Basketball : Les travaux du Congrès à mi-mandat de FIBA Afrique s’ouvrent ce jeudi à Bamako

Bamako, site more about 19 avril (AMAP) Le soutien de la France au processus inter-malien pour la paix et la réconciliation ne s’exerce plus qu’au niveau  des deux Etats, pharmacy mais tente aussi  de gagner le terrain de la coopération décentralisée au bénéfice du renforcement des capacités et du rôle des collectivités maliennes dans les tâches de reconstruction et de réconciliation nationale, avec  l’expérience  naissante entre la municipalité française de Bordeaux  et celle de Bamako portant sur la formation des Maires, a constaté l’AMAP.

Les  Maires de plusieurs municipalités du pays ont entamé mardi dans la capitale malienne, sous l’égide de la coopération décentralisée Bamako- Bordeaux, leur formation de renforcement des capacités en matière de maîtrise des modalités participatives des différents acteurs du processus de paix au Mali en vue de conforter  le dialogue inclusif et les fondements des pourparlers inter-maliens pour la paix,  ont indiqué les organisateurs de cette session de formation.

Il s’agit de « renforcer le rôle des Maires dans la promotion des processus inclusifs pour l’élaboration d’une feuille de route des actions qui doivent être entreprises dans le cadre de la reconstruction et de la réconciliation nationale » a expliqué le Maire du District de Bamako , Adama Sangaré.

M. Sangaré qui se veut plus explicite a souligné que « Nous, élus locaux, devons nous engager pour la promotion de la paix et de la concorde, en assurant correctement la fourniture des services sociaux de base ».

La coopération entre la ville de Bordeaux et Bamako  qui se diversifie au fil des ans est vieille de plus de 16 ans  et  cette nouvelle initiative devra impulser davantage la gouvernance locale  sur le terrain du plaidoyer et du lobbying pour la paix et la réconciliation selon des responsables municipaux bénéficiaires de la présente formation qui s’achève jeudi .

MS (AMAP)  
Bamako, stuff 19 avril (AMAP) Le soutien de la France au processus inter-malien pour la paix et la réconciliation ne s’exerce plus qu’au niveau  des deux Etats, mais tente aussi  de gagner le terrain de la coopération décentralisée au bénéfice du renforcement des capacités et du rôle des collectivités maliennes dans les tâches de reconstruction et de réconciliation nationale, avec  l’expérience  naissante entre la municipalité française de Bordeaux  et celle de Bamako portant sur la formation des Maires, a constaté l’AMAP.

Les  Maires de plusieurs municipalités du pays ont entamé mardi dans la capitale malienne, sous l’égide de la coopération décentralisée Bamako- Bordeaux, leur formation de renforcement des capacités en matière de maîtrise des modalités participatives des différents acteurs du processus de paix au Mali en vue de conforter  le dialogue inclusif et les fondements des pourparlers inter-maliens pour la paix,  ont indiqué les organisateurs de cette session de formation.

Il s’agit de « renforcer le rôle des Maires dans la promotion des processus inclusifs pour l’élaboration d’une feuille de route des actions qui doivent être entreprises dans le cadre de la reconstruction et de la réconciliation nationale » a expliqué le Maire du District de Bamako , Adama Sangaré.

M. Sangaré qui se veut plus explicite a souligné que « Nous, élus locaux, devons nous engager pour la promotion de la paix et de la concorde, en assurant correctement la fourniture des services sociaux de base ».

La coopération entre la ville de Bordeaux et Bamako  qui se diversifie au fil des ans est vieille de plus de 16 ans  et  cette nouvelle initiative devra impulser davantage la gouvernance locale  sur le terrain du plaidoyer et du lobbying pour la paix et la réconciliation selon des responsables municipaux bénéficiaires de la présente formation qui s’achève jeudi .

