3 morts et 2 disparus dans l’effondrement de puits miniers à Kangaba

Bamako, this site 18 mai (AMAP) La sélection nationale de Rugby du Mali  rencontre en premier match le Burkina avant d’affronter le Niger dans le cadre du Challenge Africa régional de rugby de 2è division qui se déroule du 18 au 25 mai au Niger, symptoms a appris l’AMAP.

Trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger) participeront  en poule unique  (groupe West 2) à cette compétition.

Le sélectionneur national, Bréhima Diallo n’est pas satisfait des conditions de préparation.

«Nous sommes en train de préparer la compétition avec les moyens du bord. La Fédération malienne de rugby (FMR) a pu négocier pour nous 10 jours d’internat à Kabala. Ce temps ne nous permet pas de faire une bonne préparation. Il fallait au moins 45 jours pour faire la présélection et une quinzaine de jours d’internat avec les joueurs sélectionnés», a déclaré Bréhima Diallo.

 DB/KM (AMAP)

 La liste de la sélection

Piliers (4) : Mamoutou Diarra (USFAS), Boubacar Traoré (Hippo), Amadou Diallo (Djoliba), Fali Konaté (Hippo). Talonneurs (2) : Mandjou Diarra (Hippo), Yacouba Diarra (Hippo). 2è ligne (3) : Souleymane Cissé (Hippo), Bourama Sanogo (Hippo), Almamy Sangaré (USFAS). 3è ligne (3) : Lamine Samaké (AS Réal), Mody Coulibaly (USFAS), Zoumana Traoré (USFAS). 3è ligne (Centre) (2) : Mohamed B. Sangaré (USFAS), Ibrahima Traoré (Réal). Demi de mêlée (1) : Issa Sacko (USFAS). Demi d’ouverture (2) : Ladji Bouné (Réal), Modibo Keïta (Djoliba). ¾ Centres (3) : Mahamane Maïga (USFAS), Mohamed Coulibaly (Djoliba), Amadou A. Touré (USFAS). Ailliers (3) : Bali Keïta (USFAS), Karim Traoré (Réal), Mohamed Sangaré (Réal). Arrière (1) : Ousmane Cissé (USFAS).
Bamako, page 18 mai (AMAP) La sélection nationale de Rugby du Mali  rencontre en premier match le Burkina avant d’affronter le Niger dans le cadre du Challenge Africa régional de rugby de 2è division qui se déroule du 18 au 25 mai au Niger, a appris l’AMAP.

Trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger) participeront  en poule unique  (groupe West 2) à cette compétition.

Le sélectionneur national, Bréhima Diallo n’est pas satisfait des conditions de préparation.

«Nous sommes en train de préparer la compétition avec les moyens du bord. La Fédération malienne de rugby (FMR) a pu négocier pour nous 10 jours d’internat à Kabala. Ce temps ne nous permet pas de faire une bonne préparation. Il fallait au moins 45 jours pour faire la présélection et une quinzaine de jours d’internat avec les joueurs sélectionnés», a déclaré Bréhima Diallo.

 DB/KM (AMAP)

 La liste de la sélection

Piliers (4) : Mamoutou Diarra (USFAS), Boubacar Traoré (Hippo), Amadou Diallo (Djoliba), Fali Konaté (Hippo). Talonneurs (2) : Mandjou Diarra (Hippo), Yacouba Diarra (Hippo). 2è ligne (3) : Souleymane Cissé (Hippo), Bourama Sanogo (Hippo), Almamy Sangaré (USFAS). 3è ligne (3) : Lamine Samaké (AS Réal), Mody Coulibaly (USFAS), Zoumana Traoré (USFAS). 3è ligne (Centre) (2) : Mohamed B. Sangaré (USFAS), Ibrahima Traoré (Réal). Demi de mêlée (1) : Issa Sacko (USFAS). Demi d’ouverture (2) : Ladji Bouné (Réal), Modibo Keïta (Djoliba). ¾ Centres (3) : Mahamane Maïga (USFAS), Mohamed Coulibaly (Djoliba), Amadou A. Touré (USFAS). Ailliers (3) : Bali Keïta (USFAS), Karim Traoré (Réal), Mohamed Sangaré (Réal). Arrière (1) : Ousmane Cissé (USFAS).
Bamako, price 18 mai (AMAP) Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat ,Me Kassim Tapo, a tiré au clair,  au cours du traditionnel point de presse  organisé après chaque  conseil des ministres ,  la position du Gouvernement consécutivement  aux accusations faites  par des associations de défense des droits humains et autres organisations qui mettent en cause les Forces armées maliennes (FAMAs)ainsi que des groupes armés dans le septentrion malien  qui seraient coupables d’exactions diverses sur les populations.

