre au cours d’une conférence de presse, qu’il animait ce mercredi à la bourse du travail sur la gestion des grèves des travailleurs de la santé et de l’action sociale que les autorités sanitaires et de l’action sociale  n’auraient pas fait montre d’un traitement diligent du dossier.

D’entrée de jeu le leader de l’UNTM est allé au fond du sujet : « A l’issue des rencontres  de la conciliation, des points d’accord ont été obtenus avec  un chronogramme d’exécution détaillé, et une commission de suivi mise en place ». Toutefois « Depuis les ministres des départements concernés  n’ont plus répondu aux sollicitations écrites du bureau national du syndicat de la santé et ont également  refusé toute audience à ses responsables » a expliqué Yacouba katilé pour démontrer que la grève de la santé n’est pas un phénomène spontané.

Le conférencier de poursuivre que « dès le 12ème congrès du syndicat national de la santé et des affaires sociales en 2012, des doléances ont été formulées par les travailleurs ». Mais pour lui le silence prolongé des autorités de la santé et des services de l’action sociale a obligé le syndicat de la santé à déposer  son préavis de grève.

Constatant   qu’aucune initiative n’a été prise pour un dégèle de la situation par les autorités « les travailleurs de la santé ont décidé d’aller en grève illimitée » a expliqué le premier responsable de la centrale syndicale avant de soutenir que la grève des travailleurs de la santé et de l’action sociale est légale, légitime et normale, a insisté Katilé car « les irrégularités, les illégalités se trouvent plutôt dans les attitudes des défis, des contres vérités des autorités publiques » a conclu le responsable syndical.

AKC/MS (AMAP)
Bamako, tadalafil 12 avril (AMAP) Le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), check Yacouba Katilé, a laissé comprendre au cours d’une conférence de presse, qu’il animait ce mercredi à la bourse du travail sur la gestion des grèves des travailleurs de la santé et de l’action sociale que les autorités sanitaires et de l’action sociale  n’auraient pas fait montre d’un traitement diligent du dossier.

D’entrée de jeu le leader de l’UNTM est allé au fond du sujet : « A l’issue des rencontres  de la conciliation, des points d’accord ont été obtenus avec  un chronogramme d’exécution détaillé, et une commission de suivi mise en place ». Toutefois « Depuis les ministres des départements concernés  n’ont plus répondu aux sollicitations écrites du bureau national du syndicat de la santé et ont également  refusé toute audience à ses responsables » a expliqué Yacouba katilé pour démontrer que la grève de la santé n’est pas un phénomène spontané.

Le conférencier de poursuivre que « dès le 12ème congrès du syndicat national de la santé et des affaires sociales en 2012, des doléances ont été formulées par les travailleurs ». Mais pour lui le silence prolongé des autorités de la santé et des services de l’action sociale a obligé le syndicat de la santé à déposer  son préavis de grève.

Constatant   qu’aucune initiative n’a été prise pour un dégèle de la situation par les autorités « les travailleurs de la santé ont décidé d’aller en grève illimitée » a expliqué le premier responsable de la centrale syndicale avant de soutenir que la grève des travailleurs de la santé et de l’action sociale est légale, légitime et normale, a insisté Katilé car « les irrégularités, les illégalités se trouvent plutôt dans les attitudes de défi, de contre vérité des autorités publiques » a conclu le responsable syndical.

AKC/MS (AMAP)
Bamako, help 12 avril (AMAP) Le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), rx Yacouba Katilé, a laissé comprendre au cours d’une conférence de presse, qu’il animait ce mercredi à la bourse du travail sur la gestion des grèves des travailleurs de la santé et de l’action sociale que les autorités sanitaires et de l’action sociale  n’auraient pas fait montre d’un traitement diligent du dossier.

D’entrée de jeu le leader de l’UNTM est allé au fond du sujet : « A l’issue des rencontres  de la conciliation, des points d’accord ont été obtenus avec  un chronogramme d’exécution détaillé, et une commission de suivi mise en place ». Toutefois « Depuis les ministres des départements concernés  n’ont plus répondu aux sollicitations écrites du bureau national du syndicat de la santé et ont également  refusé toute audience à ses responsables » a expliqué Yacouba katilé pour démontrer que la grève de la santé n’est pas un phénomène spontané.

Le conférencier de poursuivre que « dès le 12ème congrès du syndicat national de la santé et des affaires sociales en 2012, des doléances ont été formulées par les travailleurs ». Mais pour lui le silence prolongé des autorités de la santé et des services de l’action sociale a obligé le syndicat de la santé à déposer  son préavis de grève.

Constatant   qu’aucune initiative n’a été prise pour un dégèle de la situation par les autorités « les travailleurs de la santé ont décidé d’aller en grève illimitée » a expliqué le premier responsable de la centrale syndicale avant de soutenir que la grève des travailleurs de la santé et de l’action sociale est légale, légitime et normale, a insisté Katilé car « les irrégularités, les illégalités se trouvent plutôt dans les attitudes de défiance, de contre vérité des autorités publiques » a conclu le responsable syndical.

AKC/MS (AMAP)
Bamako, ed 13 avril (AMAP) La Société des mines de Komana (SMK) basée au sud du pays, ask précisément dans  le  Cercle de Yanfolila, a bénéficié d’un important appui financier de l’ordre de 37 milliards de FCFA  du Groupe Coris Bank international qui a signé avec l’exploitant minier, à travers sa représentation malienne, une convention de partenariat portant sur le financement de ses activités.

Le promoteur de SMK, Saïdou  Idé et la Directrice, pays de Coris Bank international, Sidibé Aïssata Koné ont apposé, mercredi à Bamako,  leur signature  sur  le dossier de financement qui va permettre à la Société des mines de Komana de donner davantage de souffle à ses activités d’exploitation aurifère  sur divers sites miniers notamment à Komana, Kalaya, Gonka et Sanioumalé.

La cérémonie de signature de ce  nouveau partenariat entre  Coris Bank international et SMK s’est déroulée en présence le premier responsable de la Holding international, Idrissa Nassa, l e PDG du Groupe bancaire.

MS (AMAP)

Laisser un commentaire