MS (AMAP)  
Bamako, website like this 19 avril (AMAP) Le soutien de la France au processus inter-malien pour la paix et la réconciliation ne s’exerce plus qu’au niveau  des deux Etats, this site mais tente aussi  de gagner le terrain de la coopération décentralisée au bénéfice du renforcement des capacités et du rôle des collectivités maliennes dans les tâches de reconstruction et de réconciliation nationale, avec  l’expérience  naissante entre la municipalité française de Bordeaux  et celle de Bamako portant sur la formation des Maires, a constaté l’AMAP.

Les  Maires de plusieurs municipalités du pays ont entamé mardi dans la capitale malienne, sous l’égide de la coopération décentralisée Bamako- Bordeaux, leur formation de renforcement des capacités en matière de maîtrise des modalités participatives des différents acteurs du processus de paix au Mali en vue de conforter  le dialogue inclusif et les fondements des pourparlers inter-maliens pour la paix,  ont indiqué les organisateurs de cette session de formation.

Il s’agit de « renforcer le rôle des Maires dans la promotion des processus inclusifs pour l’élaboration d’une feuille de route des actions qui doivent être entreprises dans le cadre de la reconstruction et de la réconciliation nationale » a expliqué le Maire du District de Bamako , Adama Sangaré.

M. Sangaré qui se veut plus explicite a souligné que « Nous, élus locaux, devons nous engager pour la promotion de la paix et de la concorde, en assurant correctement la fourniture des services sociaux de base ».

La coopération entre la ville de Bordeaux et Bamako  qui se diversifie au fil des ans est vieille de plus de 16 ans  et  cette nouvelle initiative devra impulser davantage la gouvernance locale  sur le terrain du plaidoyer et du lobbying pour la paix et la réconciliation selon des responsables municipaux bénéficiaires de la présente formation qui s’achève jeudi .

MS (AMAP)  
Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, and le mercredi 19 avril 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Abdoulaye Idrissa MAIGA, Premier ministre.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a :

– adopté des projets de texte ;
– et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE:

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a adopté des projets de texte déclarant l’état d’urgence sur le territoire national.

L’état d’urgence, déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens.

En raison de cette situation précaire, l’état d’urgence est déclaré à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national.

La déclaration de l’état d’urgence vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Sa prorogation interviendra si l’évaluation de la situation sécuritaire le justifie.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba II.

Le marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de SotubaII est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement EXPERCO/EXP pour un montant de 808 millions 463 mille 564 virgule 19 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 36 mois.

Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la seconde composante du projet de construction d’un Centre National de Conduite et de Doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba.

L’exécution du présent marché contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations notamment par la réduction des déficits structurels de l’offre d’énergie électrique.

AU TITRE DU MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE :

Sur le rapport du ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du Programme de Développement institutionnel (PDI, 2ème Génération) et le Plan opérationnel 2017-2021.

Ce Programme a été examiné par le Conseil des Ministres en sa séance du 15 mars 2017.

L’adoption du présent projet de décret permettra la mise en œuvre des actions préconisées par ce Programme et contribuera, notamment à promouvoir la culture de résultats, à améliorer davantage les relations entre l’Administration et les usagers des services publics.

AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS :

Sur le rapport du ministre des Sports, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant le détail des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales dans le domaine des sports.

La loi du 07 février 2012, modifiée, portant Code des collectivités territoriales en République du Mali autorise les organes délibérants des collectivités territoriales à régler par délibérations les affaires de leur ressort territorial en matière de développement économique, social et culturel.

Le présent projet de décret est adopté dans ce cadre et fixe le détail des compétences de la Commune, du Cercle, de la Région et du District de Bamako dans le domaine des sports

Il précise l’appui-conseil que les services centraux et déconcentrés du Ministère des Sports doivent apporter aux collectivités territoriales dans le cadre de la mise en œuvre des compétences ainsi transférées.

L’effectivité de ces mesures contribue à une meilleure prise en compte de la politique nationale en matière des sports dans les plans de développement au niveau des collectivités territoriales.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination des membres de la Commission nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) et de ceux de la Commission d’Intégration.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination de Conseillers Spéciaux auprès des Gouverneurs des Régions de Gao, Tombouctou, Taoudénit et Ménaka.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL :

Sur le rapport du ministre du Développement industriel, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des Centres d’Incubation dans le domaine agroalimentaire : cas de Sikasso et la relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire.