Me Tapo  a été formel face aux hommes de presse : « Le Gouvernement joue la transparence absolue en matière de droits humain et nous n’avons aucun complexe à défendre notre position » avant de donner l’assurance sur la suite à donner aux cas de violation de droits signalés à l’attention de l’Etat malien. « Tous les cas signalés seront vérifiés et les auteurs traduits devant la justice » sans pourtant tomber dans un quelconque jeu de manipulation a précisé le ministre.

Il a aussi soutenu que l’Etat n’acceptera  jamais de tomber « dans le travers des terroristes qui cherchent à faire de nous des terroristes ».

Les exactions signalées à l’attention des autorités qui sont au nombre de 75 concernent des cas de détentions arbitraires, de viols, d’exécutions sommaires, entre autres.

Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat a invité chaque acteur à prendre ses responsabilités pour jouer le rôle qui est le sien dans la plus grande transparence.

MS (AMAP)
Bamako, cure 18 mai (AMAP) Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat , dosage Me Kassim Tapo, pharm a tiré au clair,  au cours du traditionnel point de presse  organisé après chaque  conseil des ministres ,  la position du Gouvernement consécutivement  aux accusations faites  par des associations de défense des droits humains et autres organisations qui mettent en cause les Forces armées maliennes (FAMAs)ainsi que des groupes armés dans le septentrion malien  qui seraient coupables d’exactions diverses sur les populations.

Me Tapo  a été formel face aux hommes de presse : « Le Gouvernement joue la transparence absolue en matière de droits humain et nous n’avons aucun complexe à défendre notre position » avant de donner l’assurance sur la suite à donner aux cas de violation de droits signalés à l’attention de l’Etat malien. « Tous les cas signalés seront vérifiés et les auteurs traduits devant la justice » sans pourtant tomber dans un quelconque jeu de manipulation a précisé le ministre.

Il aussi soutenu que l’Etat n’acceptera  jamais de tomber « dans le travers des terroristes qui cherchent à faire de nous des terroristes ».

Les exactions signalées à l’attention des autorités qui sont au nombre de 75 concernent des cas de détentions arbitraires, de viols, d’exécutions sommaires, entre autres.

Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat a invité chaque acteur à prendre ses responsabilités pour jouer le rôle qui est le sien dans la plus grande transparence.

MS (AMAP)
Bamako, dosage 18 mai (AMAP) Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat ,Me Kassim Tapo, a tiré au clair,  au cours du traditionnel point de presse  organisé après chaque  conseil des ministres ,  la position du Gouvernement consécutivement  aux accusations faites  par des associations de défense des droits humains et autres organisations qui mettent en cause les Forces armées maliennes (FAMAs)ainsi que des groupes armés dans le septentrion malien  qui seraient coupables d’exactions diverses sur les populations.

Me Tapo  a été formel face aux hommes de presse : « Le Gouvernement joue la transparence absolue en matière de droits humain et nous n’avons aucun complexe à défendre notre position » avant de donner l’assurance sur la suite à donner aux cas de violation de droits signalés à l’attention de l’Etat malien. « Tous les cas signalés seront vérifiés et les auteurs traduits devant la justice » sans pourtant tomber dans un quelconque jeu de manipulation a précisé le ministre.

Il aussi soutenu que l’Etat n’acceptera  jamais de tomber « dans le travers des terroristes qui cherchent à faire de nous des terroristes ».

Les exactions signalées à l’attention des autorités qui sont au nombre de 75 concernent des cas de détentions arbitraires, de viols, d’exécutions sommaires, entre autres.

Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat a invité chaque acteur à prendre ses responsabilités pour jouer le rôle qui est le sien dans la plus grande transparence.

MS (AMAP)
Bamako, ambulance 18 mai (AMAP) Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat , price Me Kassim Tapo, there a tiré au clair,  au cours du traditionnel point de presse  organisé après chaque  conseil des ministres ,  la position du Gouvernement consécutivement  aux accusations faites  par des associations de défense des droits humains et autres organisations qui mettent en cause les Forces armées maliennes (FAMAs)ainsi que des groupes armés dans le septentrion malien  qui seraient coupables d’exactions diverses sur les populations.

Me Tapo  a été formel face aux hommes de presse : « Le Gouvernement joue la transparence absolue en matière de droits humain et nous n’avons aucun complexe à défendre notre position » avant de donner l’assurance sur la suite à donner aux cas de violation de droits signalés à l’attention de l’Etat malien. « Tous les cas signalés seront vérifiés et les auteurs traduits devant la justice » sans pourtant tomber dans un quelconque jeu de manipulation a précisé le ministre.

Il a aussi soutenu que l’Etat n’acceptera  jamais de tomber « dans le travers des terroristes qui cherchent à faire de nous des terroristes ».

Les exactions signalées à l’attention des autorités qui sont au nombre de 75 concernent des cas de détentions arbitraires, de viols, d’exécutions sommaires, entre autres.

Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat a invité chaque acteur à prendre ses responsabilités pour jouer le rôle qui est le sien dans la plus grande transparence.

MS (AMAP)
Bamako, visit 18 mai (AMAP) Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat ,Me Kassim Tapo, a tiré au clair,  au cours du traditionnel point de presse  organisé après chaque  conseil des ministres ,  la position du Gouvernement consécutivement  aux accusations faites  par des associations de défense des droits humains et autres organisations qui mettent en cause les Forces armées maliennes (FAMAs)ainsi que des groupes armés dans le septentrion malien  qui seraient coupables d’exactions diverses sur les populations.

Me Tapo  a été formel face aux hommes de presse : « Le Gouvernement joue la transparence absolue en matière de droits humain et nous n’avons aucun complexe à défendre notre position » avant de donner l’assurance sur la suite à donner aux cas de violation de droits signalés à l’attention de l’Etat malien. « Tous les cas signalés seront vérifiés et les auteurs traduits devant la justice » sans pourtant tomber dans un quelconque jeu de manipulation a précisé le ministre.

Il aussi soutenu que l’Etat n’acceptera  jamais de tomber « dans le travers des terroristes qui cherchent à faire de nous des terroristes ».

Les exactions signalées à l’attention des autorités qui sont au nombre de 75 concernent des cas de détentions arbitraires, de viols, d’exécutions sommaires, entre autres.

Le ministre des Droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat a invité chaque acteur à prendre ses responsabilités pour jouer le rôle qui est le sien dans la plus grande transparence.

MS (AMAP)
Kangaba, dosage 18 mai (AMAP) Trois personnes ont trouvé la mort et deux autres ont été portées disparues à la suite de l’effondrement de puits miniers traditionnels, more about mardi, troche sur le site d’orpaillage de Dabalen, dans la commune rurale de Minidian, cercle de Kangaba, a appris l’AMAP.

Sept jeunes se trouvaient dans une dizaine de puits lorsque ceux-ci sont effondrés mardi, aux environs de 13 heures.

Les recherches ont permis de sauver deux des jeunes âgés de 17 et 18 ans qui restaient bloqués dans des puits. Mercredi, trois corps ont été extraits des décombres pendant que les recherches se poursuivaient pour retrouver deux personnes disparues.

Informées, les autorités administratives et politiques conduites par le préfet de cercle, Issa Koné, se sont rendues sur les lieux du drame.

Le préfet a saisi l’occasion pour rappeler les dispositions en matière d’extraction des ressources minières et  inviter les responsables des sites à la vigilance afin d’éviter l’anarchie dans l’orpaillage traditionnel.

SD/KM (AMAP)

Laisser un commentaire