Un centre d’incubation ou incubateur d’entreprises est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, généralement à but non lucratif, liée à des organismes publics ou parapublics.

La présente communication écrite présente les résultats de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agroalimentaire au Mali, en particulier dans la Région de Sikasso.

Le choix de cette région se justifie, entre autres, par son statut de zone d’Agriculture par excellence et la présence d’un nombre important de petites unités de transformation des produits agro-alimentaires.

L’étude de faisabilité formule également des recommandations pour la réussite de la stratégie d’intervention du Centre en ce qui concerne la qualité des porteurs de projet hébergés, la participation des organisations professionnelles et de la communauté locale, les compétences professionnelles du personnel, le mode de partenariat public-privé, le plan de communication et le système de suivi, de supervision et de contrôle.

La création du Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso, sous la forme d’un établissement public à caractère administratif, nécessite une relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire pour éviter toute duplication de services pour la même mission.

Le Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso aura pour mission de contribuer à la promotion et au développement de l’entreprenariat dans le secteur de la transformation, notamment, des céréales, des légumineuses, de la viande ainsi que des produits laitiers et de cueillette.

Bamako, le 19 avril 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata MALLE
Chevalier de l’Ordre national
CM N° 2017-13/SGG

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, see le mercredi 19 avril 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Abdoulaye Idrissa MAIGA, viagra 60mg Premier ministre.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, troche le Conseil a :

– adopté des projets de texte ;
– et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE:

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a adopté des projets de texte déclarant l’état d’urgence sur le territoire national.

L’état d’urgence, déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens.

En raison de cette situation précaire, l’état d’urgence est déclaré à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national.

La déclaration de l’état d’urgence vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Sa prorogation interviendra si l’évaluation de la situation sécuritaire le justifie.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba II.

Le marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de SotubaII est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement EXPERCO/EXP pour un montant de 808 millions 463 mille 564 virgule 19 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 36 mois.

Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la seconde composante du projet de construction d’un Centre National de Conduite et de Doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba.

L’exécution du présent marché contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations notamment par la réduction des déficits structurels de l’offre d’énergie électrique.

AU TITRE DU MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE :

Sur le rapport du ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du Programme de Développement institutionnel (PDI, 2ème Génération) et le Plan opérationnel 2017-2021.

Ce Programme a été examiné par le Conseil des Ministres en sa séance du 15 mars 2017.

L’adoption du présent projet de décret permettra la mise en œuvre des actions préconisées par ce Programme et contribuera, notamment à promouvoir la culture de résultats, à améliorer davantage les relations entre l’Administration et les usagers des services publics.

AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS :

Sur le rapport du ministre des Sports, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant le détail des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales dans le domaine des sports.

La loi du 07 février 2012, modifiée, portant Code des collectivités territoriales en République du Mali autorise les organes délibérants des collectivités territoriales à régler par délibérations les affaires de leur ressort territorial en matière de développement économique, social et culturel.

Le présent projet de décret est adopté dans ce cadre et fixe le détail des compétences de la Commune, du Cercle, de la Région et du District de Bamako dans le domaine des sports

Il précise l’appui-conseil que les services centraux et déconcentrés du Ministère des Sports doivent apporter aux collectivités territoriales dans le cadre de la mise en œuvre des compétences ainsi transférées.

L’effectivité de ces mesures contribue à une meilleure prise en compte de la politique nationale en matière des sports dans les plans de développement au niveau des collectivités territoriales.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination des membres de la Commission nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) et de ceux de la Commission d’Intégration.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination de Conseillers Spéciaux auprès des Gouverneurs des Régions de Gao, Tombouctou, Taoudénit et Ménaka.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL :

Sur le rapport du ministre du Développement industriel, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des Centres d’Incubation dans le domaine agroalimentaire : cas de Sikasso et la relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire.

Un centre d’incubation ou incubateur d’entreprises est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, généralement à but non lucratif, liée à des organismes publics ou parapublics.

La présente communication écrite présente les résultats de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agroalimentaire au Mali, en particulier dans la Région de Sikasso.

Le choix de cette région se justifie, entre autres, par son statut de zone d’Agriculture par excellence et la présence d’un nombre important de petites unités de transformation des produits agro-alimentaires.

L’étude de faisabilité formule également des recommandations pour la réussite de la stratégie d’intervention du Centre en ce qui concerne la qualité des porteurs de projet hébergés, la participation des organisations professionnelles et de la communauté locale, les compétences professionnelles du personnel, le mode de partenariat public-privé, le plan de communication et le système de suivi, de supervision et de contrôle.

La création du Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso, sous la forme d’un établissement public à caractère administratif, nécessite une relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire pour éviter toute duplication de services pour la même mission.

Le Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso aura pour mission de contribuer à la promotion et au développement de l’entreprenariat dans le secteur de la transformation, notamment, des céréales, des légumineuses, de la viande ainsi que des produits laitiers et de cueillette.

Bamako, le 19 avril 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata MALLE
Chevalier de l’Ordre national

Bamako, information pills 19 avril (AMAP) Le soutien de la France au processus inter-malien pour la paix et la réconciliation ne s’exerce plus qu’au niveau  des deux Etats, see mais tente aussi  de gagner le terrain de la coopération décentralisée au bénéfice du renforcement des capacités et du rôle des collectivités maliennes dans les tâches de reconstruction et de réconciliation nationale, avec  l’expérience  naissante entre la municipalité française de Bordeaux  et celle de Bamako portant sur la formation des Maires, a constaté l’AMAP.

Les  Maires de plusieurs municipalités du pays ont entamé mardi dans la capitale malienne, sous l’égide de la coopération décentralisée Bamako- Bordeaux, leur formation de renforcement des capacités en matière de maîtrise des modalités participatives des différents acteurs du processus de paix au Mali en vue de conforter  le dialogue inclusif et les fondements des pourparlers inter-maliens pour la paix,  ont indiqué les organisateurs de cette session de formation.

Il s’agit de « renforcer le rôle des Maires dans la promotion des processus inclusifs pour l’élaboration d’une feuille de route des actions qui doivent être entreprises dans le cadre de la reconstruction et de la réconciliation nationale » a expliqué le Maire du District de Bamako , Adama Sangaré.

M. Sangaré qui se veut plus explicite a souligné que « Nous, élus locaux, devons nous engager pour la promotion de la paix et de la concorde, en assurant correctement la fourniture des services sociaux de base ».

La coopération entre la ville de Bordeaux et Bamako  qui se diversifie au fil des ans est vieille de plus de 16 ans  et  cette nouvelle initiative devra impulser davantage la gouvernance locale  sur le terrain du plaidoyer et du lobbying pour la paix et la réconciliation selon des responsables municipaux bénéficiaires de la présente formation qui s’achève jeudi .

MS (AMAP)  
Bamako, visit 19 avril (AMAP) Le soutien de la France au processus inter-malien pour la paix et la réconciliation ne s’exerce plus qu’au niveau  des deux Etats, mais tente aussi  de gagner le terrain de la coopération décentralisée au bénéfice du renforcement des capacités et du rôle des collectivités maliennes dans les tâches de reconstruction et de réconciliation nationale, avec  l’expérience  naissante entre la municipalité française de Bordeaux  et celle de Bamako portant sur la formation des Maires, a constaté l’AMAP.

Les  Maires de plusieurs municipalités du pays ont entamé mardi dans la capitale malienne, sous l’égide de la coopération décentralisée Bamako- Bordeaux, leur formation de renforcement des capacités en matière de maîtrise des modalités participatives des différents acteurs du processus de paix au Mali en vue de conforter  le dialogue inclusif et les fondements des pourparlers inter-maliens pour la paix,  ont indiqué les organisateurs de cette session de formation.

Il s’agit de « renforcer le rôle des Maires dans la promotion des processus inclusifs pour l’élaboration d’une feuille de route des actions qui doivent être entreprises dans le cadre de la reconstruction et de la réconciliation nationale » a expliqué le Maire du District de Bamako , Adama Sangaré.

M. Sangaré qui se veut plus explicite a souligné que « Nous, élus locaux, devons nous engager pour la promotion de la paix et de la concorde, en assurant correctement la fourniture des services sociaux de base ».

La coopération entre la ville de Bordeaux et Bamako  qui se diversifie au fil des ans est vieille de plus de 16 ans  et  cette nouvelle initiative devra impulser davantage la gouvernance locale  sur le terrain du plaidoyer et du lobbying pour la paix et la réconciliation selon des responsables municipaux bénéficiaires de la présente formation qui s’achève jeudi .

MS (AMAP)  
Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, viagra sale le mercredi 19 avril 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Abdoulaye Idrissa MAIGA, Premier ministre.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a :

– adopté des projets de texte ;
– et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE:

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a adopté des projets de texte déclarant l’état d’urgence sur le territoire national.

L’état d’urgence, déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens.

En raison de cette situation précaire, l’état d’urgence est déclaré à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national.

La déclaration de l’état d’urgence vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Sa prorogation interviendra si l’évaluation de la situation sécuritaire le justifie.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba II.

Le marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de SotubaII est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement EXPERCO/EXP pour un montant de 808 millions 463 mille 564 virgule 19 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 36 mois.

Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la seconde composante du projet de construction d’un Centre National de Conduite et de Doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba.

L’exécution du présent marché contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations notamment par la réduction des déficits structurels de l’offre d’énergie électrique.

AU TITRE DU MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE :

Sur le rapport du ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du Programme de Développement institutionnel (PDI, 2ème Génération) et le Plan opérationnel 2017-2021.

Ce Programme a été examiné par le Conseil des Ministres en sa séance du 15 mars 2017.

L’adoption du présent projet de décret permettra la mise en œuvre des actions préconisées par ce Programme et contribuera, notamment à promouvoir la culture de résultats, à améliorer davantage les relations entre l’Administration et les usagers des services publics.

AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS :

Sur le rapport du ministre des Sports, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant le détail des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales dans le domaine des sports.

La loi du 07 février 2012, modifiée, portant Code des collectivités territoriales en République du Mali autorise les organes délibérants des collectivités territoriales à régler par délibérations les affaires de leur ressort territorial en matière de développement économique, social et culturel.

Le présent projet de décret est adopté dans ce cadre et fixe le détail des compétences de la Commune, du Cercle, de la Région et du District de Bamako dans le domaine des sports

Il précise l’appui-conseil que les services centraux et déconcentrés du Ministère des Sports doivent apporter aux collectivités territoriales dans le cadre de la mise en œuvre des compétences ainsi transférées.

L’effectivité de ces mesures contribue à une meilleure prise en compte de la politique nationale en matière des sports dans les plans de développement au niveau des collectivités territoriales.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination des membres de la Commission nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) et de ceux de la Commission d’Intégration.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination de Conseillers Spéciaux auprès des Gouverneurs des Régions de Gao, Tombouctou, Taoudénit et Ménaka.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL :

Sur le rapport du ministre du Développement industriel, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des Centres d’Incubation dans le domaine agroalimentaire : cas de Sikasso et la relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire.

Un centre d’incubation ou incubateur d’entreprises est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, généralement à but non lucratif, liée à des organismes publics ou parapublics.

La présente communication écrite présente les résultats de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agroalimentaire au Mali, en particulier dans la Région de Sikasso.

Le choix de cette région se justifie, entre autres, par son statut de zone d’Agriculture par excellence et la présence d’un nombre important de petites unités de transformation des produits agro-alimentaires.

L’étude de faisabilité formule également des recommandations pour la réussite de la stratégie d’intervention du Centre en ce qui concerne la qualité des porteurs de projet hébergés, la participation des organisations professionnelles et de la communauté locale, les compétences professionnelles du personnel, le mode de partenariat public-privé, le plan de communication et le système de suivi, de supervision et de contrôle.

La création du Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso, sous la forme d’un établissement public à caractère administratif, nécessite une relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire pour éviter toute duplication de services pour la même mission.

Le Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso aura pour mission de contribuer à la promotion et au développement de l’entreprenariat dans le secteur de la transformation, notamment, des céréales, des légumineuses, de la viande ainsi que des produits laitiers et de cueillette.

Bamako, le 19 avril 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata MALLE
Chevalier de l’Ordre national
Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, online le mercredi 19 avril 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Abdoulaye Idrissa MAIGA, ambulance Premier ministre.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, page le Conseil a :

– adopté des projets de texte ;
– et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE:

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a adopté des projets de texte déclarant l’état d’urgence sur le territoire national.

L’état d’urgence, déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens.

En raison de cette situation précaire, l’état d’urgence est déclaré à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national.

La déclaration de l’état d’urgence vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Sa prorogation interviendra si l’évaluation de la situation sécuritaire le justifie.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba II.

Le marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de SotubaII est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupement EXPERCO/EXP pour un montant de 808 millions 463 mille 564 virgule 19 francs CFA hors taxes et un délai d’exécution de 36 mois.

Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la seconde composante du projet de construction d’un Centre National de Conduite et de Doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba.

L’exécution du présent marché contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations notamment par la réduction des déficits structurels de l’offre d’énergie électrique.

AU TITRE DU MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE :

Sur le rapport du ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du Programme de Développement institutionnel (PDI, 2ème Génération) et le Plan opérationnel 2017-2021.

Ce Programme a été examiné par le Conseil des Ministres en sa séance du 15 mars 2017.

L’adoption du présent projet de décret permettra la mise en œuvre des actions préconisées par ce Programme et contribuera, notamment à promouvoir la culture de résultats, à améliorer davantage les relations entre l’Administration et les usagers des services publics.

AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS :

Sur le rapport du ministre des Sports, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant le détail des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales dans le domaine des sports.

La loi du 07 février 2012, modifiée, portant Code des collectivités territoriales en République du Mali autorise les organes délibérants des collectivités territoriales à régler par délibérations les affaires de leur ressort territorial en matière de développement économique, social et culturel.

Le présent projet de décret est adopté dans ce cadre et fixe le détail des compétences de la Commune, du Cercle, de la Région et du District de Bamako dans le domaine des sports

Il précise l’appui-conseil que les services centraux et déconcentrés du Ministère des Sports doivent apporter aux collectivités territoriales dans le cadre de la mise en œuvre des compétences ainsi transférées.

L’effectivité de ces mesures contribue à une meilleure prise en compte de la politique nationale en matière des sports dans les plans de développement au niveau des collectivités territoriales.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination des membres de la Commission nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) et de ceux de la Commission d’Intégration.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE :

Le Conseil des Ministres a été informé de la nomination de Conseillers Spéciaux auprès des Gouverneurs des Régions de Gao, Tombouctou, Taoudénit et Ménaka.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL :

Sur le rapport du ministre du Développement industriel, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des Centres d’Incubation dans le domaine agroalimentaire : cas de Sikasso et la relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire.

Un centre d’incubation ou incubateur d’entreprises est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, généralement à but non lucratif, liée à des organismes publics ou parapublics.

La présente communication écrite présente les résultats de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agroalimentaire au Mali, en particulier dans la Région de Sikasso.

Le choix de cette région se justifie, entre autres, par son statut de zone d’Agriculture par excellence et la présence d’un nombre important de petites unités de transformation des produits agro-alimentaires.

L’étude de faisabilité formule également des recommandations pour la réussite de la stratégie d’intervention du Centre en ce qui concerne la qualité des porteurs de projet hébergés, la participation des organisations professionnelles et de la communauté locale, les compétences professionnelles du personnel, le mode de partenariat public-privé, le plan de communication et le système de suivi, de supervision et de contrôle.

La création du Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso, sous la forme d’un établissement public à caractère administratif, nécessite une relecture des textes du Centre pour le Développement du Secteur agro-alimentaire pour éviter toute duplication de services pour la même mission.

Le Centre d’Incubation agro-alimentaire de Sikasso aura pour mission de contribuer à la promotion et au développement de l’entreprenariat dans le secteur de la transformation, notamment, des céréales, des légumineuses, de la viande ainsi que des produits laitiers et de cueillette.

Bamako, le 19 avril 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata MALLE
Chevalier de l’Ordre national
Bamako, visit this 20 avril (AMAP) Le Conseil des Ministres du mercredi a  prorogé de nouveau l’état d’urgence  pour une durée de 10 jours à compter du 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national, medicine a appris l’AMAP.

Cette décision, selon le communiqué du Conseil s’explique par  la situation précaire qui prévaut en matière de sécurité au Mali et dans la sous région.

Elle  vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Une précédente période de même nature arrivée à expiration le 9 avril dernier avait été déclarée dans les mêmes conditions le 30 mars 2017.

KM(AMAP)
Bamako, buy 20 avril (AMAP) Le Conseil des Ministres, sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, a  prorogé de nouveau l’état d’urgence  pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national.

Cette décision, selon le communiqué qui s’explique par  la situation précaire qui prévaut en matière de sécurité au Mali et dans la sous région,  vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

L’état d’urgence  déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

KM(AMAP)
Bamako, this site 20 avril (AMAP) Le Conseil des Ministres du mercredi a  prorogé de nouveau l’état d’urgence  pour une durée de 10 jours à compter du 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national, a appris l’AMAP.

Cette décision, selon le communiqué du Conseil s’explique par  la situation précaire qui prévaut en matière de sécurité au Mali et dans la sous région.

Elle  vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

L’état d’urgence  déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

KM(AMAP)
Bamako, this 20 avril (AMAP) Le Conseil des Ministres, sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, a  prorogé de nouveau l’état d’urgence  pour une durée de 10 jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national, a appris l’AMAP.

Cette décision, selon le communiqué du Conseil s’explique par  la situation précaire qui prévaut en matière de sécurité au Mali et dans la sous région.

Elle  vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

L’état d’urgence  déclaré sur le territoire national par le décret du 30 mars 2017, pour une durée de 10 jours, a expiré le 9 avril 2017.

KM(AMAP)
Bamako, doctor 20 avril (AMAP) Le Conseil des Ministres du mercredi a  prorogé de nouveau l’état d’urgence  pour une durée de 10 jours à compter du 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national, patient a appris l’AMAP.

Cette décision, selon le communiqué du Conseil s’explique par  la situation précaire qui prévaut en matière de sécurité au Mali et dans la sous région.

Elle  vise à renforcer les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Une précédente période de même nature arrivée à expiration le 9 avril dernier avait été déclarée dans les mêmes conditions le 30 mars 2017.

KM(AMAP)
Bamako, viagra approved 20 avril (AMAP) Les travaux du Congrès à mi-mandat de la Fédération Internationale de Basketball (FIBA- Afrique) s’ouvrent ce jeudi à l’hôtel Radisson  de Bamako, what is ed sous la présidence de son président, Ahmed Niang, a appris l’AMAP.

Les 92 délégués de 41 fédérations venus d’Afrique et de plusieurs autres pays à travers le monde vont échanger sur  de nombreuses questions  relatives sur le Basketball, entre autres le système et le calendrier des compétitions 2017, les compétitions 3×3,  le développement des fédérations nationales, les relations entre FIBA Afrique et les différentes zones ainsi que les relations entre les zones et les fédérations nationales.

Le président de FIBA-monde, l’argentin Horacio Muratore prend part à ce Congrès à mi mandat de la FIBA Afrique dont les travaux prennent fin vendredi.

 DB/KM (AMAP)

Laisser un commentaire